FANDOM


Le fantôme de Notre-Duck est une histoire en bande dessinée de vingt-quatre planches scénarisée et dessinée par Carl Barks, écrite le 4 mars 1965 et publiée pour la première fois en novembre de la même année aux États-Unis. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, Balthazar Picsou, Dublair et le fantôme de Notre-Duck. Elle se déroule dans la cathédrale Notre-Duck, à Donaldville.

SynopsisModifier

Cathédrale Notre-Duck Le fantôme de Notre-Duck

La cathédrale Notre-Duck, fierté de Donaldville.

Picsou a un nouveau coffre ! Il ne s'ouvre désormais plus qu'avec un fifre. Pour qu'il ne lui arrive pas malheur, Picsou se rend dans la cathédrale Notre-Duck, pour plonger son précieux instrument dans l'eau bénite. Mais son fifre disparaît mystérieusement. Riri, Fifi et Loulou soupçonnent alors le mystérieux fantôme de Notre-Duck d'avoir fait le coup...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Le fantôme de Notre-Duck 2

Balthazar Picsou jouant « My bonnie lies over the ocean! » avec un fifre pour ouvrir la porte de son coffre.

Donald, Riri, Fifi et Loulou rendent visite à leur oncle Picsou. Ce dernier est en train de fermer la porte de son coffre, avec un air de musique, celui de « My bonnie lies over the ocean! », joué d'un fifre. En effet, sa porte est dotée d'un système électronique qui ne s'ouvre uniquement sur cet air de musique, et se ferme sur ce même morceau joué à l'envers, joué par un fifre. Ce système assure à Picsou une protection totale de sa fortune.

Au vu de la valeur du fifre de Picsou, celui-ci décide de trouver un endroit discret pour le protéger. Après avoir fermé la porte, en jouant « My bonnie lies over the ocean! » à l'envers, Picsou et ses neveux partent visiter la cathédrale Notre-Duck, dont la rumeur court qu'il y aurait un fantôme à l'intérieur. En réalité, Picsou et ses neveux ne font pas une visite de la cathédrale, mais vont cacher le fifre dans la fontaine de la cathédrale. Ainsi, plus personne ne pourra s'introduire dans le coffre de Picsou.

Le fantôme de Notre-Duck 3

Picsou cachant son fifre dans la fontaine de la cathédrale Notre-Duck.

Picsou plonge son fifre dans la fontaine, qui semble assez profonde. À un moment, voulant vérifier la profondeur, il remonte le fifre. C'est alors qu'il découvre que son fifre a disparu ! Surpris, le multi-milliardaire descend dans la fontaine, pour chercher cet objet de valeur inestimable. Il ne le trouve pas, comme il ne trouve aucune pièce dans cette fontaine, alors que des milliers de visiteurs jettent une pièce dans cette fontaine chaque jour. C'est un mystère non-résolu depuis des années, selon un des gardes de la cathédrale.

En bas de la fontaine, Picsou entend alors son fifre jouer « My bonnie lies over the ocean! », comme si quelqu'un d'autre l'avait volé... Picsou cherche partout, mais ne trouve aucune trace de la possible présence d'un voleur. Riri, Fifi et Loulou arrivent rapidement à la conclusion qu'il s'agit du fantôme de Notre-Duck...

Juste après le vol, la chanson « My bonnie lies over the ocean! » commence à s'entendre partout dans la cathédrale. Le fantôme erre dans toute la cathédrale, ce qui effraie tout à coup le garde du bâtiment, qui fuit. Picsou, lui, suit l'air de musique et commence à chercher partout dans la cathédrale, dans les moindres recoins. Il arrive à suivre le fantôme à l'intérieur des murs, dans des galeries secrètes. Picsou essaye toujours, dans ces galeries, de suivre le fantôme, en vain.

Cathédrale Notre-Duck en pièces Le fantôme de Notre-Duck

Picsou découvrant le château du fantôme de Notre-Duck dans les galeries de la cathédrale.

Cependant, il trouve, dans les galeries, un château de pièces. Il est constitué de toutes les pièces tombées dans la fontaine de la cathédrale depuis des années. Découvrant cela, Picsou est surpris, mais n'arrête pas sa poursuite contre le fantôme, et monte dans les toits de la cathédrale.

Sur les toits, l'oncle Picsou arrive enfin à apercevoir la fantôme de Notre-Duck. Mais il continue à s'enfuir, et Picsou essaye à nouveau de le suivre, mais, cette fois-ci, se fait piéger par le fantôme lui-même, et se retrouve suspendu à une corde fixée au toit de la cathédrale. Ses neveux tentent alors de le récupérer avec des coussins, pour éviter un accident.

Le fantôme de Notre-Duck 4

Le fantôme de Notre-Duck poursuivit par Donald Duck sur la flèche de la cathédrale.

C'est alors que Donald aperçoit également le fantôme : il le suit discrètement, et le fantôme ne le repère pas. Voyant cela, le canard en vareuse tente alors d'attrapper le fantôme errant, mais c'est ce même fantôme qui a le dernier mot. Cependant, Donald continue de le poursuivre, et va même jusqu'à la flèche du toit de la cathédrale pour attrapper ce fantôme. Mais le fantôme avait prévu une cachette à cet endroit, et il piège à nouveau Donald !

Dans la cathédrale, Riri, Fifi et Loulou ont placé des coussins pour amortir la chute de leur oncle, qu'ils vont provoquer en tirant une grande flèche. Ils doivent être précis, sinon tout sera perdu, mais, heureusement, les neveux ne ratent pas leur coup, et le milliardaire est libéré. À peine libéré, Picsou part immédiatement à la poursuite du fantôme, à nouveau, et voit son neveu Donald sur la flèche de la cathédrale. Le fantôme repère Picsou, et redescend de sa cachette pour pouvoir à nouveau piéger Picsou.

Le fantôme de Notre-Duck 5

Le fantôme de Notre-Duck jouant l'air « My bonnie lies over the ocean! » à l'orgue, alors que Balthazar Picsou en est prisonnier.

Entretemps, le canard en redingote était rentré dans la cathédrale, pour pouvoir monter sur le toit. Le fantôme et le milliardaire se croisent, et la poursuite reprend. Le fantôme, qui possède toujours le fifre de Picsou, attire celui-ci dans un tuyau de l'orgue géant de la cathédrale, et commence alors à jouer « My bonnie lies over the ocean! » à l'orgue, ce qui commence à agacer Picsou. Après s'être amusé avec l'orgue, le fantôme de la cathédrale part piéger les neveux de Picsou.

Cependant, il ne les aperçoit pas tout de suite. En réalité, les neveux sont partis aller chercher le limier officiel des Castors Juniors, Dublair. Ce limier trouve rapidement le fantôme, grâce à son flair, et commence à le poursuivre, connaissant désormais son odeur. Les enfants suivent le limier. Justement, c'est ce que désirait le fantôme : il comptait attirer les neveux sur le toit et ouvrir ainsi des trappes, qui enfermeraient les enfants dans l'orgue géant de la cathédrale. Ce plan réussit, et le fantôme réussit même à se débarasser du limier des Castors Juniors, en le jetant du toit. Le fantôme peut désormais aller au coffre pour pouvoir voler la fortune de Picsou...

Le fantôme de Notre-Duck 6

Riri, Fifi et Loulou Duck, prisonniers de l'orgue de la cathédrale, surpris par l'air joué accidentellement par le limier Dublair.

Cependant, Dublair est toujours là, même après sa chute de plusieurs mètres. Grâce à son flair, il tente de retrouver les généraux Castors Juniors, prisonniers, et arrive au clavier de l'orgue géant. Il commencer alors à jouer, par erreur, « My bonnie lies over the ocean! », ce qui exaspère Picsou et surprend Riri, Fifi et Loulou. En entendant ces cris, Dublair court libérer le canard fortuné, puis part libérer Donald et ses neveux.

Après leur libération, le fantôme réapparraît, avec quelques pièces volées du coffre de Picsou. Il retourne dans les galeries de la cathédrale, avec ses pièces. Picsou et ses neveux le suivent de près, pour découvrir son intention. Le fantôme déverse les pièces près du château de pièces, découvert par Picsou auparavant, qui était constitué des pièces tombées dans la fontaine de la cathédrale. En réalité, le fantôme avait capturé Picsou et ses neveux et volé quelques pièces dans le simple but de voir son œuvre achevée, car il savait que les pièces qui tombent dans la fontaine ne sont pas suffisantes pour achever une œuvre pareille. Quand le fantôme a apprit que le fifre pouvait ouvrir le coffre de Picsou, il voulut absolument pénétrer dans le coffe y prendre quelques pièces.

Fantôme de Notre-Duck

Le fantôme de Notre-Duck révélant son vrai visage à Balthazar Picsou et ses neveux.

Étonnament, Balthazar Picsou n'en voulut pas au fantôme de Notre-Duck d'avoir fait tout cela. Au contraire, s'il avait su, il aurait rapporté toutes les pièces nécessaires à achever cette œuvre pour le fantôme, à condition de pouvoir participer à la construction du château en pièces. Les neveux sont surpris que leur oncle pardonne tout si facilement, et veulent au moins voir le visage du fantôme. Bizarrement, le fantôme ressemble à l'oncle Picsou...

De retour au coffre, plus tard, Donald constate que la serrure du dépôt ne s'ouvre plus par l'air de musique joué par le fifre, mais par une bonne combinaison à chiffres. En effet, Picsou n'apprécia plus l'air de musique après l'avoir entendu dans l'orgue très fort, et « a perdu le goût de la musique », expliquant ce retour à la bonne vieille méthode !

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire est parue pour la première fois en France dans Le Journal de Mickey n°752 en octobre 1966. Elle a ensuite été publiée dans :

Précédée par Le fantôme de Notre-Duck Suivie par
Au Nord du Yukon
Au nord du Yukon
Histoire de Carl Barks
1re parution : Novembre 1965
Un sacré bon calcul
Un sacré bon calcul

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.