Fandom

Picsou Wiki

Castors Juniors

6 699pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaires7 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.


©Disney Le saviez-vous ? Le nom original des Castors Juniors (Woodchucks en anglais) signifie en réalité « marmottes » en langue française. Les traducteurs francophones ont préféré traduire cela par « castor », la représentation occidentale d'une marmotte étant celle d'un animal paresseux.

Cet article a été élu article du mois de septembre 2013.

Les Castors Juniors (Junior Woodchucks en version originale) est une organisation faisant partie de l'univers de Donald Duck.

HistoriqueModifier

L'histoire des Castors Juniors commence en 1818. Cornélius Écoutum, le futur fondateur de Donaldville, arrive dans un fort britannique nommé « Drakeville » pour faire du commerce. À son arrivée dans le fort, lui et ses hommes furent attaqués par des soldats espagnols car la colline sur laquelle siégeait le fort était la seule terre à l'Ouest de la Louisiane que l'Espagne ne possédait pas et que le roi Ferdinand voulait récupérer. Les Anglais effrayés par l'assaut des Espagnols donnèrent gratuitement l'acte de propriété de la colline à Cornélius.

Captureqkc.jpg

Cornelius Écoutum offrant du maïs.

Les Espagnols finirent par pénétrer dans le fort. Pour les faire fuir, Cornélius leur prépara du maïs grillé, qui, devenant du pop-corn, fit fuir les Espagnols qui croyaient avoir à faire à des fantômes. Finalement, en 1819, Ferdinand abandonna tous ses territoires. Cornélius rebaptisa « Drakeville », « Fort Donaldville » et il créa alors la milice des castors pour résister aux assauts futurs. Cette milice donna son nom aux Castors Juniors.

Cependant, l'organisation des Castors Juniors fut fondée bien plus tard par Clinton Écoutum, le fils de Cornélius pour enseigner les bonnes actions, la préservation de la nature et du savoir. Après la dispersion de la milice, les Castors Juniors utilisèrent le fort comme Q.G. Il semble que le grand-père du général Fred Lagrogne ait également joué un rôle important dans la fondation du club, puisqu'il était considéré comme « un des pères fondateurs des Castors Juniors à Donaldville ». Plus tard, Balthazar Picsou chassa les Castors des ruines de Fort Donaldville pour y bâtir son coffre.

Puisqu'ils tirent leur nom d'une milice armée, les Castors Juniors sont organisés en troupes réparties dans le monde entier. On dénombre plus de huit millions de membres. Tout comme dans l'armée, il existe une hiérarchie chez les Castors. Cela va de simple major, le rang le plus bas, à G.R.A.N.D.M.O.N.G.H.O.L. chez Don Rosa (chez Barks il est appelé Grand Mogol).

Les Castors ont aussi deux outils qui leurs sont propres et indispensables. Le premier est le plus important, il fait la renommée des Castors Juniors, il s'agit du manuel des Castors Juniors, un véritable concentré d'informations et de savoir (voir la partie Le manuel des Castors Juniors, ci-dessous). Il a tellement d'importance que pour l'utiliser il faut impérativement faire partie d'une troupe. Le second outil, c'est le limier officiel des Castors. À l'entrée de Riri, Fifi et Loulou, il s'agit du major Dublair.

Enfin, les Castors Juniors sont réservés aux garçons mais ont un équivalent féminin (voir la partie Anecdotes).

Le manuel des Castors JuniorsModifier

Article détaillé: Manuel des Castors Juniors

L'origine du manuel est racontée à travers Les Gardiens de la Bibliothèque perdue de Don Rosa publiée en 1993 (mais la première histoire avec le manuel est publiée en mars 1954, dans l'histoire Les Mystères de l'Atlantide de Carl Barks).

Riri, Fifi et Loulou Duck présentant le manuel des Castors Juniors.jpg

Les Castors Juniors et leur manuel dans Les Gardiens de la Bibliothèque perdue de Don Rosa.

Au IVème siècle avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand a fondé la ville d'Alexandrie pour en faire la capitale de son empire. Pendant six cents ans, les savants du monde entier se sont retrouvés dans la célèbre bibliothèque d'Alexandrie fondée par Ptolémée en l'honneur d'Alexandre, bibliothèque qui contenait tout le savoir acquis au cours des précédents millénaires. Ptolémée devint par la suite le premier pharaon grec.

Bien des années plus tard, sa descendante Cléopâtre VII créa l'assemblée des Gardiens de la Bibliothèque pour protéger les rouleaux de papyrus des Romains qui pillaient et brulaient tout sur leur passage. Cinq cents ans plus tard, des gardiens de la grande bibliothèque recopièrent les rouleaux de papyrus sur des parchemins en condensant la bibliothèque. On passa alors de un million de papyrus à cent mille parchemins à Constantinople, capitale de l'empire byzantin et aujourd'hui appelée Istanbul. Mais en 1207, des croisés en route vers la terre sainte furent engagés par Venise pour piller Constantinople qui était alors sa rivale. Ils volèrent les exemplaires de la bibliothèque et les ramenèrent à Venise où des moines les ont imprimés. Elle fut de nouveau condensée et fut réduite à mille volumes mais de nouvelles connaissances plus modernes y furent apportées.

Christophe Colomb, alors libraire, fut envoyé par Lorenzo de Médicis pour acheter ces livres en 1484. Il les ramena à sa propre bibliothèque, la « Biblioteca Columbina » de Séville. Il finit par partir à Saint Domingue avec les 1000 livres en 1498. Là-bas, le roi Ferdinand apprit leur existence et les fit confisquer. Aux connaissances déjà inscrites vinrent s'ajouter le savoir des civilisations pré-colombiennes (mayas, incas, aztèques..).

En 1579, les Espagnols décidèrent de le ramener en Espagne en les embarquant à bord de la « Nuestra Senora ». Le bateau fut abordé par des pirates dont le capitaine était sir Francis Drake. Drake construisit « Fort Drake » au sommet d'une colline et y laissa quelques uns de ces hommes pour y recopier ce qu'il restait de la bibliothèque dans un seul ouvrage. Ouvrage que trouva Cornélius Écoutumet qu'il confia à son fils, Clinton, le fondateur des Castors Juniors. Il décida alors d'en faire la propriété des Castors ce qui devint le célèbre manuel. Le manuel des Castors Juniors est donc un condensé de la bibliothèque d'Alexandrie.

Riri, Fifi et Loulou chez les Castors JuniorsModifier

Les débuts de Riri, Fifi et Loulou chez les Castors Juniors sont racontés dans l'histoire C.E.S.T.D.U.C.H.A.R.A.B.I.A. écrite et dessinée par Don Rosa et publiée en octobre 1997.

Clu196022.jpg

Le quartier général des Castors Juniors

A l'origine, Donald a recueilli ses neveux suite à un grave accident dont ils sont responsables et qui toucha leur père. Riri, Fifi et Loulou étaient des garnements préparant toujours les pires coups. Alors que Donald est à leur poursuite pour les punir, il fait la rencontre de la troupe numéro sept des Castors Juniors de Bellevallée. Devant la politesse et la gentillesse dont fait preuve cette troupe, il décida d'aller voir le jamboree qui se tint le lendemain, en leur compagnie.

Finalement intéressé, les triplés décidèrent de s'inscrire. Leur inscription fut facilitée par le lien de parenté qui les unissent à Clinton Écoutum, le fondateur des Castors et leur arrière-arrière-grand-père. Pour être admis, ils furent néanmoins soumis à un test : convaincre leur grand-oncle, Balthazar Picsou d'accepter que les Castors fassent des fouilles afin de reconstruire l'ancien fort qui se trouvait sur la colline avant son coffre. Cela ne fut pas tâche facile car même si les castors l'avaient sauvé dans le passé (voir L'Envahisseur de Fort Donaldville, les Castors le sauvèrent des Rapetou venus s'emparer de sa fortune), il n'entretient pas de très bons rapports avec ces derniers. C'est finalement grâce à d'anciens Castors et avec l'aide de Donald qu'ils parviendront à accomplir leur tâche et qu'ils furent élevés au rang de colonels.

HiérarchieModifier

Article principal : Grades des Castors Juniors

Tout comme à l'armée, organisation dont les Castors imitent la structure, il existe chez les Castors Juniors une série de grades, qui indiquent la position d'un individu dans la hiérarchie. La montée en grade s'effectue par le mérite et par les actions d'éclat, et s'accompagne souvent d'insignes visibles (médaille, forme de la toque avec ou sans queue, galons, etc).

En coulissesModifier

L'organisation des Castors Juniors a été créée par Carl Barks en février 1951 dans Operation St Bernard traduit en français par Castors Juniors à la rescousse.

Les Castors Juniors et Carl BarksModifier

Carl Barks a scénarisé pas moins de quarante-huit histoires avec les Castors Juniors mais en a dessiné seulement la moitié, soit vingt-quatre. Vingt-six de ses histoires furent réutilisées par Daan Jippes.

Pour créer cette assemblée, Carl Barks s'est inspiré des Boys-scouts. Il en conserve même les idéaux qui sont notamment l'aide et le respect des personnes, la politesse, la protection de la nature, la préservation du savoir, l'autonomie et la débrouillardise.

Il pousse la ressemblance à l'extrême en créant des grades et des médailles, éléments tournés en dérision afin de faire rire le lecteur. En effet, les grades sont exprimés par de drôles d'acronymes et il existe des médailles pour tous les domaines, même les plus absurdes.

Cependant, Carl Barks à quand même une volonté de démarquer ses Castors des fameux scouts en mettant l'accent sur la préservation des connaissances.

AnecdotesModifier

Riri, Fifi et Loulou Duck 2.jpg

Riri, Fifi et Loulou dans leur première apparition chez les Castors Juniors.

  • L'inventeur des médailles chez les Castors Juniors est Fulton Trouvetou (un des premiers castors), le père de Géo Trouvetou. Il se trouve que c'est aussi le receveur de la première médaille en 1903 ;
  • Les Castors Juniors ont des rivaux ou plutôt des rivales, les Castorettes ou la patrouille des Rossignols créée en 1955 par Carl Barks qui les utilisera dans trois de ses histoires : Le pont de la rivière Couac (The Chickadee Challeng) publiée en 1955, La revanche du capitaine Donald (Merry Ferry) publiée en 1962 et Donald et Picsou sont en froid (Double Masquerade) publiée en 1964 ;
  • Le record de médailles reçues est attribué à Denis Feraille en 1939 ;
  • Donald et ses neveux ont fait partie dès 1938 des scouts, comme l'atteste le court métrage Bons Scouts.

Différents noms dans le mondeModifier


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard