FANDOM


  • Le champion de la fortune
  • Galerie


Le champion de la fortune est une histoire en bande dessinée de vingt-deux planches scénarisée et dessinée par Carl Barks, publiée pour la première fois en septembre 1959 aux États-Unis. Elle se déroule à Donaldville et met en scène Balthazar Picsou, Archibald Gripsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et Owl Judge.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Alors qu'il croise Picsou en pleine rue, Gripsou lui lance un défi : celui qui possédera la plus haute montagne de pièce de monnaies sera déclaré Homme le plus riche du monde. Cependant, Gripsou est prêt à tout et même à tricher pour vaincre son ennemi juré. Lors de sa première tentative, sa "montagne d'argent" n'était qu'un ballon géant gonflable que Picsou creva. Picsou lui demanda par la suite de participer à la loyale. Gripsou est donc obligé d'amener à Donaldville toute sa fortune.

Peu avant la fin du concours, des indigènes vendirent à Gripsou un liquide qui rétrécirait la pile d'argent de Picsou pour être certain de l'emporter. Mais Picsou, Donald et leurs neveux parviennent à se défendre contre Gripsou. Après les mesures des géomètres,Picsou est déclaré vainqueur car ce dernier avait vingt Litres d'argent en plus que Gripsou, soit la somme d'argent que Gripsou avait dépensé en achentant le liquide rétrécissant...

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

En France, cette histoire est parue dans Le Journal de Mickey n°434, dans la reliure du Journal de Mickey n°20, dans Grands albums cartonnés Le Livre de Paris n°2, Albums Dargaud n°P 5 dans les Picsou Magazine nos197 et 342, dans la reliure de Picsou Magazine n°Y, Les Trésors de Picsou n°11, et enfin dans Intégrale Carl Barks n°10.

AnecdotesModifier

  • C'est la seconde apparition d'Archibald Gripsou.
  • Lors de la publication française du Picsou Magazine n°197, les traducteurs, jugeant le sorcier Jivaro politiquement incorrect, supprimèrent l'allusion à sa nationalité d'origine en modifiant un de ses dialogues pour montrer qu'il « n'avait pas eu le temps de se démaquiller en revenant du bal costumé ». Ce changement sera aboli dans les éditions suivantes, pour coller au texte d'origine.
  • On peut considérer cette histoire comme la suite de Picsou contre Gripsou.