Fandom

Picsou Wiki

Qui veut la peau de Roger Rabbit

6 698pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Page à restructurer Cette page a été conservée après avoir été proposée à la suppression. Vous pouvez consulter le débat de suppression à présent clos et archivé.
Le fait qu'une proposition de suppression a déjà été rejetée n'empêche pas de faire une nouvelle proposition pour d'autres motifs.

Qui veut la peau de Roger Rabbit (Who Framed Roger Rabbit) est le trente-cinquième long métrage d'animation des studios Disney. Sorti en 1988 et mêlant animation et prises de vues réelles comme Mary Poppins (1964), il est adapté du roman de Gary K. Wolf, Who Censored Roger Rabbit? (1981), réalisé par Robert Zemeckis et co-produit par Touchstone (filiale de Walt Disney Pictures), Amblin Entertainment et Silver Screen Partners.

SynopsisModifier

L'histoire prend place à Hollywood, en 1947, dans un univers surréaliste dans lequel les Toons, les personnages de dessins animés, côtoient le même monde que les humains. Les Toons habitent à Toonville, une zone adjacente à Hollywood, et se déplacent régulièrement chez les humains pour tourner des dessins animés. Roger Rabbit, un lapin acteur et héros de dessins animés des Maroon Cartoons, est accusé du meurtre du producteur Marvin Acme, inventeur délirant et directeur de l'ACME. Il se serait vengé d'une « infidélité » de sa femme, Jessica Rabbit. Poursuivi par les Fouines, agents du juge DeMort, il se précipite chez Eddy Valiant qui était le détective officiel des Toons, avant que son frère ne soit assassiné par l'un d'eux.

L'intrigue débute lorsque R. K. Maroon, le propriétaire des studios Maroon Cartoons, demande au détective privé Eddy Valiant d'enquêter sur une liaison possible qu'entretiendrait Jessica Rabbit, la femme de l'un de ses principaux Toons, Roger Rabbit. Dans le passé, Valiant et son frère Teddy formaient une équipe de détective réputée spécialisée dans les affaires de Toons. Mais depuis l'assassinat de son frère par un Toon, Valiant s'est retiré et a sombré dans l'alcool. D'abord réticent pour s'occuper d'une affaire avec un Toon, Valiant finit par accepter face à l'insistance de Maroon.

En menant son enquête, Valiant surprend Jessica Rabbit en train de faire « picoti-picota » (une partie de patty-cake) avec Marvin Acme et les prend en photo. En apprenant la nouvelle, Roger Rabbit se décompose et disparaît dans la nature. Le lendemain, Marvin Acme est retrouvé mort, écrasé par un coffre-fort. Sur la scène du crime, Valiant rencontre le juge DeMort, accompagné de sa patrouille Toon composée de cinq fouines mercenaires, qui lui informe que son principal suspect est Roger Rabbit. Bien que les Toons soient par nature invincibles, DeMort a trouvé un moyen de les tuer en les plongeant dans « La Trempette », un mélange de diluants à peinture, et entend bien faire subir cette sentence à Roger.

De retour à son bureau, Valiant rencontre Bébé Herman, l'acolyte de Roger dans ses dessins animés. Bébé Herman informe Valiant qu'Acme a laissé un testament, qui a disparu, sur lequel il lègue Toonville aux Toons. Si le testament n'est pas retrouvé avant minuit, Toonville sera vendu à Cloverleaf Industries, qui a récemment acheté l'entreprise de tramway Pacific Electric. Pris d'un doute, Valiant observe attentivement l'une des photos qu'il a prise d'Acme et y aperçoit effectivement le testament. Juste après cette découverte, Valiant découvre que Roger s'est caché chez lui pour échapper à la police. Roger le supplie de l'aider tant et si bien que Valiant finit par accepter.

Avec l'aide de sa petite amie Dolores, Valiant mène l'enquête tout en cachant Roger de la patrouille Toon. Jessica Rabbit vient à sa rencontre et lui déclare que Maroon la faisait chanter afin de compromettre Acme, et que Maroon est sur le point de vendre son studio à Cloverleaf. Contraint et forcé par Valiant, Maroon explique que Cloverleaf n'achètera pas son studio à moins qu'il n'achète également le studio d'Acme. Son plan consistait à utiliser les photos compromettantes pour faire chanter Acme pour qu'il vende. Avant qu'il ne puisse en dire plus, Maroon est tué par un coup de fusil et Valiant voit Jessica s'enfuir. Pensant qu'elle est la meurtrière, Valiant la poursuit jusqu'à Toonville. Lorsqu'il la retrouve, elle lui explique que c'est le juge DeMort qui a tué Maroon et Acme et qu'il est sur le point de s'approprier Toonville.

Mais DeMort a retrouvé leurs traces et Valiant, Jessica et Roger Rabbit sont capturés par DeMort et ses fouines, et amenés à l'usine Acme. Là-bas, DeMort leur révèle son plan. Unique actionnaire de Cloverleaf, il désire s'emparer de Toonville afin de la remplacer par une autoroute et forcer les gens à l'utiliser en démentelant le réseau de tram d'Hollywood. Afin d'effacer définitivement Toonville et ses habitants de la carte, il a conçu un vaporisateur de Trempette mobile et compte commencer le nettoyage par Roger et Jessica.

Après son discours, Demort glisse et s'effondre sur le sol, ce qui fait hurler de rire les fouines. Demort leur ordonne d'arrêter de rire et leur rappelle qu'elles peuvent en mourir. Sur ces paroles, il laisse l'exécution aux soins des fouines et s'en va. Cela donne une idée à Valiant qui interprète un vaudeville qui fait littéralement mourir de rire les fouines. Mais Valiant n'a pas le temps de libérer Roger et Jessica qu'il doit affronter le juge DeMort en personne. Au cours de l'affrontement, DeMort se fait écraser par un rouleau compresseur et survit, révélant qu'il est en fait un Toon. Il déclare à Valiant que c'est lui qui a tué son frère et le combat se poursuit. Valiant a du mal à prendre le dessus face aux armes de Toons que DeMort emploie mais il parvient à ouvrir les vannes de la machine à Trempette, aspergeant DeMort qui se dissout immédiatement. Alors que la police et les Toons arrivent sur place et découvrent la vérité, Valiant s'aperçoit que le papier sur lequel Roger a écrit un poème d'amour à Jessica est en fait le testament d'Acme. Valiant embrasse Roger et toute l'équipe part avec les Toons célébrer leur victoire.

Personnages principauxModifier

Qui-veut-la-peau-de-roger-rabbit-film-2718.jpg

Affiche française du film.

  • Eddy Valiant : alcoolique, il refuse d'aller à Toonville et évite de côtoyer des Toons, qui lui rappellent la mort de son frère Teddy. Fils d'un clown, diplômé de l'école de police, il fut un brillant détective, délivrant Riri, Fifi et Loulou Duck kidnappés ou blanchissant Dingo d'une accusation d'espionnage ;
  • Marvin Acme : farceur, Valiant le rencontre au bar avant qu'il soit assassiné ;
  • Roger Rabbit : déluré, ce lapin anthropomorphe est l'un des personnages principaux. Il est accusé du meurtre de « l'amant » de sa femme ;
  • Jessica Rabbit : femme de Roger Rabbit, dessinée sous les traits d'une vamp sulfureuse. Elle chante au bar et provoque l'émoi de son public tant par ses atouts physiques que par sa voix ;
  • Le juge DeMort : habillé de noir, le teint livide, il n'inspire franchement pas la sympathie mais pourtant les policiers le respectent. Il a inventé la « Trempette », le seul produit capable de tuer un Toon ;
  • Les Fouines : au nombre de cinq (Greasy, Psycho, Stupid, Wheezy et leur chef, Smart Guy), ce sont les mercenaires du juge DeMort. Mal élevées et lourdement armées, elles ne sont finalement pas très « compétentes ».

En coulissesModifier

DistributionModifier

Distribution et voix originalesModifier

Voix françaisesModifier

Voix québecoisesModifier

Chansons du filmModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Sorties cinémaModifier

Sorties vidéoModifier

CommentairesModifier

  • Le film peut être considéré comme un hybride de film noir (le personnage de Eddie Valiant est un détective dépressif et alcoolique, il y a des scènes de bar, de nuit, de trottoir mouillé, etc.) et de cartoon ;
  • Le titre original n'a pas de point d'interrogation car les producteurs pensaient que mettre un point d'interrogation ou d'exclamation au titre d'un film portait malheur, vu que beaucoup de films avec ce genre de titre furent des échecs ;
1988-roger-18.jpg

Le DVD de Qui veut la peau de Roger Rabbit.

  • Le film a été tourné à Los Angeles et aux Studios d'Elstree près de Londres 3. L'animation a principalement été réalisée par un nouveau studio créé à Londres sous la direction de Richard Williams, le reste à Burbank dans les studios Disney tandis que les effets spéciaux ont été réalisés par Industrial Light & Magic ;
  • Le court métrage visible au début du film est intitulé Quelque chose se prépare (Somethin's Cookin') ;
  • Trois-courts métrages créés après la sortie du film, ont été diffusés en première partie d'autres productions de Disney Bobo Bidon (1989), Lapin Looping (1990) ou Panique au Pique-Nique (1993).

ScénarioModifier

  • Le scénario du film avait été proposé longtemps avant la production mais le coût de production rendit la direction de Disney hésitante jusqu'à l'arrivée de Robert Zemeckis et Steven Spielberg dans le projet. Spielberg s'est occupé de convaincre les autres studios de prêter leurs productions tandis que Zemeckis se chargea de la production des nouveaux toons, dont Roger Rabbit. Zemeckis qualifie ce lapin d'un assemblage d'animation ayant « un corps de chez Disney, une tête de chez Warner et une attitude à la Tex Avery ».
  • Parmi les éléments du scénario, on trouve un projet qui consiste à saboter la société de tramways pour permettre le développement du transport automobile. Cet argument apparemment dément est basé sur un scandale ayant éclaté aux États-Unis dans les années 1970 pour des faits remontant aux années 1940 : le Grand Scandale des tramways américains.
  • La « Trempette », inventée par le Juge DeMort, est le seul produit capable de tuer les toons : elle est composée de térébenthine, d'acétone et de benzène, produits habituellement utilisés pour diluer et nettoyer les taches de peinture. Comme le fait remarquer Jean-Louis Leutrat, ce produit/terme est utilisé un peu en hommage à la Silly Symphony Les Trois Petits Cochons (1933) dans laquelle à la fin du film, le cochon pratique déverse un bidon de Turpentine (essence de térébenthine) dans le chaudron du foyer pour empêcher le loup de venir.

PersonnagesModifier

  • Une des obligations du film fut que les personnages de la Warner devaient apparaître aussi longtemps à l'écran que leurs homologues de Disney. Ainsi Mickey Mouse et Bugs Bunny apparaissent dans une scène mémorable de chute d'un immeuble, et Donald Duck et Daffy Duck dans un duo de piano « toni-tuant ». On peut aussi croiser Betty Boop, les manchots serveurs de Mary Poppins et surtout le gang des fouines du film Le Crapaud et le Maître d'école. Mais la plupart des personnages principaux ont été créés pour le film : Roger et Jessica Rabbit, Benny le Taxi, Baby Hermann, le gorille-videur.
  • Parmi les autres « apparitions », citons :
    • de l'« écurie » Disney : Pluto, Pat Hibulaire, Horace Horsecollar & Clarabelle Cow, les Trois Petits Cochons, Peter Pig, Toby Tortoise et Max Hare, Elmer l'éléphant, Blanche-Neige, les sept nains et la sorcière, Ferdinand le taureau, Jiminy Cricket, les balais de L'Apprenti sorcier, le Dragon récalcitrant et sir George, Mrs. Jumbo, Dumbo, Casey Jr. et les corbeaux de Dumbo, Bambi, José Carioca, Pierre (sans son loup), Frère Ours, Danny, le petit mouton noir, la harpe chantante de Mickey et le Haricot magique, Thaddeus Toad et son cheval Cyril dans Le Crapaud et le Maître d'école, la fée Clochette, Bill le lézard.
    • de l'« écurie » Warner : Foghorn Leghorn (Charlie le coq), Marvin le Martien, Road Runner (Bip Bip) et Wile E. Coyote, Marc Anthony le bouledogue, Speedy Gonzales, Sam le Pirate, Porky Pig et Pétunia...
    • de la Paramount/J.R. Bray Studios (Max Fleisher) : Koko le clown, Betty Boop. Dinky Doodle, mentionné comme un ancien client d'Eddie Vaillant.
  • En revanche, pour des raisons de droits, la présence de Popeye, Olive, Brutus, Little Lulu, Casper le fantôme, Tom et Jerry et Félix le Chat a été annulée.
  • Mel Blanc (Daffy Duck/Bugs Bunny) et Mae Questel (Betty Boop) retrouvent plus de cinquante ans après les personnages auxquels ils ont prêté leur voix dès les années 1930.
  • Durant le tournage, le comédien Charles Fleischer (la voix de Roger Rabbit) donnait la réplique hors-caméra à ses partenaires en portant des oreilles de lapin, des gants jaunes et une salopette rouge.
  • Le juge DeMort ne cligne pas une seule fois des yeux dans tout le film, même durant son monologue dans le bâtiment d'Acme.
  • Il devait y avoir deux fouines de plus à l'origine, appelées Slimy (« Enduit de goudron ») et Flashey (encore plus « allumée » que Psycho), mais les scénaristes ont pensé qu'elles ne seraient pas appropriées pour un jeune public.
  • Le chef des fouines s'appelle en version originale Smart Ass (que l'on pourrait traduire par « Trouduc' » ou « Sacré c… 8 ») mais les responsables du studio ont préféré le rebaptiser Smart Guy (« Mec brillant »). Cependant, dans le générique de fin, il est toujours appelé Smart Ass.

AnachronismesModifier

  • Dans la séquence du cinéma, Roger Rabbit assiste à un extrait de Dingo fait de la gymnastique (1949), et qualifie Dingo de « génie ». On peut remarquer que ce court-métrage est néanmoins sorti deux ans après l'année à laquelle se déroule le film. (1947)
  • Witchcraft, la chanson interprétée par l'Épée chantante, a été enregistrée par Frank Sinatra en 1957, soit dix ans après l'action supposée du film.
  • Dans le bar, lorsqu'Angelo reconnaît avoir vu un lapin, il présente au juge un lapin invisible, Harvey, en référence à un film de 1950.

Galerie d'imagesModifier

Cette partie contient exclusivement ou en partie du texte provenant de notre partenaire Trésors Disney

Titres en différentes languesModifier

Lien externeModifier

Logo wikipedia Cette page utilise, totalement ou en partie, du contenu provenant de Wikipédia francophone. La page d‘origine se trouvait à l'adresse Qui_veut_la_peau_de_Roger_Rabbit. La liste des auteurs est accessible dans l‘historique de la page. Comme sur Picsou Wiki, le texte de Wikipédia est disponible sous la licence de documentation libre GNU.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard