Fandom

Picsou Wiki

Donald et le tic numismatique

6 698pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaires3 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Donald et le tic numismatique est une histoire en bandes dessinées de 10 pages de Carl Barks publiée pour la première fois en juillet 1951 aux Etats-Unis. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et Balthazar Picsou. Elle se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

À l'aide du catalogue des pièces rares de ses neveux, Donald achète des pièces anciennes de l'oncle Picsou puis les revend à bon prix chez le numismate, mais Picsou est plus malin...

Résumé completModifier

Fantomiald 2.jpg
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Les neveux de Donald Duck consultent le catalogue des pièces rares en demandant à celui-ci s'il a vu telle pièce. Mais l'oncle répond, que pour lui, toutes les pièces sont rares, tellement qu'il ne possède pas les deux dollars qu'il doit à son oncle. Mais ses neveux lui parlent plutôt de pièces anciennes, des pièces que les collectionneurs s'arrachent. Désespéré à l'idée que ses neveux parlent de pièces de collection, alors que lui peine à trouver deux simples dollars, le fait se lamenter encore plus sur son sort, d'autant plus que son oncle va venir lui réclamer le dû d'une minute à l'autre, sûrement fou de rage.

Donald et le tic numismatique planche 2 case 2.jpg

Donald et le livre de son arrière-arrière-grand-père.

Les trois neveux, encore devant leur catalogue de pièces anciennes, disent alors qu'autrefois, des pièces étaient cachées dans des livres. À cette nouvelle, le canard en vareuse, juste avant étalé au sol, se relève et court chercher un ouvrage ayant appartenu à son arrière-arrière-grand-père, dans lequel il se rappelle que celui-ci a caché deux cents lorsqu'il était encore enfant. Peu après avoir trouvé les deux cents, le canard décide d'en prendre un, afin de régler ses comptes avec son riche oncle, la pièce étant celui lui probablement plus rare qu'un mouton à cinq pattes. Pendant qu'il règle sa dette à son oncle à l'entrée de la maison, les neveux filent jeter un coup d’œil à la seconde pièce. Et se rendent compte après avoir consulter leur catalogue, que celle-ci vaut trente dollars ! Ils font alors apprendre la nouvelle à leur oncle, tout fier d'avoir refilé une pièce lui semblant sans valeur. Mais une fois qu'il en apprend la réelle valeur, il ne souhaite qu'une seule chose : la reprendre. Toutefois, cela semble difficile, puisqu'il s'agit premièrement de son oncle, et que deuxièmement, il est à sec. C'est alors que les neveux futés lui conseillent de vendre la seconde pièce, valant elle aussi trente dollars. À cette nouvelle, le canard saisit son béret et court chez le numismate pour échanger sa pièce, dans l'idée d’échanger par la suite l'ancienne pièce par une pièce actuelle, et de faire ainsi un bénéfice de vingt-huit dollars.

Cependant, une fois arrivé chez Picsou, celui-ci lui demande pourquoi il souhaite alors procéder à un échange. À cela, Donald prétexte que l'ancien cent était une sorte de porte-bonheur, et commence alors à s'énerver en disant qu'il souhaite simplement l'échanger contre une pièce neuve. Mais son riche oncle, souhaitant profiter de l'affection que son neveu porte à la pièce, décide de ne l'échanger que contre cinq dollars, pas moins. Cela énerve alors le canard habillé en marin, qui cède à la demande de son oncle en balançant violemment cinq dollars sur le bureau de celui-ci. Picsou, victorieux, amène alors son neveu dans le coffre menue monnaie, et lui dit que c'est à lui maintenant de retrouver la pièce en question parmi toutes les autres. Les heures passent, et cela revient finalement à chercher une aiguille dans une botte de foin, mais, dans ses recherches, il trouve finalement un bocal remplit de pièces figurant toute dans le catalogue.

Donald et le tic numismatique planche 4 case 8.jpg

Le bocal donnant des idées de profit à Donald.

Devant cette petite fortune, Donald se dit alors que s'il prend cinq pièces à cinq dollars, celui lui coûtera vingt-cinq dollars, et lui en rapportera cent vingt-cinq après échange. Il sort alors heureux du coffre, et propose d'acheter cinq vieilles pièces à son oncle à cinq dollars l'unité. Celui-ci, trouvant cela très raisonnable, accepte sans hésiter, et Donald se retrouve désormais en possession de cent vingt-cinq dollars. Pendant que ce dernier court chez le numismate, Picsou se dit qu'il ignorait que son neveu était si passionné de porte-bonheurs. Après avoir vendu les pièces, Donald décide de ne pas s'arrêter là, et retourne chez son oncle acheter vingt-cinq autres pièces, pour, par la suite, les échanger à nouveau. Le riche canard est quant-à lui surpris que son neveu veuille vingt-cinq porte-bonheurs. Plus tard, le canard, les mains pleines de billets, demande maintenant cent vingt-cinq pièces à son riche oncle ! Ce dernier le déclare complètement fou, mais accepte tout de même le marché, en se disant que vouloir un nombre aussi grand de porte-bonheurs cache forcément quelque chose. Il décide alors, pendant que son neveu réalise des trajets, en multipliant sans cesse sa fortune, de le surveiller à l'aide d'une longue-vue. Le canard en redingote se rend alors compte que son neveu revend les pièces, et est, par conséquent, en train de le rouler et de se moquer de lui. En colère, il décide de régler ça en allant chercher dans son coffre quelques autres pièces rares...

Donald et le tic numismatique planche 7 case 3.jpg

Le premier billion de Picsou.

En se disant que c'est grâce à lui que ces pièces sont rares, il désensevelit plusieurs tonneaux, auparavant cachés sous la masse importante de pièces. Il retrouve alors le tonneau contenant son tout premier billion, dans lequel les pièces ont au moins soixante-dix ans d'âge, ce qui représente l'équivalent de trente-six litres de pièces soi-disant introuvables. Pendant ce temps, Donald vient de terminer son échange avec le numismate, et accourt chez son oncle, ignorant alors que son trafic a été découvert. Il rentre alors dans le bureau de celui-ci, en demandant six cents pièces tout en tendant les billets, lorsque Picsou lui dit de laisser tomber les petites quantités, et lui tend un sac contenant dix mille pièces rares ! De plus, il ajoute qu'il pourra les payer plus tard. Le canard en vareuse, prit par l'euphorie, ne réfléchit pas : il saisit une telle fortune, en ne manquant pas de dire que son oncle est le meilleur ami qu'il ait jamais eu. Il arrive plus tard, les bras chargés, chez le numismate, lui proposant l'échange de dix mille pièces rares, mais ce dernier est terrifié devant une telle abondance de celles-ci. Il ne peut donc pas les acheter puisque cela ruinerait inévitablement le marché, et conseille à Donald de les enterrer dans les bois afin que plus personne ne puisse mettre la main dessus. Le canard sort alors du bâtiment, et a alors le sentiment de s'être fait avoir. Par la suite, il pourchasse en colère et pendant des heures ceux à l'origine de tout, c'est-à-dire ses neveux. À cause de leurs idées, le canard est en effet passé d'une dette de deux dollars à cinquante mille dollars en l'espace d'une journée...

Donald et le tic numismatique planche 9 case 7.jpg

Riri, Fifi et Loulou découvrant la réelle valeur de la pièce de l'aigle à l'envers.

Le soir, les trois neveux, se sentant responsables de l'endettement monstrueux de leur oncle, décident de l'aider. Ils consultent alors une nouvelle fois le catalogue des pièces anciennes, et apprennent alors qu'une d'entre elles a une valeur dépassant celle des autres. Et que celle-ci, après avoir fouillé, est présente dans les dix mille pièces en possession de Donald. Ce dernier, possédant cette vieille pièce avec un aigle à l'envers, possède par conséquent cent mille dollars, valeur de la pièce. Cependant, Picsou, chez lui, se documente sur les vieilles pièces, et s'intéresse par curiosité à la valeur des pièces qu'il a cédées à son neveu. Soudain, il se rend compte de son erreur. Il court le lendemain chez Donald, quand il le heurte dans la rue, le canard en vareuse nageant dans les billets. Picsou se sent alors volé par son indigne neveu et court après lui, en le menaçant avec sa canne, pendant que les neveux ramassent les billets tombés sur la chaussée, sans faire attention aux billets à l'envers.

En coulissesModifier

Cette partie contient du texte paru dans « La Dynastie Donald Duck » (© Éditions Glénat)

Le magasin de numismatique et de pièces de collection qui apparaît dans l'histoire s'appelle Mold & Mildew dans la version originale, deux mots qui désignent la moisissure qui se forme, entre autres, sur les pièces de monnaie.

L'idée de base de ce récit sera reprise en Italie, les pièces se voyant remplacées par des billets. Intitulée Paperino e le lezioni di economia, cette histoire est signée par les frères Abramo et Gian Paolo Barossi au scénario et par Guido Scala au dessin. Parue dans Topolino no934 du 21 octobre 1973, elle sera traduite en français dans Mickey Parade no1424 (Picsou en fête) du 14 octobre 1979 sous le titre Picsou professeur d'économie.

Le timbre commémoratif, émis à l'occasion de Noël 1984 dans les îles de Caraïbes Antigua et Barbuda, reprend le dessin de couverture de Barks pour le comic book où est parue cette histoire.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée cinq fois en France, dans :

Précédée par Donald et le tic numismatique Suivie par
Potager aquatique
Kalle Ankas Bästisar n°15.jpg
Histoire longue de Carl Barks
1ère parution : juillet 1951
La chance sourit au malchanceux
The Carl Barks Library of Walt Disney's Comics and Stories in Color n°19.gif

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard