FANDOM


Le Cow-boy des Badlands est une histoire en bande dessinée de quinze planches scénarisée et dessinée par Don Rosa, publiée pour la première fois le 2 novembre 1992 au Danemark. Il s'agit du troisième épisode de La Jeunesse de Picsou, mettant en scène Balthazar Picsou ainsi que son nouveau patron Murdo McKenzie. Picsou y rencontre Théodore Roosevelt, futur président des États-Unis, au cours d'une escapade dans les Badlands, au Dakota du Sud.

SynopsisModifier

En 1882, Balthazar McPicsou arrête ses activités sur le fleuve Mississippi. Il part faire fortune vers l'ouest. Le train dans lequel il se trouve est attaqué par Jesse et Frank James, mais Picsou, la terreur de Glasgow, ne se laisse pas faire. Cependant, dans l'action, il tombe accidentellement du train qui devait l'emmener jusqu'au Colorado.

Il croise alors Murdo McKenzie, un éleveur de bétail d'origine écossaise, et devient cow-boy dans le Montana. Apprécié dans son travail par Mac Kenzie, celui-ci confie à « Buck » McPicsou la garde d'un taureau de compétition, rapidement volé par deux membres du groupe qui tentent de le semer dans les Badlands.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Œuf carré Le Cow-boy des Badlands

Rhutt Betler montrant à Balthazar Picsou un œuf carré.

Après son épisode maritime, Balthazar Picsou part vers l'Ouest des États-Unis dans son objectif de faire fortune. Alors dans le train pour arriver au Colorado, il écrit une lettre à ses parents, vivant toujours en Écosse. Pendant qu'il écrivait sa lettre, Picsou est interpellé par un vieil homme, du nom de Rhutt Betler, qui lui présente de drôles d'œufs : des œuf carrés. L'homme est persuadé qu'il s'agit d'une idée dans laquelle il faut investir et sur laquelle n'importe qui pourrait faire fortune afin d'attirer Picsou.

Balthazar Picsou se défendant contre Jesse et Frank James Le Cow-boy des Badlands

Picsou piégeant les frères Jesse et Frank James.

Cependant, l'attention de Picsou est rapidement détournée, car la bande des frères James, Jesse et Frank James, qui détruisent le seul œuf carré de Rhutt Betler au passage. Les bandits sont notamment intéressés par la ceinture de Picsou, qui contient tout ce qu'il possède : son sou fétiche, sa montre en or et les dents en or de Kenneth McPicsou. Picsou fait alors semblant d'être bouleversé par cette tentative de vol, et fait croire aux voleurs qu'il cache des bijoux dans les dents en or, qui se révéleraient en appuyant sur les quatre dernières molaires. Ce n'est qu'une ruse pour piéger les voleurs bien entendu, et Picsou, lorsque les voleurs appuient sur les molaires, écrase le dentier et neutralise les bandits, qui ont alors trop mal aux mains pour se défendre. Les bandits partent rapidement du train, apeurés par la férocité du futur canard le plus riche du monde.

Rodéo sur Hortense Le Cow-boy des Badlands

Picsou faisant malgré lui un grand rodéo sur une jument, devant Murdo McKenzie.

Picsou, en revanche, refuse de laisser les bandits s'échapper et veut se battre, fidèle à ses valeurs habituelles. Il n'arrive cependant pas à quitter le train sans tomber, rendant alors impossible toute poursuite. Picsou est désespéré par cet évènement et pense qu'il vient de perdre une opportunité pour construire sa fortune, vu qu'il n'a pas atteint le Colorado. En revanche, le canard est chanceux, car il aperçoit au loin un troupeau de vaches mené par des cow-boys : Picsou tente sa chance afin d'être embauché par les cow-boys. En criant au loin sa volonté, Picsou fait alors reconnaître aux cow-boys son accent écossais : une chance, vu que le patron, Murdo McKenzie, est lui-même écossais. Ce dernier accepte à une condition : que Picsou montre sa valeur pour ce nouveau travail. Mac Kenzie veut d'abord savoir si le canard s'y connaît en matière bovine. Picsou répond positivement, car il dort très souvent avec les vaches et en a gardé des traces - de sabots - sur la poitrine. Le patron est presque convaincu, mais doit savoir le courage et la force du canard avant de l'embaucher : il lui amène alors une jument, surnommé « tueuse », et veut savoir si Picsou peut tout simplement rester sur cette jument difficile à monter. Picsou réalise, malgré lui, un rodéo exemplaire, où il perd tous ses vêtements à cause du comportement furieux de la jument, mais il tient sur la selle, complètement dénudé, à l'exception de sa ceinture qui était accrochée à la selle.

Buck Picsou Le Cow-boy des Badlands

Une lettre de Picsou à ses parents, le montrant comme un véritable cow-boy du nom de « Buck » Picsou.

Après un tel rodéo, le patron est convaincu que Picsou est un « dur », et lui donne un travail adapté : s'occuper d'un taureau de concours, nommé Vindicator. Le taureau est justement convoité par deux employés de Mac Kenzie, qui planifiaient de le voler, aidés par le fait qu'ils devaient s'en occuper avant l'arrivée du canard écossais. L'arrivée de Picsou complique ainsi leurs plans. Pendant ce temps, Picsou devient « Buck » Picsou : un véritable cow-boy de l'Ouest, équipé comme il se doit. Il envoie une lettre à ses parents pour leur présenter ce nouvel emploi, fier de ce nouveau statut. « Buck » apprend aussi la vie dure du métier : il doit traverser les montagnes rocheuses pour rejoindre le ranch de Mac Kenzie, situé dans le Montana. Il a dû subir les difficiles conditions de pluies torrentielles, de neige abondante, pendant ce voyage. C'est pendant ce voyage qu'il nomme également sa jument, adoptée avant de devenir cow-boy, par le nom de sa sœur cadette, Hortense.

Les McVipère volant Vindicator Le Cow-boy des Badlands

Deux membres du clan des McVipère volant Vindicator, le taureau que Picsou devait surveiller.

Une fois arrivé dans les grandes plaines du Montana, Balthazar est confronté aux deux bandits convoitant le taureau. En effet, les deux bandits, dès l'arrivée de l'équipe de Mac Kenzie au Montana, n'attend pas une seconde pour assommer Picsou et s'emparer de Vindicator, profitant des grandes prairies de la région pour ne pas être repérés. Mac Kenzie se rend rapidement compte de la situation : il sait qui sont les voleurs, ce sont deux frères du clan des McVipère, dont le patron se méfiait depuis le début. Mac Kenzie est désespéré par cet évènement qui remet en cause l'avenir de son ranch, et supplie Picsou de ramener ce taureau. Picsou part comme l'éclair sur le dos d'Hortense retrouver les bandits, et part si vite qu'il se retrouve au-dessus du troupeau de vaches. Heureusement, un de ses collègues est présent pour l'aiguiller, et lui indique la direction où les bandits ont pris la fuite : vers les Badlands du Dakota. Picsou s'y dirige alors à toute vitesse, malgré le danger de la zone.

Balthazar Picsou et Théodore Roosevelt Le Cow-boy des Badlands

Picsou sauvant Théodore Roosevelt d'un accident dans les Badlands.

Le matin, Picsou arrive là où les bandits se sont échappés : dans les Badlands. Il y rencontre alors un homme en danger, dont il ne connaît pas encore le célèbre nom : Théodore Roosevelt, futur président des États-Unis. L'homme s'est aventuré dans les Badlands et lui et son cheval se sont retrouvés face à un squelette de dinosaure, que Picsou prend pour un dinosaure encore vivant, mais qui a effrayé le cheval du futur président et fait tomber un rocher sur le cavalier. Après avoir repris ses esprits, Picsou libère le cow-boy qui chassait un grizzly dans les Badlands. Il est d'ailleurs cow-boy pour s'amuser, étant déjà riche et ayant déjà fait de la politique, mais à la recherche d'aventure et de respect. Picsou se plaint de sa situation, totalement différente de celle de Roosevelt. En revanche, l'ex-politicien donne courage à Picsou : il faut devenir riche par ses propres moyens, selon lui, et Picsou ira loin s'il le fait. Après ces paroles réconfortant le canard, ce dernier est déterminé à poursuivre les voleurs de taureau.

Balthazar Picsou et Théodore Roosevelt poursuivant les McVipère Le Cow-boy des Badlands

Picsou et Théodore Roosevelt se préparant à attaquer les McVipère.

Mais les Badlands sont un énorme labyrinthe où il est difficile de se repérer. Seuls des chasseurs Indiens, qui passaient par là, peuvent guider Picsou et le cow-boy riche dans leur recherche : ils savent où sont passés les deux bandits. Les deux cow-boys les retrouvent donc facilement : il ne reste plus pour Picsou qu'à les capturer. Picsou lance son lasso sur un des deux bandits, celui qui suit le taureau, sur recommandation de Roosevelt. Picsou réussit son coup : il ne reste plus qu'au riche cow-boy à accrocher le lasso à un rocher pour neutraliser ce premier bandit. Cependant, Roosevelt se trompe et attache le lasso au grizzly qu'il pourchassait ! L'ours poursuit alors Roosevelt et entraîne le premier bandit avec lui. Picsou aurait pu neutraliser le grizzly, mais refuse de le faire à cause du prix des balles.

Le refus de Picsou provoque une véritable zizanie au sein des Badlands. En effet, le grizzly, dans sa rage contre Roosevelt, ne prête pas attention au bandit auquel il est attaché, et est alors frappé par un des frères McVipère. Quand l'ours se rend compte de ce fait, il se met à pourchasser le bandit, provoquant alors la chute du squelette de dinosaure sur un buffle passant par là. Ce buffle se met alors à pourchasser les Indiens, qui le prennent pour « l'esprit malin » venu les pourchasser. Une grande pagaille est alors semée dans cette région, avec plusieurs courses-poursuites entre les divers protagonistes...

Zizanie Le Cow-boy des Badlands

Pendant ce temps, Mac Kenzie est sur les traces de Picsou et arrive dans les Badlands. Effrayé par la région, il se rend vite compte de la zizanie semée par l'intervention de Picsou dans sa traque, et ne comprend pas les « drôles de choses » qui s'y déroulent. C'est alors que Théodore Roosevelt surgit, et avec lui Picsou et Vindicator : le canard a rempli sa mission. Comme récompense, Mac Kenzie offre à Picsou un poste de contremaître dans son ranch, ce que le canard accepte temporairement, dans son désir de richesses. Le canard fait ses adieux (temporaires) à Théodore Roosevelt, et repart alors vers l'aventure, mais toujours avec la fureur de sa jument !

Fin Le Cow-boy des Badlands

En coulissesModifier

Références à Carl BarksModifier

Dans les premières planches, un voyageur, Rhutt Betler, cherche un investisseur pour le commerce d'œufs carrés qu'il aurait découvert dans les Andes dix-neuf ans plus tôt. Ceci évoque Perdus dans les Andes !, histoire de Carl Barks publiée en avril 1949, au cours de laquelle Donald et ses neveux découvrent la cité d’où proviennent ces œufs.

Références historiques et culturellesModifier

Les Badlands sont devenus un parc national, le Badlands National Park, dans le Dakota du Sud. Cette histoire présente le paysage d'érosion et les squelettes que se trouvent dans ce lieu. Le squelette de cet épisode est vraisemblablement fictif avec son nez en forme de bec et peut être lié à la dinosaure-canard que Don Rosa dessine dans les Évadés de la vallée interdite parue en 1999.

Murdo McKenzie a existé : né en 1850 en Écosse, il émigre aux États-Unis en 1885 pour y diriger des élevages bovins jusqu'à deux ans avant sa mort, en 1932.

CensureModifier

Dans cette bande dessinée, toutes les armes pointant sur Picsou ont été redirigées en l’air voire même supprimées pour la version américaine.

Don Rosa a aussi élaboré plusieurs storyboards qui ne furent pas retenus.

PublicationsModifier

Cette histoire est parue pour la première fois dans Anders And & Co n°45-1992 le 02 novembre 1992 au Danemark

Publications françaisesModifier

Cette histoire est parue cinq fois en France, dans :

Galerie d'imagesModifier

Précédée par Le Cow-boy des Badlands Suivie par
Le Roi du Mississippi

Uncle Scrooge n°286
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : novembre 1992
L'Aventurier de la colline de cuivre

Uncle Scrooge n°288
Logo wikipedia Cette page utilise, totalement ou en partie, du contenu provenant de Wikipédia francophone. La page d‘origine se trouvait à l'adresse Le_Cow-boy_des_Badlands. La liste des auteurs est accessible dans l‘historique de la page. Comme sur Picsou Wiki, le texte de Wikipédia est disponible sous la licence de documentation libre GNU.