FANDOM


Maharajah Donald bandeau

Donald Maharadjah est une histoire en bande dessinée de vingt-huit planches, scénarisée et dessinée par Carl Barks. Elle a été écrite en août 1946 et publiée pour la première fois en 1947 aux États-Unis. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et le maharadjah d'Houpadoula. L'action se passe à Donaldville et en Inde, au royaume de Bonnepay.

SynopsisModifier

Riri, Fifi et Loulou parviennent, après une série de trocs, à gagner un billet pour l'Inde. Mais Donald le confisque et part tout seul. Les neveux deviennent alors passagers clandestins. Durant le voyage, Donald découvre les neveux et les dénoncent au capitaine. Pour se venger, ses neveux lui piquent son passeport et son argent. Donald est sauvé par un maharadjah qui lui propose de l'accompagner à son domaine avec ses neveux. Le maharadjah les traite comme des rois mais un service n'est jamais gratuit...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Riri, Fifi et Loulou Duck venant de vider le garage

Riri, Fifi et Loulou Duck viennent de vider le garage.

Donald décide de vider son garage et compte donner à ses neveux les vieilleries qu'il ne garde pas. Mais au final, Donald garde presque tout et laisse à ses neveux un vieux bout de crayon qui ne vaut rien. Néanmoins, les enfants essaient de l'échanger et le donnent à Jean-Porc en échange d'une pelote de ficelle. Ils échangent ensuite la pelote de ficelle contre un canif puis le canif contre une boucle de ceinture en argent.

Donald réquisitionne billet pour l'Inde

Donald Duck réquisitionne le billet de Riri, Fifi et Loulou Duck pour l'Inde.

Après une série de trocs qui se conclut par l'échange d'un appareil photo contre une perle des mers du Sud, les enfants la font expertiser dans une bijouterie. Sur place, un client est intéressé car elle a la taille qu'il faut pour compléter le collier de sa femme et donne en échange un billet de paquebot pour l'Inde. Mais Donald réquisitionne ce billet pour une personne et fera le voyage seul.

Riri Fifi et Loulou découverts comme passagers clandestins

Le contrôleur démasque les passagers clandestins que sont Riri, Fifi et Loulou Duck.

Donald part en recommandant aux enfants d'aller chez Grand-mère Donald, ceux-ci décident néanmoins de lui envoyer des paniers de fruits pour son voyage. Le paquebot part pour l'Inde et, dans sa cabine, constate que ses neveux ont embarqué comme passagers clandestins dans cette croisière. Au début Donald pensait les cacher mais un contrôleur démasque les neveux par hasard et l'adulte dit que les enfants ne sont pas ses neveux qui sont donc condamnés au travail.

Maharadjah règle situation des canards

Le maharadjah d'Houpadoula règle la situation de Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck.

Le paquebot arrive à Calcutta et Donald pense rester un mois en Inde mais ses neveux ont volé son billet et son passeport, ceux-ci réclament la régulation de leur situation en guise de restitution. Soudain, le maharadjah d'Houpadoula apparaît et propose de procurer des passeports, en échange de quoi les canards doivent régler une affaire diplomatique qui promet une grande aventure.

Donald et ses neveux arrivent au palais du maharadjah d'Houpadoula et sont épatés par ce qu'ils voient : un toit en or massif, des murs sertis de joyaux, une chambre en or massif où le maharadjah fait dormir ses ennemis et des tonnes de diamants, intérêt qu'il perçoit des royaumes voisins en échange d'un prêt d'or. Mais cette fois, il ne veut plus de diamants, ils doivent rembourser le prêt en terres, d'autant qu'il a fait poser une hypothèque sur la jungle du royaume de Bonnepay.

Le lendemain, Donald et ses neveux revêtissent des tenues faites des meilleures soies de l'Orient. Le canard adulte sent que quelque chose de louche se prépare puisqu'il a la chair de poule. Le maharadjah d'Houpadoula demande alors comme service aux canards de se rendre au royaume de Bonnepay jusqu'à leur capitale. Les enfants sont enthousiastes mais Donald maintient que ça sent le roussi, seulement, le maharadjah lui fait comprendre qu'il ne peut pas faire demi-tour.

Après une traversée de la jungle à dos d'éléphant, marquée par une attaque de tigre rapidement repoussée, Donald et ses neveux atteignent la capitale du Bonnepay et l'adulte veut faire croire qu'il est important. Sur place, le collecteur d'impôts royal et le comptable du déficit se demandaient comment sauver leurs terres à tigre avant de rapidement déchanter quand ils constatent que l'éléphant sacré leur amène Donald.

En effet, celui qui arrive sur le dos de l'éléphant sacré devient le nouveau maharadjah du royaume de Bonnepay avec ses épouses et son armée. Le collecteur d'impôts royal compte faire manger à Donald de la grenaille. En effet, le maharadjah doit peser cent livres pour que l'intérêt de l'hypothèque du maharadjah d'Houpadoula soit payée en diamants. Et si tel n'est pas le cas, le nouveau maharadjah de Bonnepay sera donné à manger aux tigres.

Donald fait venir ses neveux pour qu'ils viennent le sauver. Et puisque Donald ne veut pas manger de la grenaille, les enfants couvrent son corps de poussière d'or. Mais après cela, Donald ne pèse que quatre-vingt dix-huit livres, ce à quoi les enfants pensent lui faire avaler deux litres d'eau via un tuyau. Mais ce tuyau était raccordé au gaz et Donald se met à flotter.

Mais c'est l'heure de la pesée et Donald pèse finalement soixante livres de moins que rien, ce qui fait que le maharadjah d'Houpadoula récupère une terre à tigres avant d'être assommé par Donald qui flottait au-dessus de lui au moment où il évacue enfin le gaz avalé. Le canard est alors jeté aux tigres royaux, un événement public qui aura lieu le lendemain matin à neuf heure. Au palais, les enfants finissent par être expulsés.

Dehors, les enfants trouvent un vieux bout de crayon et peuvent à nouveau faire une série de trocs. Ils commencent par l'échanger comme un porte bonheur, puis ils échangent le porte-bonheur contre un mainate qui parle avant de voir un noble Anglais pour échanger le mainate contre sa paire de jumelles. À la fin, le lendemain à l'aube, ils réussissent à récupérer cinq cents livres de nourriture pour chats et jettent cette nourriture dans l'enclos des tigres royaux.

Vient donc le moment où Donald doit être dévoré en public. Mais les tigres royaux, repus par la nourriture pour chats des neveux, passent devant Donald sans se préoccuper de lui. Donald étant désormais la honte de Bonnepay, le collecteur d'impôts royal cherche à lui faire quitter le pays, Donald réclame alors en échange ses vêtements et des billets de retour pour lui et ses neveux en première classe. Donald ayant eu l'aller grâce à ses neveux et les neveux ayant eu le retour grâce à Donald, les canards estiment qu'ils sont quittes.

En coulissesModifier

Analyse et commentairesModifier

La narration de Donald Maharadjah est remarquable du fait du procédé d'anaplodiplose mis en place : le motif du troc par lequel commence le récit, montré comme un élément de vie quotidienne de Riri, Fifi et Loulou (et donc enfantin, le troc au pays du capitalisme-roi ne pouvant être qu'une figure économique primitive), prend une tournure nouvelle lorsque le retour de ce motif en fin de récit, cette fois transposée dans une société pré-industrielle et pré-capitaliste, permet tout bonnement aux trois neveux de sauver la vie de leur oncle condamné à mort. Au delà de la beauté esthétique, c'est toute l'ironie de Barks qui se donne ici à voir et place l'histoire bien au dessus du schéma éculé (les enfants plus malins que les adultes) dont il use. Ces procédés se révèlent d'une complexité qui défie tout étiquetage idéologique que d'aucun ont voulu rattacher à Barks.

Parutions françaisesModifier

Cette histoire a été publiée neuf fois en France, dans :

  • Le Journal de Mickey nos437 et 438 (9 et 16 octobre 1960, sous le titre Donald maharadjah),
  • Les aventures explosives de Donald (premier trimestre 1976, sous le titre Donald et les tigres royaux),
  • Donald 1944-1954 (septembre 1982, sous le titre Donald et les tigres royaux),
  • Picsou Magazine no222 (juillet 1990, sous le titre Donald ne fait pas le poids),
  • Picsou Magazine no346 (31 octobre 2000, sous le titre Donald maharadjah),
  • Les Trésors de Picsou no24 (27 septembre 2013, sous le titre Maharadjah),
  • Picsou Magazine no524 (17 août 2016, sous le titre Maharadjah),
  • La Dynastie Donald Duck no21 (12 octobre 2016, sous le titre Donald Maharadjah).
Précédée par Donald Maharadjah Suivie par
La bombe atomique
La bombe atomique
Histoire de Carl Barks
1re parution : 1947
Médecine d'ours
Médecine d'ours

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.