Fandom

Picsou Wiki

Lillian Disney

6 698pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lil(l)ian (homonymie).

Bandeau Lillian Disney.jpg

Cet article a été élu article du mois de avril 2014.

«  Lillian était toujours disposée à dire une dure vérité, tout en restant chaleureuse et affectueuse à la fois. C'était une personne très spéciale. Vous n'aviez pas besoin de vous forcer pour l'apprécier, et vous ne pouviez pas oublier son rire chaleureux.  »

— Roy E. Disney (le fils de Roy O. Disney), à propos de sa tante, quelques jours après son décès.

Lillian Marie Bounds Disney[2] (15 février 1899 — 16 décembre 1997), née Bounds, surnommée « Lilly » ou encore « Madame Queen » (« Mrs. Queen »), plus connue sous le simple nom de Lillian Disney, est une intervalliste et secrétaire états-unienne ayant travaillé pour la société Disney.

Elle est également connue pour être l'épouse du célèbre Walt Disney, ainsi que la mère spirituelle du personnage de Mickey Mouse.

BiographieModifier

Lillian Disney enfant.jpg

Une des rares photographies de Lillian Disney enfant.

Née le mercredi 15 février 1899 à Spalding, en Idaho, aux États-Unis, sous le nom complet de Lillian Marie Bounds, la jeune femme est issue d'une famille très humble. Dernière d'une fratrie de dix enfants, elle est la fille de Jeanette Short Bounds et Willard Pehall Bounds, qui travaille en tant que forgeron et maréchal fédéral. La fillette passe la plus grande partie de son enfance à Lapwai, sur le territoire de la tribus indienne des Nez-Percés.

En décembre 1923, la campagnarde déménage à Los Angeles pour trouver un emploi, rejoignant sa sœur Hazel Cottrell, qui a immigré là-bas quelques années plus tôt.

La même année, alors que Roy et Walt Disney recherchent une assistante pour les épauler dans leur travail sur la série des Alice Comedies, le second demande à sa secrétaire, Kathleen Dollard, si elle connaît une personne qui aurait les qualités requises pour pourvoir le poste. Quelques temps après, la secrétaire en parle à son amie Lillian, fraîchement débarquée d'Idaho, en lui disant au préalable, en plaisantant : « J'ai un emploi pour toi, mais je t'en parle à une condition : ne pas épouser le patron ! »[3]

Le poste se trouvant à quelques minutes à pied de chez elle, Lillian Bounds se rend au Kingswell Studio pour passer un entretien d'embauche. La première fois qu'elle rencontre Walt, il ne porte pas de costume, arborant simplement « un manteau brun, un pull, un imperméable et un pantalon ».[4] À l'issue de cette entrevue, Walt engage la jeune femme comme secrétaire et intervalliste pour 15 $ par semaine.

Au début du travail de la toute nouvelle angeline, Walt propose régulièrement à Lillian et Kathleen de les ramener chez elles dans le vieux pick-up que le frère de Walt, Roy, a acheté pour les besoins des Studios. Un soir de 1924, alors qu'il est très tard, la collègue de Lillian est la première déposée : lorsqu'il ramène Lillian, cette dernière lui raconte son enfance dans l'Idaho ; cela émeut M. Disney, qui tombe réciproquement sous le charme de son employée. Dans la soirée, la jeune femme et son patron s'échangent leur premier baiser.

Définitivement émouchée de son employeur, Lillian propose maintes fois à son amoureux de rencontrer ses parents. Mais Walt refuse, puisqu'il veut avant tout économiser quarante dollars pour s'acheter un costume, ayant pour soucis de faire une bonne impression à ses futurs beaux-parents. Le tête-à-tête se fait finalement en 1925. Lors de celui-ci, Walt réalise enfin l'un de ses plus beaux rêves : obtenir la main de sa dulcinée.

Walt, Lillian et Diane Disney.jpg

Lillian et Walt, tenant leur fillette tant attendue (Diane Disney) dans leurs bras.

Après son mariage avec Walt, le 13 juillet 1925, la jeune femme, alors devenue Lillian Disney, arrête brutalement sa carrière d'intervalliste et de secrétaire pour pouvoir entièrement se consacrer à la construction d'une descendance pour son mari.[5]

Lors d'un voyage en train, en 1928, Walt montre des croquis d'une souris qu'il a créé à Lillian, et lui dit qu'il l'appellerait « Mortimer Mouse ». Rétorquant ne pas aimer cette appellation, Lillian propose un nom qui lui plaît plus : « Mickey Mouse ». C'est donc grâce à Lillian que la souris intrépide et aventurière que nous connaissons aujourd'hui s'appelle ainsi.[6]

Lillian et les enfantsModifier

Famille Disney en 1959.jpg

Lillian et Walt Disney en compagnie de leurs filles Diane (à droite) et Sharon Disney (à gauche), en 1959.

Quelques temps plus tard, Lillian tombe deux fois enceinte. Malheureusement, la grossesse se conclut à chaque fois par un échec... Les deux fausses couches de Lillian sont de véritables épreuves pour le couple, qui s'imagine alors ne pas avoir d'héritier. Néanmoins, en 1933, Lillian tombe une troisième fois enceinte. Walt, tout excité à l'idée la venue de l'enfant, change une pièce de leur maison en nursery et la fait décorer en bleu et rose.[7] Finalement, le 18 décembre 1933, comme un cadeau de Noël avant l'heure, Lillian accouche d'une petite fille prénommée Diane Marie Disney.

Quatre ans après, en janvier 1937, après que Lillian ait finalement fait trois fausses couches, les époux Disney, voyant que la mère de famille éprouve trop de difficultés à tomber enceinte de manière naturelle, prennent finalement la décision d'adopter un enfant. C'est ainsi que Sharon Mae Disney (née sous X, le 21 décembre 1936), fillette âgée de deux semaines, entre dans leur vie, venant agrandir la petite famille. Dans l'objectif de tenir loin d'eux la presse américaine, Walt et Lillian font récupérer Sharon à l'hôpital par le jardinier et la gouvernante de Diane. Dans l'objectif de préserver leur fille biologique et de ne pas privilégier leur fille biologique, le couple Disney bannie le sujet-même de l'adoption du foyer familial, et efface toutes les preuves qui permettraient de remonter à la famille biologique de l'enfant.

Sunnee et Walt et Lillian Disney.jpg

Sunnee, la chienne des Disney, en compagnie de ses maîtres.

Les heureux parents procurent une immense affection à leurs deux petites filles, qui se transforme au fil du temps en une obsession de la sécurité des deux fillettes. En effet, dès leur plus jeune âge, le couple interdit à Sharon et Diane de sortir jouer toutes seules dans le voisinage. À l'époque où les fillettes sont encore bébés, le couple fait poser des barreaux aux fenêtres de la nursery installée dans la maison familiale pour éviter une quelconque tentative d'enlèvement. Mais malgré cela, dans certaines interviews réalisées dans les années 2000-2010, Diane avoue avec beaucoup de nostalgie que Lillian et Walt ont été de très bons parents pour sa sœur et elle.

Après la mort de son épouxModifier

Le mari de Lillian, Walt Disney, quitte notre monde le 15 décembre 1966, des causes d'un cancer du poumon. Devenue veuve après quarante-et-un de mariage, Lilian met un certain temps à se remettre du décès de son époux. Elle se remarie finalement avec un certain John Louis Truyens en 1969, jusqu'au décès de ce dernier le 24 février 1981.

En 1971, Lillian réalise l'un des derniers projets de Walt en participant à la création de la California Institute of the Arts, école d'arts basée à Valencia, dans la banlieue de Los Angeles en Californie.

Walt et Lillian Disney.png

Lillian en compagnie de son mari Walt, dans les années 1960.

Le dimanche 12 mai 1987, Mme Disney annonce qu'elle ferait un don de cinquante millions de dollars à la ville de Los Angeles, dans l'objectif de bâtir une nouvelle salle de concerts qui sera imaginée par l'architecte américano-canadien Frank Gehry. La salle Philharmonique, dont la construction débute en 2001, est achevée en octobre 2003. Ce don est un des derniers gestes de bienfaisance importants de Lillian.

En 1994, alors qu'une biographie apparemment mensongère contant la face cachée de Walt Disney intitulée Walt Disney : Hollywood's Dark Prince (écrite par Marc Eliot) vient de paraître, Lillian rétorque à propos de son premier conjoint : « Nous avons partagé de merveilleux souvenirs et avons eu une vie passionnante dont nous avons savouré chaque minute. Il était un mari merveilleux pour moi et un père et grand-père merveilleux et fidèle. Je suis désolée de lire un nouveau livre sur Walt, inventant effectivement des incidents qui ne sont jamais arrivés. »[8]

Décès et réactionsModifier

Le mardi 16 décembre 1997, Lillian quitte le monde des vivants des causes d'un accident vasculaire cérébrale lui ayant pris la veille. Selon ses proches, elle serait paisiblement décédée pendant la nuit, durant son sommeil. Elle est enterrée avec son premier époux et amour de toujours, Walt Disney, au Forest Lawn Memorial Park (Glendale), laissant derrière elle une fille, dix petits-enfants et treize arrières petits-enfants.
Pierres tombales Walt et Lillian Disney.jpg

L'emplacement de la pierre tombale de Walt et Lillian Disney, au Forest Lawn Memorial Park (Glendale). Leur plaque commémorative est souvent complètement obscurcie par des buissons.

Sa mort a un assez grand retentissement, et cela dans le monde entier, étant même évoquée dans un article à part entière du célèbre et prestigieux quotidien new-yorkais The New York Times.[9]

Quelques temps après son décès, plusieurs proches de Lillian s'expriment sur sa disparition. Roy E. Disney, neveu de Mme Disney et alors vice-président de la Walt Disney Company, dit : « Ceci est vraiment la fin d'une ère pour Disney. Elle était une grande dame, pleine de rire et de plaisir, et toujours prête à dire la vérité. Elle était difficile et aimante en même temps. »[10]

Le président de l'époque de la Walt Disney Company, Michael D. Eisner, a quant à lui déclaré : « Mme Disney était un partenaire à temps plein de Walt, et nous sommes tous reconnaissants de ses contributions à la création de Mickey Mouse et de la Société Disney. Elle était l'exemple pour la vie de famille et le service communautaire. »[11]

Dans une interview réalisée dans les années 2000, Diane Disney Miller, la fille aînée et biologique de Lillian, dit, lors d'une interview : « Je pense que mon père est tombé amoureux d'elle presque immédiatement... elle était une petite dame indépendante ».[12]

Récompenses et hommagesModifier

Lilly Belle.jpg

« Lilly Belle », wagon du Disneyland & Santa Fe Railroad.

Avant et après sa mort, plusieurs personnalités ont tenu à rendre hommage à Lillian. En voici quelques uns parmi les plus marquants :
  • En 1955, année des trente-et-un ans de mariage de Lillian et Walt et de l'inauguration de son premier parc Disneyland, ce dernier baptise un wagon du Disneyland & Santa Fe Railroad, chemin de fer à vapeur encerclant le parc, « Lyly Belle », ce qui est évidemment une petite référence à son épouse, connue sous le surnom de « Lily ». Ceci est assez ironique, en sachant que Mme Disney trouvait alors qu'un parc serait un véritable gouffre financier, croyant même à un échec total.
  • Lilly Belle (locomotive).jpg

    « Lilly Belle », locomotive du Walt Disney World Railroad.

    En 1971, au Walt Disney World Resort, en Floride, on découvre qu'un train a notamment été construit, comme pour le premier Disneyland quelques années plus tôt : il s'agit du Walt Disney World Railroad, constitué de quatre trains. Il faut savoir que chaque locomotive de train a été nommée d'après une personnalité ayant grandement contribué aux débuts de la Walt Disney Company. Ainsi, elles sont baptisées Walter E. Disney (Walt Disney lui-même), Roger E. Broggie (ami de Walt ayant travaillé pour lui comme imagineer), Roy O. Disney (Roy O. Disney lui-même), ainsi que « Lyly Belle » (évidemment Lillian Disney, comme pour le premier Disneyland).
  • The Empress Lilly.jpg

    « The Empress Lilly », bateau à vapeur inauguré en 1977.

    Dans les années 1970, Walt Disney Imagineering Research & Development, Inc. crée une réplique d'un bateau à vapeur pour le Downtown Disney Floride, à Walt Disney World Resort, parc Disney se trouvant en Floride, appelé « The Empress Lilly » en l'honneur de la veuve Disney, qui vient inaugurer l'attraction le 1er mai 1977.
  • En 2003, la communauté Disney prête hommage à l'épouse de Walt Disney en l'introduisant aux Disney Legends.
  • Dans les années 2000, une nouvelle boutique souvenir ouvre ses portes au Disney Park (parc Disneyland des États-Unis) : elle porte le nom sympathique de Lilly's boutique, « Lilly » étant le diminutif et petit surnom de Lillian.
Lilly's boutique.jpg

La façade de la boutique souvenir Lilly's boutique.

«  La boutique est décorée avec un charmant papier peint et du mobilier en bois ancien, rempli de porcelaines et autres verreries Disney. La décoration principale reste cependant les nombreuses photos de Lilly et Walt. Dans la boutique, vous trouverez tout une sélection d'assiettes, d'ustensiles de cuisine, des tasses, des verres, des bols, mais également divers articles pour la salle de bain, comme des porte-savons.  »

— Description de la boutique, telle qu'elle est faite sur le site Disney Gazette.

  • La mère de Mickey Mouse et Amelia Fieldmouse a été prénommée Lillian Toponi par des fans en hommage à Lillian Disney, qui a contribué à la création de Mickey, et est donc de ce fait sa mère spirituelle.

Interprétation au cinémaModifier

Lillian Disney dans L'ombre de Mary - La Promesse de Walt Disney.png

Lillian Disney, interprétée par Dendrie Taylor dans le film Dans l'ombre de Mary : La Promesse de Walt Disney.

Lillian Disney apparaît dans le film de 2013, Dans l'ombre de Mary : La Promesse de Walt Disney, alors interprétée par l'actrice Dendrie Taylor. Dans ce film, Lillian est un personnage secondaire, voire tertiaire, ne faisant que quelques apparitions en compagnie de son mari Walt Disney, joué pour l'occasion par le célèbre acteur états-unien Tom Hanks. Le choix du casting est d'ailleurs assez amusant, Tom Tanks étant un lointain cousin de la famille Disney.

En coulissesModifier

Travaux pour DisneyModifier

Walt et Lillian Disney.jpg

Une des rares photographies en couleurs du couple.

Tous les courts métrages suivants font partis de la série Alice Comedies, réalisée de 1923 à 1927, hormis le dernier :
  1. Alice's Wild West Show, 1er mai 1924.
  2. Alice's Fishy Story, 1er juin 1924.
  3. Alice and the Dog Catcher, 1er juillet 1924.
  4. Alice the Peacemaker, 1er août 1924.
  5. Alice Gets in Dutch, 1er novembre 1924.
  6. Alice and the Three Bears, 1er décembre 1924.
  7. Alice the Piper, 15 décembre 1924.
  8. Alice Cans the Cannibals, 1er janvier 1925.
  9. Alice the Toreador, 15 janvier 1925.
  10. Alice Gets Stung, 1er février 1925.
  11. Alice Solves the Puzzle, 15 février 1925.
  12. Alice's Egg Plant, 30 mai 1925.
  13. Alice Wins the Derby, 12 juillet 1925.
  14. Alice Loses Out, 15 juin 1925.
  15. Alice is Stage Struck, 23 juin 1925.
  16. L'Avion fou (Plane Crazy en version originale), faisant partie de la série Mickey Mouse, sorti le 15 mai 1928.

GénéalogieModifier

  • Grand-mère maternelle : Anne E. Smith (1830 — 1899).
  • Grand-père maternel : Amos Clark Short (1836 — 1910).
  • Grand-mère paternelle : Rachel Linville (1838 — 1908).
  • Grand-père paternel : James Lovelady Bounds (1830 — 1914).
  • Mère : Jeanette Short (1854 — 1931).
  • Père : Willard Pehall Bounds (1854 — 1916).
  • Sa fratrie (sept enfants sur dix) et leur descendance :
    • Roy Obediah « Obie » Bounds (1880 — 1962), marié à Ethel Bertha Hammond (1883 — 1962), avec laquelle il a quatre enfants :
      • Ruby Margarite Bounds (1909 — 1963), épouse de Nicholas John Peirano (1907 — 1994) et mère de deux enfants :
        • Une fille, Arlene Cecilia Peirano (1933 — 1987).
        • Un fils, Nichols Anthony Peirano (1937 — 2005), marié à une certaine Peggy (? — 2001).
      • Fern Myrtle Bounds (1912 — 1976), femme de James Edward Clark (1909 — 1970).
      • Olie Roy Bounds (1915 — 1975), marié à Marion Lee (1918 — 1990), avec laquelle il a au moins une progéniture.
      • Catherine Jeanette Bounds (1921 — 1985), épouse de Samuel W. Gibson (1912 — 1982).
    • Grover Claude Bounds (1885 — 1958), marié à Mary I. Wann (dates de naissance et de mort inconnues).
    • Harry Hawcroft Bounds (1887 — 1961), époux d'Elizabeth Menzes Galbraith (1887 — 1951), avec laquelle il a un fils :
      • Willard Russell Bounds (1920 — 1974), père de deux filles :
        • Nickolette Bounds (devenue Doering par mariage) et Coleen Bounds.
    • Willard Wade Bounds, Sr (1890 — 1979), marié à Daise Holsclaw (1894 — 1967), avec laquelle il a au moins :
      • Un fils nommé d'après lui, soit Willard Wade Bounds, Jr.
      • Une fille nommée Phyllis Zane Bounds (1919 — 1983), mariée successivement à Thomas Celestin Hauret, George Hurrell Sr. (1904 — 1992) de 1944 à 1954, David Detiege (1926 — 1984) de 1954 à 1958 puis Milton « Milt » Erwin Kahl (1909 — 1987) de 1968 à 1978. Elle a trois enfants avec son second mari : Clancy, Victoria et Alexandra.
    • Lloyd James Bounds (1895 — 1964), époux de Lorena Lane (1896 — 1993), avec laquelle il a un fils :
      • Lloyd Dale Bounds (1925 — 1993).
    • Hazel Mae Bounds (1898 — 1975), d'abord mariée à Glenn Omer Sewell (divorce), puis à William H. Dennis « Bill » Cottrell (1906 — 1995). Elle a une fille avec son premier époux :
      • Marjorie Muriel Sewell (1916 — 1999), épouse de Marvin Aubrey Davis (1910 - 1998).
    • Lillian Marie Bounds (1899 — 1997), femme de Walter Elias Disney (1901 — 1966) de 1923 à 1966, puis de John Louis Truyens de 1969 à 1981. Elle a deux filles avec son premier époux :
      • Diane Marie Disney (1933 — 2013), femme de Ronald William Miller (1933), qu'elle épouse le 9 mai 1954. Le couple a sept enfants ensemble :
        • Christopher Disney Miller (1954).
        • Joanna Sharon Miller (1956), épouse de Louis J. Runeare (1951) depuis 1978, avec lequel elle a deux enfants :
          • Nicholas Carcido Runeare (1981).
          • Sebastian Disney Runeare (1989).
        • Tamara Disney Miller (1957), femme de Grant Scheer.
        • Jennifer L. Miller (1960), épouse de Robert A. Goof depuis 1985.
        • Walter Elias Disney Miller (1961).
        • Ronald William Miller, Jr. (1963).
        • Patrick Disney Miller (1967).
      • Sharon Mae Disney (adoptée ; 1936 — 1993), épouse de Robert Borgfeldt Brown (1928 — 1967) du 10 mai 1959 au 14 septembre 1967, puis de William S. Lund, qu'elle épouse en 1968 et dont elle divorce par la suite. Elle a trois enfants de ses deux unions :
        • Victoria Diane Brown (plus tard Lund, car adoptée par le second mari de sa femme ; 1966 — 2002).
        • Brad et Michelle Lund (1970).

Liens externesModifier

Lillian Disney en 1935.jpg

Lillian Disney, en 1935.

Notes et référencesModifier

  1. Pour plus d'informations sur la famille Bounds, voir ici.
  2. Bien qu'elle ait épousé un homme nommé John Louis Truyens après la mort de Walt, il semble que Lillian n'ait pas pris le nom de famille de ce dernier, puisqu'il ne figure pas sur sa pierre tombale, contrairement à sa fille Sharon, qui y arbore son nom de jeune fille, ainsi que les noms de famille de ses deux époux (cf : en.wikipédia).
  3. Texte original : « I have a job for you, but I am telling you about it on one condition: don’t marry the boss ! »
  4. En version originale : « A brown coat, sweater, raincoat and pants. ».
  5. Bien que Lillian collabore exceptionnellement avec sa belle-sœur Edna Disney, sa sœur Hazel Cottrell et son époux Walt Disney sur le court-métrage L'Avion fou, sorti le 15 mai 1928 en version muette.
  6. On peut noter que c'est finalement un rat anthropomorphe, accessoirement rival de Mickey dans le cœur de Minnie, Mortimer Ratino (Mortimer Mouse en version originale), qui hérite du nom d'origine de la souris.
  7. En effet, à ce moment-là, on ne connaît pas encore le sexe du bébé.
  8. Traduit approximativement de l'anglais au français. Texte original : « We shared a wonderful, exciting life and we loved every minute of it. He was a wonderful husband to me and a wonderful and loyal father and grandfather. I am distressed to learn of a new book about Walt that actually invents incidents that never happened. »
  9. Voir l'article ici (rédigé en anglais).
  10. Traduit approximativement de l'anglais au français. Texte original : « This really is the end of an era for Disney. She was a great lady, full of laughter and fun and always prepared to speak the truth, tough and loving at the same time. »
  11. Traduit approximativement de l'anglais au français. Texte original : « Mrs. Disney was a full-time partner to Walt and we are all grateful for her contributions in the creation of Mickey Mouse and the Disney Company and the example she set for family life and community service. »
  12. Version originale : « I think my dad fell in love with her almost immediately ... she was an independent little lady ».

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard