FANDOM


Le Petit Malin de la percée de la Culebra (The Sharpie of the Culebra Cut), également parue sous le titre La Harpie de la percée de Culebra, est une histoire en bandes dessinées de Keno Don Rosa. Elle met en scène Balthazar Picsou et ses sœurs, ainsi que le président Théodore Roosevelt et sa femme. Elle se déroule principalement au Panama au moment où est creusé le canal par des entreprises des États-Unis.

Elle est considérée comme l'épisode dix bis de La Jeunesse de Picsou.

SynopsisModifier

Riri, Fifi et Loulou Duck profitent que leur grand-oncle a de nouveau ouvert le coffre contenant ses souvenirs. Ils y découvrent un objet très étonnant... dont l'histoire de l'acquisition par Picsou leur est contée par celui-ci.

En novembre 1906, le président des États-Unis, Théodore Roosevelt visite le chantier du canal de Panama. Il apprend que Balthazar Picsou est présent et creuse une montagne pour trouver de l'or, juste sur le tracé du canal. Or, Roosevelt craignant que tout incident ne serve d'excuse à l'ambitieux général Esteban pour mener un coup d'État, il décide donc de négocier avec Picsou et de l'aider à creuser et tombe sur une étrange caverne...

Résumé completModifier

Danger Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

En coulissesModifier

Références à Carl BarksModifier

Cette histoire centrée sur l'histoire du président Théodore Roosevelt contient peu de références à Carl Barks. Simplement, sur la dernière planche, alors que Donald croit pouvoir rire d'une défaite de son oncle, celui-ci finit quand même par l'emporter.

Les trophées déposés dans le temple du jaguar sont, pour certains, des trésors apparus dans les histoires de Barks et Don Rosa.

Cette histoire dans l'œuvre de Don RosaModifier

La Harpie de la percée de la Culebra s'inscrit entre deux épisodes de La Jeunesse de Picsou : L'Envahisseur de Fort Donaldville et Le Bâtisseur d'empires du Calisota.

Don Rosa dépeint un Picsou en train d'évoluer vers sa fatale erreur du onzième épisode, celle qui lui coûta l'amour de sa famille. Déjà, ses sœurs, Hortense et Matilda sont les témoins de ce changement. Au Panama, elles sont capables de donner une bonne leçon à leur frère Balthazar.

C'est la troisième apparition du personnage historique Théodore Roosevelt dans la Jeunesse de Picsou après les épisodes trois (Buck Picsou des Badlands) et dix (L'Envahisseur de Fort Donaldville). Don Rosa est un admirateur de ce président. Il a cherché à lui faire rencontrer Picsou au cours d'un des voyages de Roosevelt.

Le choix du voyage à Panama est motivé par plusieurs faits :

  • Don Rosa souhaitait avoir Roosevelt encore président, ce qui écarta son voyage en Afrique de 1909 qui compléta les collections du Smithonian Institute ;
  • le canal de Panama avait été commencé par le Français Ferdinand de Lesseps, ce qui convenait à l'éditeur commanditaire français.

L'utilisation de faits historiques confrontés aux caractères de Picsou et d'Hortense permet de créer des situations humoristiques. Comme les deux agents des services secrets, habillés entièrement de noir, ils croient protéger une faible femme en Hortense McPicsou.

Références historiques et culturellesModifier

En 1906, Théodore Roosevelt est le premier président des États-Unis à avoir effectué un voyage à l'étranger pendant son mandat. Son pays avait racheté les droits des Français de construire le canal. Entre-temps, comme illustré dans l'histoire, le Panama nouvellement indépendant de la Colombie était menacé par des coups d'État militaire.

De la vie de Roosevelt, Don Rosa reprit l'habitude de l'ancien commissaire de New York de se promener la nuit en grande cape pour veiller à la tranquillité des rues. Président, il utilisa le premier les services secrets pour sa protection personnelle. Enfin, le discours de Picsou face à la nature est un texte inspiré de Roosevelt, créateur des parcs naturels nationaux.

Plusieurs autres personnages cités ont existé :

  • Philippe Bunau-Varilla, le Français qui négocia le traité avec les États-Unis (et qui aurait vendu la montagne à Picsou) ;
  • John Frank Stevens fut l'ingénieur en chef du chantier (que Roosevelt rencontre sur la première planche) ;
  • George Shanton, ancien de la brigade des Rough Riders de Roosevelt créa la police de la zone du canal ;
  • Le chef des Indiens Guaymi, Parita, vivait avec les siens près de la zone du canal ;
  • Le Général Esteban de l'histoire est inspiré du général Esteban Huertas qui mena la rébellion contre la Colombie. Don Rosa, conscient de la popularité du personnage, omit le nom de famille, mais conserva le physique et l'uniforme de Huertas.

Si des pelles mécaniques ont servi sur le chantier de Panama et si Roosevelt en conduisit vraiment une, elles n'étaient cependant pas automobiles en 1906. Don Rosa a joué avec la chronologie pour pouvoir disposer d'un engin qui ne dépende pas des voies ferrées.

Une autre fin ?Modifier

Les versions américaines et françaises se contre-disent. En effet, dans la version française, Picsou vend le teddy-bear à deux millions de dollars, contrairement à la version américaine, où il décline l'offre de dix millions de dollars et le garde pour sa valeur «sentimentale ». À noter que c'est la France qui a publié pour la première fois au monde cette histoire.

Don Rosa a répondu à la question que l'éditeur français avait totalement changé l'idée de la fin. La version française du texte de la dernière case de l'histoire est à l'opposée de son intention initiale.

A noter que, les lecteurs familiarisés avec l’anglais auront tout de suite compris que le titre français « La harpie de la percée de Culebra » est un véritable contre-sens ! « Sharpie » veut dire le pointu, le malin, l’astucieux. Et ce qualificatif s’applique à Picsou. Il ne se traduit absolument pas par « harpie » (Monstre fabuleux, qu’on représentait avec des ailes, un visage de femme, un corps de vautour et des ongles crochus) figure bien connue de l’histoire de Carl Barks : À la recherche de la Toison d'or[1]. Cette erreur de traduction fut corrigée dans le second tome de l'intégrale Don Rosa, publiée par Glénat.

Galerie d'imagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Lire article du blog Pmspg Picsou a-t-il vendu le nounours offert par Théodore Rousevelt ?
Précédée par Le Petit Malin de la percée de la Culebra Suivie par
Le Retour des Trois Caballeros
Aku Ankka n°2000-36
Histoire de La Jeunesse de Picsou
1re parution : février 2001
Les Rapetou contre le coffre-fort
Aku Ankka n°2001-26
Logo wikipedia Cette page utilise, totalement ou en partie, du contenu provenant de Wikipédia francophone. La page d‘origine se trouvait à l'adresse Le_Petit_Malin_de_la_percée_de_la_Culebra. La liste des auteurs est accessible dans l‘historique de la page. Comme sur Picsou Wiki, le texte de Wikipédia est disponible sous la licence de documentation libre GNU.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.