Fandom

Picsou Wiki

Mickey contre le roi des voleurs

6 699pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Mickey contre le roi des voleurs est une histoire de cinquante planches scénarisée par Guido Martina et dessinée par Giovan Battista Carpi, publiée pour la première fois les 10 et 17 juin 1956 en Italie. Elle met en scène Mickey Mouse, Dingo, Pat Hibulaire et Balthazar Picsou. L'action se passe à Mickeyville et à Donaldville.

Résumé completModifier

Fantomiald 2.jpg
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Première partieModifier

PatHibulaireJournalRoiDesVoleurs.jpg

Article du journal où Pat Hibulaire annonce son futur larcin.

Après avoir assisté au spectacle du magicien Mantrakor, Dingo s'est juré de faire léviter des objets et parvient à attirer les objets vers lui, ce qui finit par étonner son ami Mickey tellement persuadé que c'était impossible. Mais pas le temps de réfléchir à ça, le multimilliardaire Balthazar Picsou a besoin de la souris et le duo Mickey/Dingo part donc à Donaldville, au coffre-fort du canard.

Sur place, Picsou annonce déjà qu'il appelle Mickey car Donald Duck et les Castors Juniors sont en missions chez les coupeurs de tête du Costaragua. Ensuite, il dit avoir peur pour son argent après avoir lu dans la gazette des bas-fonds la tenue d'un concours du vol et c'est dans le cadre de ce concours que Pat Hibulaire annonce voler tout l'argent de Picsou jusqu'à son dernier centime, y compris ses chaussettes. Le milliardaire décide alors de transvaser son argent dans des boîtes de conserve qui seront dans un train en route pour le port de Parano, avec Mickey et Dingo pour escorte afin de ne pas éveiller les soupçons de Pat Hibulaire.

De plus, Mickey devra passer la nuit chez le canard milliardaire mais pas Dingo, qui n'a pas l'air assez malin pour garder un tel convoi. Sauf que Dingo, en rentrant chez lui, rencontre un des hommes de Pat Hibulaire et ce dernier use de naïveté pour avoir toutes les informations dont il a besoin. Le lendemain, le train part et fait un voyage sans encombre, enfin presque car c'est une fois arrivés à Parano que le duo réalise que les wagons comportant les boîtes de conserve cachant l'argent de Picsou ont disparu et un des employés de Picsou accuse Mickey et Dingo d'être les voleurs. Ils doivent donc revenir sur leurs pas pour comprendre cette disparition et Mickey finit par savoir enfin comment on a pu les voler.

Seconde partieModifier

Ainsi, lorsque le train traversa le tunnel du trajet, un des hommes de Pat Hibulaire sauta à la sortie de celui-ci et décrocha les wagons sans que les deux héros ne se rendent compte de quoi que ce soit. Mickey et Dingo continuent de revenir sur leurs pas et la piste suivie les mènent à la ville fantôme de Pepita City. Ils suivent alors la piste des boîtes de conserve d'argent qui les mène au saloon La roue d'or et Dingo déclenche alors un mécanisme qui jette Mickey dans les griffes de Pat Hibulaire et sa bande.

Grâce à son don d'attirer les objets, Dingo récupère le pistolet de Pat Hibulaire et s'en suit une course poursuite entre Pat Hibulaire et son ennemi juré, une course poursuite qui mène nos héros dans la pièce où sont cachées toutes les boîtes de conserve d'argent. Mickey et Dingo arrivent alors à les utiliser comme projectiles et mettent ainsi hors d'état de nuire le bandit à la jambe de bois et deux de ses complices. Maintenant que les bandits sont capturés, Mickey et Dingo ramènent le précieux chargement à Donaldville où Picsou les récompense avec un dîner où il utilise une de ses boîtes d'argent en guise de sauce tomate.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette aventure n'a fait l'objet que d'une seule publication en France, dans le Mickey Parade n°5 datant de mai 1980.

Le gag ajoutéModifier

GagPeregoMickeyEtLeRoiDesVoleurs.jpg

Extrait du contenu ajouté à ce récit entre les deux parties par Gian Giacomo Dalmasso et Giuseppe Perego

A cette époque, les numéros de Mickey Parade reprenaient exactement le contenu des magazines italiens I Classici Di Walt Disney et on a donc la publication de récit telle qu'elle est dans la revue italienne avec les scénettes de prologue, de transition et parfois de conclusion, sans oublier qu'à l'occasion elle s'installent même en plein milieu d'un récit entre deux parties, ce qui est le cas de Mickey contre le roi des voleurs. Dans le cas présent, le scénariste Gian Giacomo Dalmasso et le dessinateur Giuseppe Perego ajoutent au récit un peu plus d'une page où Dingo écrase Mickey avec le train du chargement d'or entre la fin de la première partie et le début de la deuxième.

Le complice disparuModifier

ProfesseurRoiDesVoleurs.jpg

Dernière case où apparaît Professeur

A la fin de l'aventure, Mickey arrête donc Pat Hibulaire et deux de ses complices. Or, il en avait trois, mais celui qui est appelé Professeur aura donc disparu du récit après avoir dit à Pat "Je te les ramènerai morts ou vifs, Pat!" en parlant de Mickey et Dingo. Sauf qu'on ne le verra plus et Mickey ne l'aura pas arrêté. Qui sait s'il en a pas profité pour prendre la poudre d'escampette en sentant le vent tourner...

Costaragua ou Hondorica?Modifier

PicsouMontreCarteMickeyDingo.jpg

Balthazar Picsou expliquant à Mickey Mouse et Dingo l'absence de Donald Duck

La question peut légitimement se poser. En effet, Picsou désigne un pays d'Amérique Centrale à Mickey et Dingo pour expliquer l'absence de Donald, parti en mission. Étant donné que le récit Mickey contre le roi des voleurs est paru en Italie trois mois après Le secret du Hondorica aux États-Unis (et un mois avant sa première publication italienne), Mickey contre le roi des voleurs se situe en réalité pendant que Donald et ses neveux sont partis au Hondorica dans le récit de Carl Barks. Le fait de traduire le terme par Costaragua est une liberté prise par les traducteurs qui, ne publiant pas Le Secret du Hondorica dans le magazine, voulaient se débarrasser de cette référence superflue.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard