FANDOM


Castors Juniors à la rescousse bandeau

Castors Juniors à la rescousse est une histoire en bande dessinée de dix planches scénarisée et dessinée par Carl Barks, écrite le 31 août 1950 et publiée pour la première fois en février 1951 aux États-Unis. Elle met en scène Donald Duck, en tant que personnage principal, Riri, Fifi et Loulou Duck, Bolivar et les Castors Juniors dont c'est la première apparition. L'histoire se déroule à Donaldville, ainsi qu'au Col du Froid Mordant.

SynopsisModifier

Riri, Fifi et Loulou, membres du groupe scout des Castors Juniors, s'apprêtent à passer leur brevet de sauvetage, opération consistant à dresser un chien pour secourir des randonneurs perdus dans la neige, et veulent dresser Bolivar, le saint-bernard de Donald Duck, mais celui-ci préfère rester près du feu. Il faut alors le tirer dehors avec une voiture, mais il n'a qu'une envie, rentrer chez lui...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Donald Duck sort de chez lui afin de prendre le lait situé au seuil de sa porte, quand il voit toute la neige ayant recouvert tout son jardin, ce qui l'amène à vouloir aller skier avec ses neveux. Pendant qu'il entre dans sa maison pour prendre ses skis, ses neveux, Riri, Fifi et Loulou Duck, expriment la même joie que leur oncle. En effet, l'un d'entre eux contemple le tapis blanc par la fenêtre, tandis que les deux autres déclarent en regardant une carte, que cette neige est parfaite pour leur O.S.ST.B. Ils enchaînent en disant qu'ils pourraient passer l'examen au col du Froid Mordant, pendant que Donald passe dans le couloir avec ses skis.

Quand ce dernier parvient devant la porte principale, il entend ses neveux ne cesser de s’appeler « colonel », ce qui ne tarde à l'énerver et à leur ordonner d'aller prendre leurs skis au lieu de jouer aux « petits soldats ». À cela, les trois jeunes Castors Juniors rétorquent qu'ils ne jouent pas aux soldats, et qu'ils se préparent en réalité à passer leur O.S.ST.B, une épreuve leur permettant, si elle est réussie, de devenir généraux de brigade des Castors Juniors avec les médailles du mérite. Donald, n'ayant pas trop compris en quoi cela consiste, leur demande, perplexe, ce qu'ils doivent faire et pour qui.

Castors juniors à la rescousse planche 2 case 1

Donald ne comprenant pas l'épreuve.

Ainsi, les neveux continuent leurs explications, en disant que c'est un examen obligatoire, dont l'acronyme O.S.ST.B signifiant Opération Sauvetage Saint-Bernard, expliquant clairement qu'il s'agit d'un brevet de secouriste. Ils doivent donc dresser un chien destiné au sauvetage des randonneurs perdus, comme le fait le saint-bernard des Alpes. Leur oncle, trouvant cette idée finalement drôle, pose ses skis, et leur demande quel chien vont-ils dresser. Il apprend alors que le chien en question n'est d'autre que Bolivar, un vrai saint-bernard, qui permettra aux trois frères de gagner une médaille supplémentaire.

Ainsi, le canard en vareuse est d'autant plus intéressé à l'idée que son chien devienne un célèbre sauveteur, et que ses propres neveux deviennent quant-à eux des généraux de brigade. Les neveux, ayant donc l'accord de leur responsable légal, commencent à essayer de faire bouger Bolivar, allongé devant le feu de cheminée. Mais ce dernier, montrant déjà une grande paresse à bouger, semble être effrayé par la neige, en refusant de l'approcher et en retournant à sa place initiale à chaque fois. Personne ne parvient alors à sortir l'animal de la maison, pas même Donald, qui, en colère contre son chien, file chercher sa voiture, et tracte de force le canidé jusqu'au col à l'aide d'une chaîne.

Castors juniors à la rescousse planche 3 case 7

Donald tractant Bolivar.

Le palmipède, ayant décidé d'être fier de Bolivar et des enfants, déclare qu'il le sera. Arrivés au Col du Froid Mordant, les neveux décident de laisser leur animal de compagnie agir de son plein gré, en espérant le voir chercher des randonneurs gelés. Mais il en est différemment, en effet, l'animal, au lieu de grimper, fait demi-tour, et se met à courir vers la maison, dans le but de retourner s'asseoir près du feu. Heureusement, Donald parvint à le rattraper et à l'effrayer en le menaçant de l'envoyer à la fourrière. Mais cela ne change finalement pas grand chose, Bolivar préfère rester blotti contre un arbre pour avoir chaud que d'obéir aux neveux. Ces derniers sont alors déçus, et ne savent plus comment procéder.

Leur oncle pense qu'il faut plutôt réveiller l'instinct de l'animal, afin que celui-ci montre réellement de quoi il est capable. Donald monte donc plus haut, et tente de faire croire au chien qu'il est en réel danger, en criant des appels à l'aide... Mais toujours rien. Bolivar refuse de faire un seul pas dans la neige au dépit des neveux, qui déclarent que c'est peine perdue. Leur oncle, une fois redescendu suite à cet échec, suppose à présent que le canidé à sûrement faim. Et les neveux disent de manière ironique que son petit déjeuner était en effet assez léger, « seulement » trois œufs, quatre côtes de porcs, et six boîtes pour chien.

Une idée traverse au même moment l'esprit de Donald : il conseille alors à ses neveux d'aller chercher le commandant en chef, servant d'examinateur, pour tout de même passer l'inévitable l'examen. Il insiste alors pour que tous les neveux s'en aillent, attache le saint-bernard à l'arbre avec lequel il se réchauffait, et va faire un petit tour. Plus tard, nous retrouvons les colonels Rifi, Fifi, et Loulou, accompagnés de l'examinateur. Celui-ci déclare que toutes les conditions sont réunies pour passer l'O.S.ST.B, le saint-bernard, le col enneigé, et le temps épouvantable car, en effet, la neige a commencé à tomber entre-temps. Arrivés à l'arbre où est attaché Bolivar, les trois Castors Juniors se demandent où est leur oncle, tandis que le commandant en chef s'empresse de voir le chien en action, celui-ci étant en train de tirer très fort sur sa chaîne. Une fois détaché, ce dernier se met à courir à toute allure, ce qui ne manque à impressionner l'examinateur, et à inquiéter les neveux.

Castors juniors à la rescousse planche 6 case 3

L'examinateur des Castors Juniors, impressionné par l'énergie de Bolivar.

Et ils eurent raison de s’inquiéter, car un peu plus haut dans le col, leur oncle, tenant des saucisses, attire l'animal affamé. Au même moment, le commandant en chef salue les trois canards, et leur jure qu'ils seront promus au rang promis lors de la prochaine réunion des Castors Juniors. Il s'apprête alors à les quitter, quand Donald ayant perdu le contrôle et tracté par son chien à l'aide de saucisses passe devant eux. L'examinateur se rendant compte de toute la supercherie, trouve cette triche impardonnable, et pointe du doigt les trois neveux qui découvrent eux même les motivations du chien. Donald, ayant réussi à calmer l'animal, revient, et dit qu'il est le seul responsable de cette triche. À cela, l'examinateur décide de laisser une dernières chances aux colonels, mais s'ils échouent ils seront alors rétrogradés au rang de simples majors, le rang le plus bas pour un castor. Il décide également de suivre le déroulement de l'examen depuis le sommet, accompagné de Donald afin que celui-ci ne réitère pas la triche.

Une fois arrivé là-haut, il s'assure qu'aucune saucisse n'est dissimulée dans la neige, et après cela, il crie aux trois neveux que l'épreuve peut commencer. Cependant, ce cri entraîne une avalanche ensevelissant le canard et l'examinateur. Les neveux, situés en aval, supplient Bolivar d'avancer, mais celui-ci, malgré tout ce que disent ses maîtres, ne bouge pas. Cependant, au bout d'un certains temps, Donald et le chef émergent de la neige et se retrouvent en pleine tempête, les empêchant alors de voir correctement. L'examinateur décide de redescendre au plus vite afin de ne pas se perdre, mais Donald lui demande alors par quel côté, puisque l'un des deux conduit à une lande exposée au blizzard.

Castors juniors à la rescousse planche 9 case 4

Donald et le chef perdus dans la tempête.

Ils prennent alors le risque de descendre par l'un des côtés. Cependant, plus bas, Bolivar a été enchaîné de nouveau à l'arbre, puisqu'il ne souhaite que retrouver son foyer et son feu de cheminée à cause de la tempête qui fait rage. Tandis que le chien tire sur sa corde, les neveux se demandent pourquoi le chef et leur oncle ne sont toujours pas redescendus, et supposent alors avec certitude qu'ils sont allés vers le mauvais côté ! Un d'entre eux souhaite alors aller les chercher, mais les autres lui rappellent qu'ils se perdraient à leur tour dans la tempête, et qu'ils doivent réfléchir au préalable. Des heures plus tard dans la lande glacée, le commandant en chef se rend bien compte qu'ils sont allés du mauvais côté, et dit que la seule chose pouvant les sauver dans une situation aussi désespérée serait un saint-bernard correctement dressé.

Soudain, il aperçoit accompagné de Donald un chasse-neige, conduit par les trois canards à toque. Le chef les félicite alors de s'être eux-même perdus, mais ceux-ci déclarent qu'ils ne le sont pas. En effet, Bolivar, dont la chaîne est accrochée à l'arrière du chasse-neige, indique en permanence la direction de la maison et est plus efficace qu'une boussole. Ainsi, plus tard, les trois neveux sont nommés généraux cinq étoiles des Castors Juniors, et se voient décerner la médaille du mérite. Bolivar, lui, obtient, pour avoir sauvé cinq vies, la médaille du mérite exceptionnel ! Donald est alors fier des trois médailles du mérite affichées au dessus de la cheminée, qui aurait pu être quatre si jamais Bolivar n'avait pas mangé la sienne.

En coulissesModifier

Cette partie contient du texte paru dans « La Dynastie Donald Duck » (© Éditions Glénat)

Première apparition des Castors JuniorsModifier

Cette histoire date de février 1951 et inaugure la création par Barks du groupe de scouts des Junior Woodchucks (Castors Juniors). Il est amusant de noter que woodchuck signifie en anglais américain « marmotte » et non « castor ». Les traducteurs français ont préféré changer le nom, la marmotte étant souvent représentée comme un animal paresseux en Europe.

Dans ce récit, on voit aussi intervenir le saint-bernard de Donald, Bolivar, qui apparaît dans les bandes quotidiennes de Donald dessinées par Al Taliaferro, le 17 mars 1938. Il y est rebaptisé Bornworthy (« Né méritant »).

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans:

Précédée par Castors Juniors à la rescousse Suivie par
Apparence trompeuse

The Carl Barks Library of Donald Duck Adventures in Color n°17
Histoire courte de Carl Barks

1re parution : février 1951
Donald Duck charmeur de serpents

Donald Duck charmeur de serpents

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.