FANDOM


«  Tout petit, déjà, je rêvais de devenir pirate, superhéros ou agent secret! Voyez-vous, quand on est un enfant, notre imagination n'a aucune limite! On vit tout comme un grand jeu! Ensuite, on grandit et on affronte la vie! Plus sérieuse, plus grise et, parfois, plus dangereuse! C’est pourquoi, de temps en temps, je préfère me réfugier dans mes rêves d'enfance! Ceux qui me permettent de jouer... Pour de vrai!  »

— Donald Duck, dernière page du récit.

La vie en jeu ! est une histoire en bande dessinée de vingt-quatre planches de la série DoubleDuck scénarisée par Vito Stabile et dessinée par Emilio Urbano, publiée pour la première fois le 4 août 2015 en Italie. Elle met en scène Donald Duck, Kay K, Head H et Grand-mère Donald. L'action se déroule à Donaldville, à Tokyo et à Quack Town.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Donald teste le Doublebike, la nouvelle moto de l'agence. Il se souvient alors que quand il était petit, il voulait être pirate, superhéros ou agent secret et se dit avec joie qu'il a déjà réalisé deux rêves d'enfant. Il arrive à l'Agence avec quarante minutes de retard où Head H l'a convoqué avec Kay K car le directeur a intercepté une communication de l'Organisation indiquant qu'ils vont s'échanger des renseignements sur DoubleDuck à Weebfeet Park. Donald et Kay K sont donc chargés de récupérer la valise contenant les renseignements.

La nuit venue, à Weebfeet Park, Kay K reproche à Donald de tout prendre à la légère comme dans les films de James Tond là où elle tient à rester opérationnelle. Donald trouve rapidement la valise mais il est surpris en l'ouvrant puisqu'elle ne contient qu'un mot DoubleDuck est un crétin. Il s'agissait d'un piège tendu par l'Organisation : les deux agents installent à Donald une montre capable de télécharger toutes les informations contenues dans sa tête pour les envoyer dans les ordinateurs de l'Organisation. Et si le canard tente de l'enlever, il prend une décharge électrique. Kay K neutralise les agents de l'organisation et tous deux s'enfuient.

Kay K recommande à Donald de ne parler de cette montre à personne dans l'Agence car elle préférerait tuer Donald pour empêcher les informations d'arriver à l'Organisation. De plus, le Total Reset Button, effaçant la mémoire des agents qui veulent retrouver une vie civile, est inaccessible car Gizmo le reprogramme, d'autant que ça lui ferait aussi oublier les décharges électriques de la montre.

Kay K emmène alors Donald chez Charlie, un ami expert en informatique avec qui elle prend le prénom de Julie. Il analyse la montre et comprend qu'il s'agit d'une montre japonaise de chez Technoko, une entreprise basée à Tokyo. Kay K obtient alors un des jets de l'Agence en faisant croire à Head H que la valise est expédiée au Japon. Durant le vol jusqu'à Tokyo, Donald prend conscience que Kay K disait vrai sur le fait qu'il prenne tout comme un jeu mais sa collègue le rassure en disant que tout ira bien.

À Tokyo, à bord du Doublebike, Donald et Kay K atteignent le siège de Technoko et Donald décide alors d'atteindre le toit seul en transformant le Doublebike en moto volante. Une fois sur le toit, qui s'avère être un bureau zen où siège Hiroshi Yukata, Donald se présente sous le nom de James Jones et raconte l'histoire de sa montre, tout en buvant un thé servi par Hiroshi Yukata, en demandant la liste de ceux qui ont contribué à la construction de la montre. Mais il s'avère être un piège : Hiroshi Yukata appelle sa secrétaire, mademoiselle Kyoko, qui fait alors entrer son nouveau responsable du département de micro-ingénierie : Charlie. Et Donald s'endort vu que son thé contenait un somnifère vu qu'il était démasqué.

Alors que le téléchargement est à hauteur de 96%, Donald est réveillé dans les sous-sols de Technoko et voit que Charlie et Hiroshi Yukata convoitent également ses données. Charlie raconte alors son histoire : viré de Technoko pour avoir vendu des projets à la concurrence, il est rentré à Donaldville et a été contacté par l'Organisation pour fabriquer la montre. Mais en construisant la montre, il finit par en informer Hiroshi Yukata afin d'être réengagé et tous deux comptent vendre au plus offrant les informations sur DoubleDuck. Mais Donald leur rappelle que l'Organisation aura accès à leur complot.

Hiroshi Yukata pensait tuer Donald car il en déduit qu'il vaut mieux ceci mais Kay K, déçue par Charlie, finit par désarmer Hiroshi Yukata. Charlie est donc obligé de dire comment il faut neutraliser cette montre : il suffit de la congeler. L'agente y parvient grâce à un fusil-congélateur, annulant le téléchargement des données de la tête de Donald. Hiroshi Nakata et Charlie sont alors arrêtés par la police.

Sur le trajet du retour, Kay K explique avoir pu entrer dans Technoko grâce à une tenue d'employée de ménage, avoue avoir connu Charlie il y a bien longtemps et que Julie n'est qu'une des nombreuses identités qu'elle utilisait et que son amitié avec Donald l'a changée car le canard sait lui redonner le sourire. De retour à l'Agence, Kay K et Donald ne communiquent qu'au chef la feuille DoubleDuck est un crétin et qu'ils ont avoué avoir pris des vacances même si Donald regrette de ne pas avoir mangé de sushis et que Kay K regrette de ne pas s'être achetée une tenue de marinière.

Ayant besoin de se reposer, Donald retourne à Quack Town afin de voir Grand-mère Donald mais plus particulièrement pour se plonger dans les BD de son enfance, rangées dans le grenier et se souvenir de son enfance.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Ce récit a été publié en France dans Super Picsou Géant n°195 du 10 août 2016.