Fandom

Picsou Wiki

Retour à Sétatroce

6 685pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaires3 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.


Retour à Sétatroce est une histoire en bande dessinée de Don Rosa, publiée pour la première fois le 7 février 1989 aux États-Unis. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou, ainsi que l'ennemi de Picsou, Archibald Gripsou. Le maharadjah du Komenvatustan, Arnach McChicane, le dictateur brutopien, Azor Lebleu et Max Grangalop n'apparaissent qu'une fois.

SynopsisModifier

De leur aventure à Sétatroce, Donald et ses neveux ont rapporté deux coqs carrés. Riri, Fifi et Loulou, devenus Castors Juniors, souhaitent que leur oncle Picsou finance une nouvelle expédition pour ramener les deux animaux qui dépérissent sans congénères femelles. Picsou accepte dans l'espoir de conclure un contrat d'exclusivité sur le commerce des œufs carrés avec les habitants de la cité perdue des Andes.

Sur place, il commet l'erreur de montrer son sou fétiche, rond, un sacrilège pour les autochtones, et se retrouve en concurrence avec Gripsou. Le seul moyen de conclure le contrat et de libérer Picsou est que Gripsou et les neveux ramènent de l'extérieur de la vallée un soda à la glace.

En coulissesModifier

Cette histoire est une suite de Perdus dans les Andes ! de Carl Barks (1949).

Anecdotes et références diversesModifier

  • Le fameux "D.U.C.K." caché de cette histoire est situé sur une des pancartes d'avertissement dans la première case, tout près du coffre. Curieusement, le traducteur de l'édition de Les Trésors de Picsou n°16, ignorant des pratiques de Don Rosa, traduisit le D.U.C.K. par P.I.C.S.O.U., sans penser que le sigle perdait de ce fait toute signification.
  • À la dernière case de la page 3, Don Rosa dessine plusieurs ennemis de Picsou créés par Barks: Arnach McChicane, le maharadja du Komenvatustan (également connu sous le nom de Maharadjah de Boitanpador), l'agent Brutopien, Azor Lebleu (également connu sous le nom d'Azur Lebleu) et Max Grandgalop.
  • À la page 4, dans les deux cases du troisième strip, on peut voir le "rand n°1" et le "diamant n°1" de Gripsou. D'évidentes références au "sou n°1" de Picsou… 
  • Toujours page 4, à l'avant-dernière case, Gripsou désigne sur une carte le lac Titicaca, lac péruvien authentique. Dans la traduction française des Trésors de Picsou n°16, ce nom était remplacé par "Titicoucou", pour faire un jeu de mot.
  • Dans cette même page 4, à la dernière case, le majordome de Gripsou lui demande pourquoi ils "retournent encore une fois" au lac Titicaca/Titicoucou. C'était en effet déjà la destination de Gripsou dans Le Fils du Soleil, dont cette histoire est une sorte de suite.
  • Page 5, Don Rosa dessine le vieux chasseur de vigogne, présent également dans l'histoire de Carl Barks Perdus dans les Andes ! et dans celle de Rosa Le Fils du Soleil. Toutefois, Don Rosa reconnait dans des interviews avoir fait deux erreur: du point de vue graphique, tout d'abord, l'histoire originale de Barks, si elle lui prêtait bien un nez de chien, lui donnait des mains à 5 doigts… Remplacées dans l'histoire de Rosa par des mains plus disneyennes à 4 doigts. D'autre part, l'histoire de Barks précise que le vieux chasseur est presque aveugle depuis qu'on lui a cassé ses lunettes… Comment, dans ces conditions, peut-il faire le guide en montagne ou voir les poules carrées ? Mystère… Sans vraiment chercher à être pris au sérieux, Don Rosa a évoqué la possibilité "qu'il se soit mis aux lentilles de contact".
  • Page 8, Don Rosa fait enlever à ses personnages leurs boutons de vêtements, partant du principe établi par Barks qu'avoir un objet rond est à Sétatroce un crime grave. Mais c'est faire du zèle excessif: dans l'histoire de Barks, Donald et ses neveux n'enlèvent pas ces artefacts et n'ont pourtant aucun problème. De toute façon, tous deux ont oublié un détail : les têtes des neveux étant parfaitement rondes, ils n'auraient normalement pas pu faire un pas à Sétatroce sans se faire arrêter !
  • Page 16, Gripsou dit: "Mais c'est ton sou fétiche ! Et cette ficelle ! JE LA HAIS !". Il s'agit d'une référence à l'histoire de Barks Picsou contre Gripsou, où la longueur de la ficelle du sou fétiche suffisait à prouver le statut de canard le plus riche du monde de Picsou… 
  • À la dernière page, un des neveux affirme avoir donné un manuel des Castors Juniors aux Sétatrociens. Bonne intention ou pas, il vient incontestablement de commettre une entorse au code d'honneur des Castors, qui stipule que seul un membre de l'organisation a le droit de consulter ledit livre, comme dans Les Sept fantastiques Caballeros (moins quatre) et Le Fils du Soleil de Rosa.

Références à Carl BarksModifier

Cette histoire est une suite de Perdus dans les Andes ! au cours de laquelle Donald découvrait cette vallée et les œufs carrés. Don Rosa y a repris de nombreux éléments : les deux coqs ramenés par Donald, le vieil Indien guide aux conseils de sûreté peu écoutés.

Les habitants ont évolué au contact de Donald : ils s'habillent en costumes de marin, chantent ses chansons et exercent son habitude de la sieste. Au contact de Picsou et Gripsou, certains habitants vont encore changer. Néanmoins, Riri, Fifi et Loulou laissent volontairement à quelques habitants de Sétatroce un exemplaire du « Manuel des Castors Juniors » à la fin de l'aventure.

Entre l'histoire de Barks et celle de Don Rosa, Riri, Fifi et Loulou ont adhéré aux Castors Juniors (voir C.E.S.T.D.U.C.H.A.R.A.B.I.A. de Don Rosa).

Cette histoire dans l'œuvre de Don RosaModifier

Bor199017.jpg

Picsou et ses neveux déguisés, pour échapper (de gauche à droite) au maharadjah du Komenvatustan, à Azor Lebleu, au dictateur brutopien, à Arnach McChicane et à Max Grangalop.

Retour à Sétatroce est dans la continuité de l'histoire Le Fils du Soleil, parue un an plus tôt, puisque les héros font étape dans le même village des Andes qu'ils avaient déjà traversé à la recherche du trésor de Manco Capac.

Cette aventure est la première et seule suite d'une histoire de Barks que l'éditeur Gladstone a commandé à Don Rosa, alors que l'éditeur danois Egmont lui en demande régulièrement à partir de 1990. D'après l'auteur-dessinateur, c'est parce que Gladstone ne pensait pas que le public des États-Unis se souvienne suffisamment des histoires de Barks.

L'histoire illustre la compétition entre les deux milliardaires Picsou et Gripsou qui sont toujours à mener une course à qui va être le premier pour obtenir quelque chose. À chaque fois, Picsou l'emporte sur Gripsou, il ne l'emporte pas sur le bon sens moral et généreux des personnages secondaires, ici les habitants de Sétatroce à l'esprit très carré.

Les œufs carrés et leur découvreur, Rhutt Betler, apparurent au début du troisième épisode de La Jeunesse de Picsou.

Les Sétatrociens seront utilisés une troisième fois en 1992 dans l'histoire d'Evert Geradts et Mau Heymans dans Le Héros aux deux mille aventures.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans:

Galerie d'imagesModifier

Précédée par Retour à Sétatroce Suivie par
Le Pic de la fortune
Hr-1ee.jpg
Histoire longue de Don Rosa
1re publication : 7 février 1989
La malédiction de Nostrablairus
Hrff.jpg
Logo wikipedia Cette page utilise, totalement ou en partie, du contenu provenant de Wikipédia francophone. La page d‘origine se trouvait à l'adresse Retour_à_Sétatroce. La liste des auteurs est accessible dans l‘historique de la page. Comme sur Picsou Wiki, le texte de Wikipédia est disponible sous la licence de documentation libre GNU.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard