FANDOM


Reboot : l'ultime complot contre l'agence ! est une histoire en bande dessinée de quatre-vingt-dix-neuf planches scénarisée par Fausto Vitaliano et dessinée par Andrea Freccero, publiée pour la première fois du 5 au 19 juillet 2017 en Italie. Elle met en scène Donald Duck sous son identité secrète de DoubleDuck, Kay K, Head H, Liz Zago, Qwerty, Wyle-Y, B-Berry, B-Black, Balthazar Picsou, Baptiste, Daisy Duck, Gontran Bonheur, Popop Duck, la famille de Sasseta-Moa, Whilelmine Van der Welden, les agents Osterberg et Mellor, des alliés criminels de Kay K, des agents de la Direction et des membres du groupe Actinia. L'action se passe à Donaldville.

SynopsisModifier

L'Agence a été dissoute après que sa principale source de financement ait décidé de soutenir une nouvelle organisation de contre-espionnage, la Direction, qui prône un espionnage transparent et révélant le moindre de ses faits et gestes. DoubleDuck est le premier affecté par cette dissolution, et retrouve Head H, dépité par cette nouvelle qu'il doit annoncer à son meilleur agent, même s'il ignore que Liz Zago continue à maintenir l'Agence de la manière la plus secrète possible. Dans le même temps, Kay K a disparu, mais cette dernière retrouve justement DoubleDuck pour lui donner une information pour une dernière mission, et lui annoncer qu'elle retourne à ses activités criminelles sous le nom de Red Primerose. Parallèlement, la Direction commence à publier sur Internet l'identité de tous les anciens agents de l'Agence, mais n'a pas encore révélé les informations de DoubleDuck. L'espion est alors confronté à de nombreux enjeux : comment faire revivre l'Agence avec le peu de membres qui lui sont restés fidèles ? Comment arrêter Kay K et sa bande de criminels ? Et surtout, comment protéger sa propre identité secrète face aux intentions excessivement transparentes de la Direction, qui, de plus, pourrait rendre Donald plus aimé et populaire car tout le monde saura qu'il est agent secret ?

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Première partieModifier

Donald Duck se dispute, pour la énième fois, avec sa fiancée Daisy Duck. Elle lui reproche en effet d'être souvent absent, et soupçonne que Donald soit en compagnie d'une autre femme. Le canard voulait rassurer sa fiancée en l'invitant le soir-même quand son téléphone sonne : Head H l'appelait pour une annonce de la plus haute importance. Pour protéger son identité secrète, Donald ment à Daisy comme il en a l'habitude, en affirmant qu'il s'agit d'un numéro inconnu. Après avoir pris connaissance des informations nécessaires, le canard en vareuse raccompagne Daisy sous des prétextes peu convaincants, que la cane interprète comme une « mise à la porte ».

Donald se rend bien évidemment le plus vite possible à l'adresse indiquée par Head-H, qui n'est, cette fois, pas le siège de l'Agence, mais une station de métro, celle de l'Ouest de Donaldville. C'est ici que le directeur lui annonce une nouvelle extrêmement importante : l'Agence n'existe plus ! Donald, profondément surpris, veut tout savoir à propos de cette nouvelle bouleversante. Head-H préfère s'éloigner un peu de la foule, car la sécurité de Donald est en jeu.

Plus tard, Head-H révèle les raisons de cette nouvelle bouleversante : les activités de l'Agence ont été jugées trop coûteuses. Donald comprend par là que certains agents de l'Agence étaient payés puisqu'il y avait des financements, alors que DoubleDuck n'a jamais été rémunéré pour ses activités de meilleur agent. Head-H insiste sur le fait que ses agents ne recherchent que la gloire, et que ce n'est pas le bon moment pour aborder ce sujet. Les deux hommes arrivent à l'ancien siège de l'Agence et Donald peut alors constater l'arrêt des activités : le laboratoire de Gizmo est désespérément vide et déjà infesté de toiles d'araignées.

Plus tard, dans un bar, Donald insiste sur les raisons de cette fermeture, pensant alors que tous les espions de l'Agence ont été vaincus. Ce qui est loin des faits. En fait, l'Agence a été jugée trop coûteuse face aux activités d'une autre organisation de contre-espionnage, nommée la Direction. Normalement, ce sont des collègues coopérant avec l'Agence, mais qui agissent principalement par l'action numérique, et jamais sur le terrain. Son homme phare est le général et directeur Wyle-Y, qui a une méthode bien particulière face aux pires criminels du monde entier. Pour l'exemple d'un groupe de trafiquants intercontinentaux d'armes, sa première décision est d'envoyer un e-mail d'avertissement contre ce groupe. Puis, pour être « plus énergique », il décide de créer une pétition contre ces trafiquants. Ces actions, qui n'ont rien d'énergique, dominent maintenant le monde du contre-espionnage, et ont pour particularité d'être bien moins coûteuses que celles de l'Agence - d'où le choix des investisseurs de financer la Direction.

Mais ce n'est pas la raison pourquoi la sécurité de Donald est compromise par ce changement si soudain de financement. En effet, c'est l'image de « transparence » que veut dégager Wyle-Y qui pose problème : pour le directeur de la Direction, « quand on parle d'espionnage aujourd'hui, il faut dépasser le concept de vie privée ». Dans cette optique, la politique de Wyle-Y est de révéler les moindres faits et gestes du contre-espionnage, et aussi bien les actions présentes que les actions passées. Les intentions de Wyle-Y sont donc, en clair, de révéler l'intégralité des dossiers, activités et informations de l'Agence : cela compromet la sécurité de Donald, car tout le monde connaitrait alors sa véritable identité !

Head-H, en conséquence des intentions de la Direction, ordonne à son ancien agent de garder le plus possible son identité secrète. Il lui demande de tout nier si on lui pose des questions, spécialité de Donald. L'ex-directeur va, quant à lui, se soumettre au Total Reset Button, à l'effacement mémoriel, pour se protéger : c’est donc la dernière fois que Donald et Head-H se parlent sur ces sujets. Réalisant celà, DoubleDuck veut des nouvelles de son amie Kay K, mais l'ex-directeur n'a aucune nouvelle depuis plusieurs semaines. Donald a encore des questions, mais Head-H disparait soudainement.

Le lendemain, Donald est appelé, comme bien souvent, par son oncle Balthazar Picsou pour un énième travail à une heure assez matinale. Le milliardaire veut que son neveu soit à la disposition de sa nouvelle partenaire, la baronne Whilelmine Van der Welden, qui va bientôt s'associer avec le canard le plus riche au monde. Donald se lève donc et essaye tant bien que mal de positiver sur cette énième situation d'esclavagisme de son oncle, en essayant de ne pas penser à l'Agence et à Kay K. Mais cette dernière se manifeste d'elle-même chez Donald, et lui demande de rester où il est et de s'habiller. Kay K est déjà au courant de la situation dans laquelle DoubleDuck et l'Agence sont. Elle ne peut plus s'associer à l'Agence ou à la Direction à cause de son passé criminel, même si Donald essaye de la convaincre de coopérer. Kay K fait comprendre à DoubleDuck que c'est impossible : il n'y a plus d'Agence. En cadeau d'adieu, l'ancienne espionne donne au canard en vareuse une information : un train apparemment fantôme transporte une cargaison dangereuse, qu'il faut arrêter avant la frontière. DoubleDuck doit s'en charger seul et rapidement.

Après que Kay K s'en est allée, Daisy réapparaît. Elle soupçonne bien évidemment Donald d'être en compagnie d'une autre femme, ce qui, pour le coup, était vrai. Mais Donald ne peut perdre plus de temps et doit se rendre chez Picsou pour accompagner la baronne Van der Welden : il raccompagne donc, à nouveau, Daisy à la porte. Donald se met en route et arrive au coffre, où son oncle lui détaille sa mission envers la baronne. Donald met alors ses plus beaux vêtements et va à l'hôtel Extraluxe, où la baronne loge pendant sa visite à Donaldville. Le canard en costume est d'abord le chauffeur de la baronne, qui se décline étrangement comme « quasi-vice-comtesse » quand Donald apparaît. Une fois dans la limousine, la baronne annonce qu'elle souhaite acheter une chaîne de télévision.

Pendant le trajet, Daisy constate que Donald est avec la baronne, une autre femme donc, et jure qu'elle va l'entendre. Arrivé à la station de télévision pour acheter une chaîne, un responsable affirme à la « princesse héritière », comme elle se décline cette fois-ci, qu'il n'y a pas de chaîne à vendre. La baronne décide alors de « prendre » l'hélicoptère, d'en acheter un jaune. L'achat est vite réalisé mais, pour des raisons inconnues, la baronne ne veut pas que Donald la raccompagne dans l'hélicoptère, et il doit alors rentrer à pied.

Arrivé enfin chez lui, Donald est immédiatement abordé par un facteur au service de la Direction : ce dernier tente de lui soutirer des informations sur DoubleDuck, comme ses supérieurs lui ont demandé. Et comme Head-H l'a ordonné à son ancien agent, le canard, toujours en costume, nie tout. Il jure que le facteur stagiaire n'est pas à la bonne adresse. Ce dernier part alors dans la révélation de certaines informations, dont la majeure partie concerne le train fantôme évoqué par Kay K. Le facteur stagiaire enquête en effet sur cette histoire. Cela permet à DoubleDuck d'acquérir des informations importantes pour mener à bien sa mission. Donald remercie le facteur un peu naïf et part enquêter sur le train.

DoubleDuck observe le réseau ferroviaire de tout le Calisota pour retrouver le train fantôme, sans succès. L'agent secret repense alors à une information donnée par le facteur : le train est guidé par satellite, ce qui lui permet de le localiser par une antenne quelconque. Rapidement, DoubleDuck décrypte les coordonnées du train et anticipe sa trajectoire pour attraper le train le lendemain. Le matin, DoubleDuck utilise l'hélicoptère de la baronne pour pourchasser le train, en prétendant qu'il a obtenu « haut la main » son brevet de pilote. Rapidement, le train est localisé, et l'espion descend de l'hélicoptère pour pouvoir l'infiltrer. Il a peu de temps et ne dispose pas d'autorité particulière pour arrêter le train : il doit affronter d'autres espions robustes pour pouvoir stopper le train. L'agent réussit à en assommer un et à se débarrasser de deux autres en séparant un wagon de passagers, et réussit à duper le conducteur du train, par un coup classique, en attirant son attention peu avant un passage sous un tunnel, ce qui l'assomme. DoubelDuck prend alors le contrôle du train et le stoppe. Il découvre la cargaison secrète, qui ressemble à une arme, mais doit laisser le reste de l'enquête aux autorités.

Ayant réalisé son devoir, DoubleDuck redevient Donald et retourne chez son oncle. Il doit s'expliquer sur la destruction de l'hélicoptère de la baronne, qui se comporte étrangement. Pendant que le milliardaire rage sur son neveu, Donald lit les journaux : il découvre que la baronne est en réalité une célèbre mythomane, qui arrive à détourner de l'argent en se faisant passer pour une riche héritière. La police mène alors la délinquante en prison, et Picsou se retrouve à assumer les nombreuses dépenses extravagantes de la fausse baronne. Picsou est soudainement affaibli, et ne peut punir comme il se doit son neveu. Baptiste, voyant son patron dans cet état, recommande fortement à Donald de partir avant qu'il ne change d'avis.

Donald rentre donc chez lui, fatigué mais serein. Trop peut-être, puisqu'il se met à parler tout seul alors que sa fiancée approche. Il évoque le nom de Gizmo, car il a réussi cette mission sans les gadgets de l'inventeur, et dit qu'il ne peut parler à personne de cette aventure puisqu'elle est liée à ses activités de contre-espionnage. Daisy ne comprend pas, mais aborde gentiment son fiancé, avant de s'énerver car elle l'a vu avec la baronne mythomane. De plus, le téléphone retentit, et Liz Zago appelle Donald pour lui annoncer une nouvelle importante. Daisy s'en va alors, pensant qu'une autre « pimbêche » essaye de charmer Donald.

Liz n'a évidemment pas appelé Donald pour le charmer. En fait, l'Agence n'est pas totalement fermée : Liz la maintient sous couverture avec des moyens limités, et appelle DoubleDuck pour être son agent principal. Liz Zago félicite aussi Donald pour sa résolution du mystère lié au train fantôme. Elle l'avertit contre les hommes de la Direction, qui n'abandonneront pas facilement face à leur objectif de transparence. Quant à Kay K, elle a repris ses activités et son identité de Red Primerose[1]. DoubleDuck doit alors être le plus méfiant possible face à la multitude d'ennemis de l'Agence...

Deuxième partieModifier

Tout a donc changé pour la majeure partie du monde du contre-espionnage, avec l'arrivée de la Direction. Le siège de l'Agence est entièrement démantelé, et il n'en reste désormais plus rien. Donald Duck, sidéré, regarde la scène avec un sentiment d'impuissance face aux évènements, et se promène en ville. Il se dit que son ancien patron, Head H, doit être en train de nourrir les pigeons après s'être soumis à la réinitialisation mémorielle.

Pendant ce temps, la Direction et son directeur Wyle-Y continuent leur projets de transparence. Le dirigeant veut absolument révéler qui se cache derrière les « astérisques », qui sont projetés sur un écran, qui symbolisent les identités d'agents secrets de l'Agence encore non-dévoilés.

Si Donald est désespéré du destin de l'Agence, il sait aussi qu'elle n'a pas encore définitivement disparue. Justement, Liz Zago contacte DoubleDuck et le convoque à une réunion dans un, apparemment, salon de coiffure, qui est en fait une des nouvelles bases mobiles de l'Agence. Liz présente à son agent de référence l'inventeur Qwerty, de son vrai nom Wallace Declan Quarterly III, qui joue le rôle de Gizmo dans la nouvelle Agence. Ce surdoué n'inspire pas confiance à DoubleDuck, qui le méprise pour son manque d'expérience. La longue tirade de Donald contre Qwerty est interrompue par la machine à café qui lui crache à la figure.

Qwerty passe alors aux choses sérieuses, et présente le nouveau matériel de DoubleDuck : un brouilleur électronique dans une clé USB. Cette clé lui est destinée pour sa nouvelle mission, qui consiste à effacer toute trace de sa propre existence dans les ordinateurs de la Direction. DoubleDuck doit en effet s'infiltrer dans le siège de la Direction pour réaliser cette tâche, ce qui n'est pas aisé. Il remarque cependant un détail : des livreurs de repas peuvent rentrer sans problème, et l'entreprise concernée appartient à Balthazar Picsou. Cette faille peut permettre à Donald d'infiltrer les bureaux de la Direction grâce à son statut familial.

La malchance rattrape cependant Donald : l'entreprise de restauration Picsou « n'embauche pas ». Le directeur de l'entreprise, puis Picsou lui-même, ne cesseront de le répéter à un Donald insistant. Donald doit absolument obtenir cet emploi pour mener à bien sa mission secrète, et fait croire à son oncle qu'il a en réalité besoin de lui, mais qu'il refuse de le payer. Picsou se prend au jeu, et propose un emploi à son neveu, s'il paye lui-même tous les frais. Donald n'a d'autre choix que d'accepter.

Frustré, Donald peut enfin se rendre aux bureaux de la Direction. Cependant, jouant de malchance pendant le chemin, il croise son cousin Gontran Bonheur. Ce dernier interpelle Donald pour lui montrer les dernières statistiques de popularité sur les réseaux sociaux numériques, et montre qu'il est bien plus populaire que son cousin. Cependant, Donald s'interroge puisqu'il n'a jamais ouvert de page sur les réseaux sociaux. Gontran réplique que c'est lui-même qui a ouvert la page, ce qui exaspère au plus haut point Donald, qui quitte les lieux et continue sur son chemin.

La parcours de Donald est semé d'embuches. En effet, il recroise à nouveau le directeur de Head H en ville, près de chez lui, en train de nourrir les pigeons comme il le pressentait. Head H, dont le vrai nom est en réalité Colombus McGroat, a tout oublié de son passé et ne reconnaît pas DoubleDuck. Ce constat donne à DoubleDuck la réelle envie de se venger de la Direction, qui a amené à cette situation.

DoubleDuck arrive enfin au siège de la Direction. Il franchit facilement les barrières, de par son statut de livreur qu'il a payé auprès de son oncle. Donald constate l'indiscrétion du lieu, reflet de la transparence souhaitée par la Direction. L'agent déguisé en livreur doit donner en premier à Wyle-Y son sandwich végétarien en entrant dans la salle des données, munie d'un étrange panneau indiquant que l'entrée est uniquement autorisée « aux espions incognitos ». Le directeur de la Direction rassure Donald, ce n'est que de la « mise en scène ». Les inquiétudes de Donald font qu'il insiste sur la transparence qui doit régner dans le monde du contre-espionnage. Le canard livreur fait alors semblant d'être fatigué, et se pose près d'un ordinateur, avec la permission de Wyle-Y à condition qu'il ne touche pas à cet ordinateur.

Donald, pour mener sa mission à bien, ne respecte bien évidemment pas cette consigne. Il s'introduit dans les serveurs de la Direction et arrive rapidement dans le fichier le concernant. Il est cependant interrompu par un agent de la Direction, qui, ne soupçonnant rien, croit à l'excuse de Donald qui se justifiait par une consultation des réseaux sociaux. C'est un premier échec pour DoubleDuck, qui va devoir se réintroduire dans les bureaux une autre fois.

De retour aux quartiers encore plus secrets de l'Agence, Donald fait part de son échec. Qwerty le rassure et va alors préparer de nouveaux gadgets. Pour l'Agence, l'incertitude pèse sur Kay K, incertitude inquiétante. Ils ne se doutent pas qu'elle a déjà repris ses activités criminelles et est en train d'établir un plan diabolique, sous le nom de Red Primerose.

Donald rentre rapidement chez lui. Il regarde à nouveau les réseaux sociaux, et consulte la popularité de sa page qui existe malgré lui. Sa popularité a doublé, mais reste encore cent fois inférieure à celle de Gontran. Le canard en vareuse aimerait tellement inverser la situation en révélant son identité d'agent secret, mais il connaît les dangers et ne souhaite pas réellement le faire.

Après cette parenthèse numérique, Donald contacte Kay K, vu qu'il possède toujours son numéro. Kay K, surprise et ennuyée par l'appel, insiste sur le fait que Donald et lui ne sont plus dans le même camp. La criminelle veut absolument lui faire comprendre, et lui récite alors la brève fable de la grenouille et du scorpion, pour insister sur le fait que c'est dans la nature de Kay K qu'elle soit opposée à Donald désormais. Red Primerose raccroche alors, dans l'incompréhension de Donald, mais affiche cependant des regrets, d'apparence seulement, à son collègue criminel. Ils reprennent alors leur plan criminel, sur le braquage d'un musée et d'une météorite.

Après ce nouvel échec avec Kay K, Donald repart à l'assaut pendant le repas du soir à la Direction. Il n'y a visiblement personne, à part des agents de sécurité, ce qui donne à DoubleDuck tout juste le temps de s'introduire dans la salle des serveurs. Pouvant seulement se connecter à un ordinateur, l'agent doit se cacher. La présence des agents secrets, à cette heure-ci, est cependant anormale. Donald pense alors que quelqu'un l'a trahi, et il s'agit probablement de son ancienne amie...

Au retour aux quartiers de l'Agence, le bilan est cette fois-ci positif. La courte intrusion de DoubleDuck a permis la protection définitive des fichiers des agents de l'Agence, ce qui signifie que Donald est maintenant en sécurité. Donald se met donc en chemin pour enquêter, ou plutôt retrouver Kay K, à propos des agents de sécurité présents le soir dans le siège de la Direction.

Sur son chemin, Donald est à nouveau interrompu par Gontran, qui se vante à nouveau de ses statistiques de popularité au plus haut sur les réseaux sociaux. Il se débarrasse rapidement de son cousin, et retrouve Kay K par la géolocalisation fournie par son numéro. Surprise, Kay K dément cependant ce pour quoi DoubleDuck est venu : ce n'est pas elle qui a trahie DoubleDuck. En effet, c'est un espion insoupçonné, Head H lui-même : l'ancien directeur de l'Agence, ayant vu ses données rendues publiques par la Direction, n'a eu d'autre choix que de travailler pour eux : l'espionnage est dans sa nature, comme la criminalité l'est pour Kay K. Head H propose à son ancien agent de le rejoindre. Le canard, affirmant son identité, refuse et attaque son ancien directeur, avec... de la mayonnaise et du ketchup. Pour des raisons obscures, Head H est alors capturé, et sa mémoire est réellement effacée : il finit en nourrisseur de pigeons.

DoubleDuck, après ce succès, doit encore arrêter Kay K et son braquage. Il n'est à nouveau pas difficile de retrouver Kay K, mais plus difficile d'arrêter Red Primerose. Et ce, non pas parce qu'elle est dangereuse, mais parce que c'est une amie. Donald est hésitant, et avoue qu'il ne peut pas dans un premier temps. Ce n'est qu'une ruse : il veut simplement lui serrer les mains pour les menotter.

Kay K capturée, la mission de Donald est terminée. Mais l'agent secret montre une réelle amertume face à la capture de son ancienne amie, et aurai aimé faire autrement. C'est dans sa nature que d'être agent secret ; nature qu'il aimerait encore plus révéler aujourd'hui, à la vue de sa popularité sur les réseaux sociaux. Mais il se rend compte que, dans les faits, cette information ne changerait probablement rien : sa vie actuelle lui plaît.

Troisième partieModifier

Danger Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

En coulissesModifier

La Direction : un reflet et une critique de la société contemporaine ?Modifier

De par son modèle de transparence et d'utilisation des réseaux sociaux, les auteurs donnent à la Direction une image des plus contemporaines : ses techniques d'espionnage rejoignent des idées largement répandues, notamment celle de la transparence et de la disparition de vie privée. Les deux sont apparemment dénoncés par l'histoire, vu qu'ils affectent directement DoubleDuck et son identité qui doit rester secrète et que Donald s'évertue à protéger pendant toute la durée de cette longue histoire.

Publication françaiseModifier

Cette histoire n'est parue qu'une seule fois en France : dans Super Picsou Géant n°205, publié le 4 avril 2018, avec les honneurs de la couverture.

Notes et référencesModifier

  1. Dans l'histoire, le nom criminel de Kay K est curieusement Red Primrose.