Fandom

Picsou Wiki

Dépôt de Balthazar Picsou

6 698pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaires9 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

  • Dépôt de Balthazar Picsou
  • Galerie


©Disney Le saviez-vous ? Pour créer le coffre, Barks s'est inspiré d'un imposant château d'eau appartenant au financier William E. Whiteney, sur la colline Park Hill dans la ville d'Hemet aux États-Unis, où vivait alors l'Homme des canards !

Le coffre de Balthazar Picsou est un coffre-fort (ou dépôt) dans lequel Balthazar Picsou travaille et entasse son argent dans l'univers de Donald Duck. Il y habite aussi selon la plupart des auteurs, même si certains lui imaginent un domicile à Donaldville, réduisant le coffre à un simple lieu de travail.

HistoriqueModifier

C'est donc le coffre où est entreposée l'immense fortune amassée par le milliardaire au fil des années. Il a été créé par l'architecte Frank Lloyd Braque[1] et se situe sur la colline Killmotor, à Donaldville. Le coffre est régulièrement attaqué par des voleurs, tels que les Rapetou ou Miss Tick, mais Picsou protège son coffre grâce à de nombreux pièges, dont les plus sophistiqués sont conçus par Géo Trouvetou.

HistoireModifier

Mov195109.jpg

Le coffre de Picsou dans une de ses premières apparitions.

Le coffre occupe le site Fort Drake, bâti par Francis Drake, corsaire au service de la reine Élisabeth d'Angleterre. Le Fort est légué à Cornélius Écoutum (fondateur de Donaldville) lorsque le Fort est attaqué par l'Espagne en 1818. Le nouveau propriétaire du Fort réussit à faire fuir les Espagnols et renomme le Fort en Fort Donaldville.

L'acte de propriété (qui n'est autre qu'une cession de territoire du roi George III) est vendu à Picsou par Jules Écoutum, en 1899, ce dernier étant ruiné. Picsou fera démonter les ruines du Fort et bâtira dessus son célèbre coffre, en 1902. Peu avant la construction du coffre, les Castors Juniors chassés des ruines du Fort par Picsou alertent le président, Théodore Roosevelt, prétendant que Picsou viendrait installer une base militaire. Le Président se précipite à Donaldville avec l'armée, la cavalerie et la marine.

Après que Picsou et Roosevelt se soient reconnus (ils s'étaient rencontrés dans les Badlands du Dakota[2]), la situation redevient normale et Picsou peut construire son coffre tranquillement.

GéographieModifier

Gunfire.jpg

Un proto-coffre (tout à gauche) en novembre 1951 dans l'histoire de Barks, La terreur des Rapetou.

Le coffre de Picsou se situe sur l'ancien fort de Donaldville sur la colline Killmotor, dans la ville de Donaldville, située dans l'état du Calisota [3]. Cet état se situe entre l'état de Californie et l'état de Washington. La colline se situe à proximité de la baie, relient le fleuve Tulebug à l'océan Pacifique. Picsou devra contre son gré déménager son coffre à plusieurs reprises, car il se trouve toujours dessus un lieux historique.

ArchitectureModifier

Plan du dépôt de Balthazar Picsou 1.jpg
Plan du dépôt de Balthazar Picsou 2.jpg
Les plans architecturaux dessinés par Don Rosa dans Rapetou contre coffre-fort !

Les travaux du coffre ont été dirigés par Frank Lloyd, architecte donaldvillois habitant déjà Donaldville avant l'arrivée de Picsou. Le coffre-fort de Picsou est un « grand cube » de quarante-trois mètres de long (toiture comprise) et 40 mètres de large. Il est constitué de onze étages, d'un sous-sol (plus un agitateur de pièce pour douche) et du coffre à liquidité, là où est entreposée la fortune du canard.

Sous-solModifier

Le sous-sol contient la salle des générateurs. Ils sont au nombre de quatre :

  1. Le générateur principal ;
  2. Le générateur de secours ;
  3. Le générateur de secours bis ;
  4. Le générateur de secours du générateur de secours bis.
180px-Geldspeicher us321.jpg

Les étages du coffre.

Il y a également une salle de pompage associée à un puits datant de l'époque du Fort, une vieille chaudière (que Picsou n'utilise que quand l'encre des calculatrices commence à geler), une pièce dédiée au stockage et à la fabrication des pièges anti-intrus et une pièce (fermée) équipée d'un bassin d'huile de putois situé en dessous d'un plancher ouvrant, à l'étage au dessus (voir le prochain article). Un escalier permet d'accéder au rez-de-chaussée. On y trouve aussi une grande galerie contenant milles livres (ou plutôt milles couvertures, les rats ayant dévoré les pages), renfermant les connaissances de la bibliothèque d'Alexandrie (voir l'histoire de Don Rosa, Les Gardiens de la Bibliothèque perdue).

Rez-de-chaussée Modifier

Le rez-de-chaussée permet l'accès aux autres étages du coffre, il est donc très bien protégé. On y trouve deux postes de garde ainsi que:

  1. Des clous à trois pointes ;
  2. Des pièges à ours ;
  3. Un sol électrifié ;
  4. Des serpents et des araignées ;
  5. Un bassin d'acide ;
  6. Des mines ;
  7. Des tourelles à mitrailleuses ;
  8. Un plancher ouvrant, faisant atterrir la personne piégée dans un bassin d'huile de putois situé au sous-sol.
Coffrepièges.jpg

Donald est ses neveux devant les protections du coffre.

Une fois les pièges passés, Picsou utilise un ascenseur privé, ses employés devant se contenter d'un escalier. L'arrivée du toboggan (situé sous une trappe devant le bureau de Picsou) se trouve dans un cendrier, situé à l'extérieur du rez-de-chaussée.

Premier étageModifier

Le premier étage a pour fonction la conservation des lingots. On y trouve trois salles : la première pour les lingots d'or, la deuxième pour les lingots d'argent et la troisième pour les lingots en platine. Il y a également des sanitaires (une pièce) et un accès à l'étage par l'ascenseur privé, mais pas par les escaliers des employés.

Deuxième étageModifier

Le deuxième étage a pour fonction la conservation des pierres précieuses. On y trouve quatorze salles (une pour chaque type de pierres).

  1. Pour les rubis;
  2. Pour les saphirs;
  3. Pour les corindons;
  4. Pour les jades;
  5. Pour les turquoises;
  6. Pour les opales rouges;
  7. Pour les opales noirs;
  8. Pour l'ambre;
  9. Pour les topazes;
  10. Pour les émeraudes;
  11. Pour les perles;
  12. Pour les diamants de grosse taille;
  13. Pour les diamants de très grosse taille;
  14. Pour les diamants de taille énorme.

Il y a un accès à l'étage par l'ascenseur privé, mais pas par l'escalier des employés.

Troisième étageModifier

Le troisième étage est consacré aux documents importants. C'est ici que sont stockés les contrats, les actes notariés, les actions et des bons de trésors. Des archivistes sont aussi présents pour classer et ranger les dossiers.

Quatrième étageModifier

Au quatrième étage, on retrouve une salle du courrier, un standard et une salle radio.

Cinquième, sixième, septième, huitième et neuvième étagesModifier

Les cinquième, sixième, septième, huitième et neuvième étages servent aux principaux employés de Picsou à travailler sur la bourse. Ces derniers œuvrent chaque jour d'arrache-pied pour assurer le bon développement de la fortune de Picsou et éviter la faillite. Pour travailler, ils disposent de bureaux individuels et d'emplacements télex. On peut noter la touche d'humour quand Don Rosa (dans le Picsou Magazine n°496) compare le local employé au placard à balais, on voit à quel point Picsou n'a pas beaucoup d'égard pour ses employés.

Dixième étageModifier

Bin197410.jpg

Picsou avec ses neveux dans la « salle à soucis ».

Le dixième étage est le bureau de la direction, autrement dit, le bureau de Picsou. C'est ici que se trouve l'accès principal du coffre à liquidité accessible par une porte à combinaison. Il y a également une armurerie où sont rangés les armes et les pièges, une bibliothèque, un laboratoire de tirage, une salle de fournitures diverses, une assistante (Miss Frappe), une « salle à soucis » où Picsou peut « faire les cent pas » jusqu'à trouver une solution quand un problème survient ainsi qu'un piédestal où est posé le célèbre sou-fétiche du milliardaire.

Onzième étageModifier

Au onzième étage se trouvent les appartements privés de Picsou. C'est ici qu'il dort, mange et se lave le soir venu. On y trouve un bureau, un salon, une cuisine, une salle de bain, une remise, un pigeonnier, une salle de contrôle des défenses du coffre (alarmes, caméra, détecteur de mouvement...), une entrée secrète menant au coffre à liquidités (qui est en fait un toboggan pour que Picsou commence sa journée par un bain d'argent) et la salle des trophées où se trouvent tous les trésors que Picsou a ramené de ses aventures créées par Carl Barks et Don Rosa. On y trouve:

En coulisses Modifier

Hr-Donald devant un dépôt.jpg

Donald devant l'un des dépôts de son oncle, dans Dettes à la diète.

Le coffre est apparu pour la première fois en février 1950 dans l'histoire de Carl Barks, Le perroquet qui comptait. À cette époque, il ne s'agissait pas vraiment d'un coffre, mais d'un building. Le coffre est ensuite apparu dans plusieurs histoires du même auteur, sous forme de benne à argent dans Dettes à la diète ou encore de silo à grain dans Retour à l'envoyeur.

Depuis, le coffre est très présent dans beaucoup d'histoires de Miss Tick, ou elle tente (en vain) de s'approprier le sou présent au onzième étage du coffre.

Plusieurs coffres ?Modifier

Dans plusieurs histoires, le dépôt change d'apparence. Si toute la fortune de Balthazar Picsou était continuellement transportée d'un coffre à l'autre, cela se saurait. Donc, le milliardaire possède probablement plusieurs coffres, ce qui est explicitement montré dans plusieurs histoire des années 70, d'origines française ou italienne, où le coffre de la colline Killmotor n'est que le "Coffre n°1" au milieu d'un gigantesque ensemble de coffres répartis tout aussi bien à Donaldville que tout autour du monde.

Autre argument : dans Noël pour Pauvreville, le coffre de Picsou se trouve sur une caverne sans fond. Dans La Guerre des statues, il y a un autre coffre en sous-sol, sous le premier, contenant « trois âcres cubiques d'or ». Enfin, dans Le château de la reine des sirènes, juste en dessous du coffre se trouve une caverne communiquant avec la mer.  On s'aperçoit vite que ces versions ne sont pas conciliables. Il est donc probable que plusieurs coffres existent à Donaldville.

Ce qui corrobore définitivement cette théorie, c'est l'histoire Euro : Heure "H", dans lequel Picsou amène les neveux au Zasterstein où a lieu le jamboree des Castors Juniors et où il devait de toute façon se rendre pour convertir des devises de l'Union Européenne en euros[4], en précisant qu'il a de l'argent liquide dans bien d'autres pays. De toute manière, on voit deux dépôts (celui de Donaldville et celui du Zasterstein), avec un terrain différent, un design différent et un paysage différent (Picsou précise également « mon dépôt du Zasterstein »).

Symbole sur le coffreModifier

Alors que le coffre de Picsou est traditionnellement présenté avec un symbole $ du dollar, il a souvent été redessiné en F, symbole du franc, ou encore en , symbole de l'euro, dans des histoires traduites en France (parfois sans même changer la colorisation!).

Notes et références Modifier

  1. Base I.N.D.U.C.K.S : D 2000-191 Rapetou contre coffre-fort !
  2. Voir Le Cow-boy des Badlands
  3. D'après l'auteur Don Rosa dans l'épisode dix de La Jeunesse de Picsou, L'Envahisseur de Fort Donaldville.
  4. L'histoire a été publiée aux alentours de l'adoption de l'euro comme nouvelle monnaie par certains pays européens

Démarrer une discussion Discussions à propos de « Dépôt de Balthazar Picsou »

  • Un ou plusieurs coffres ?

    21 messages
    • Il est sensé être mort en 67, alors à part son fantôme...
    • ''Selon Kéno Don Rosa'' il est mort en 1967, mais beaucoup d'auteurs ne sont pas d'accord. Je les suis; pour m...

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard