FANDOM



Le casque d'or est une histoire en bande dessinée de trente-deux planches de Carl Barks publiée pour la première fois en juillet 1952 aux États-Unis. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, le professeur Harpon, Azor Lebleu et maître Carcharodon. Elle se déroule au musée de Donaldville et au Labrador, au nord-est du Canada. Ce récit est devenu un classique de l’œuvre de Barks.

SynopsisModifier

Donald, gardien au musée de Donaldville, est intrigué par un visiteur fouillant un ancien drakkar Viking, découvre une carte menant au casque d'or d'Olaf Le Bleu et qui confèrerait à son possesseur la souveraineté sur l'Amérique du Nord, mais Azor Lebleu et Carcharodon sont intéressés...

Après bien des péripéties, que le casque soit passé de main en main, il finit jeté dans la mer par un des neveux de Donald.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Donald est assistant gardien au musée de Donaldville depuis trois mois, mais s'ennuie : en effet, rien ne se passe, et les seules personnes qui lui parlent sont des gens cherchant des salles... Il décida alors de monter sur un drakkar viking, histoire de se donner l'impression d'être un vrai homme. Mais il entendit du bruit dans la cale du bateau et surprit un homme an train de chercher quelque chose. Donald lui ordonna de partir, et essaya de deviner ce que chercher l'homme. C'est alors qu'il découvrit une très vieille carte, cachée dans une cheville. Il décida de montrer cette carte au conservateur du musée, qui lui apprit qu'il a fait une immense découverte : cette carte trace tous les voyages d'Olaf le Bleu, un commandant viking ayant découvert l'Islande en 900 après Jésus-Christ, soit bien avant Erik le Rouge ! De plus, en 901, il a accosté en Amérique du Nord, et, pour le prouver, il aurait enterrer un casque d'or sur la côte du Labrador, latitude 59°. Mais l'homme qui cherchait la carte écoutait à la porte, et intervint quelque minute plus tard, accompagné d'un autre homme. Ils se présentèrent, Azor Lebleu, dernier descendant d'Olaf le Bleu, et maître Carcharodon, avocat. Ce dernier réclama la carte au conservateur, et, celui-ci refusant, il lui apprit l'existence de la "charte des découvertes", une charte écrite en 792, sous le règne de Charlemagne, stipulant que tout territoire découvert appartenait automatiquement à son découvreur. Et, comme Azor Lebleu est le plus proche parent du découvreur de l'Amérique du Nord, Olaf le Bleu, officiellement, toute l'Amérique lui appartient ! Finalement, Azor prit la carte et partit chercher le casque d'or, afin de prouver qu'il est le maître de l'Amérique du Nord.

Le conservateur, se rappelant à peu près de la carte, la donna à Donald et il lui ordonna de retrouver absolument le casque d'or avant Azor. Il lui donna également de l'argent pour le voyage, et il dit de prendre l'avion pour Terre-Neuve dès le soir. Il lui donna un dernier conseil : si il trouve le casque, il doit absolument le jeter à l'eau, car il est très dangereux ! Donald rentra chez lui, prévint les enfants du long et périlleux voyage auquel il devront participer, et ils partirent pour Terre-Neuve en avion. Arrivés là-bas, ils louèrent un bateau, mais avec plusieurs heures de retard sur Azor Lebleu. Mais ils durent affronter une grande tempête : Azor Lebleu, qui était escorté par un navire le guerre, perdit cette escorte, et il dut menacer son capitaine pour pouvoir continuer à naviguer, quant à Donald et ses neveux, ils décidèrent de résister, comme de vrais vikings. Azor Lebleu fit naufrage, et du repartir en canot, alors que le petit bateau de Donald résista à la tempête...

En coulissesModifier

Cette partie contient du texte paru dans « La Dynastie Donald Duck » (© Éditions Glénat)

On trouve dans cette histoire un concentré de tous les points forts de Carl Barks : une intrigue palpitante (peut-être un hommage à la bande dessinée Prince Vaillant, de Harold Foster, dont Barks était admirateur), une grande attention portée aux détails (Barks était abonné au magazine National Geographic et n'a jamais caché ce qu'il doit à cette documentation) et un humour ravageur.

Dans Le casque d'or, l'« Homme des canards » a la dent particulièrement dure avec les avocats. Il faut dire qu'il a eu affaire à eux tout récemment, puisque lorsque l'histoire paraît en 1952, il vient de divorcer de sa deuxième épouse l'année précédente. La scène où Donald et ses neveux protestent qu'on ne peut pas leur prendre leurs trophées des Castors Juniors ou leur télévision pour se voir répondre que « C'est la loi » (vingt-troisième planche) reflète la peur de Barks de perdre tout ce qu'il possède. Il donne d'ailleurs un nom évocateur à son homme de loi véreux : Sharky, c'est-à-dire « requin ».

Plusieurs fois parue en France, l'histoire semble avoir inspirée les traducteurs, qui lui ont donné pas moins de quatre titres différents ! Intitulée Donald et le casque d'or dans sa première version française en 1953 dans Les Belles Histoires Walt Disney no51, elle s'est aussi appelée La Valse des empereurs dans Le Journal de Mickey no877 et 878 en 1969, Donald et le fantôme du heaume en 1976 dans l'album Les aventures explosives de Donald en 1976, et enfin L'empereur d'Amérique lors de sa première publication dans Picsou Magazine (no229 en 1991).

Reprise par Don RosaModifier

Le dessinateur et scénariste américain Don Rosa reprendra les personnages d'Azor Lebleu et maître Carcharodon dans son histoire Les Cartes perdues de Christophe Colomb, une suite de Le casque d'or.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée dix fois en France, dans :

Précédée par Le casque d'or Suivie par
La croisière ne s'amuse plus

Walt Disney's Comics and Stories n°142
Histoire longue de Carl Barks

1re parution : juillet-août 1952
Argent liquide

Argent liquide

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.