Fandom

Picsou Wiki

Bonhomie

6 698pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

La Bonhomie (un temps rebaptisée Félonie) est un pays d'Europe de l'Est, dans l'univers de Donald Duck.

HistoriqueModifier

D'un empire à une dictatureModifier

Feursthouane.png

Feursthouane Ier et ce qui reste du pommier légendaire.

Vers l'an 900, le roi Feursthouane Ier, dirigeant des premiers Bonhomiens, eut à régler une dispute entre deux paysans. Les individus en question se disputant un pommier, le roi en fit cueillir les pommes et exigea que l'on découpe l'arbre en rondins ; une fois que cela fut fait, il put distribuer équitablement la moitié à chacun des paysans. Impressionné par la sagesse de son roi, un des deux paysans décida alors de tailler dans le bois qu'il avait reçu un objet en forme de pomme, qu'il offrit à son suzerain. Depuis cette époque, le « Pépin de la Paix » symbolisa le droit de gouverner en Bonhomie, et fut une source d'inspiration pour tous ceux qui se succédèrent sur le trône.

La Bonhomie étendit progressivement son influence au fil des siècles, et devint graduellement un empire d'Europe orientale. Sa capitale fut établie à Rigolograd, et son aristocratie semblait composée, pour l'essentiel, de familles de chats anthropomorphes. Mais un jour, sous le règne du roi Deuhédeufont IV, il y eut une grande révolution, manigancée par le duc et ministre Wulfran du Collier. Le souverain fut destitué et la monarchie constitutionnelle a été remplacée par une dictature. Le pays fut renommé « Félonie », et la capitale fut quant à elle rebaptisée « Diktat ». Wulfran imposa son gouvernement autoritaire sur le pays et prit le titre de « Bassfoss », nom qui serait également porté par ses successeurs.[1]

Sous l'autoritarismeModifier

Désormais soumise à un gouvernement autoritaire et violent, la population devait subir de nombreuses privations. Le culte de la personnalité des Bassfoss était en place, et le dirigeant avait des yeux et des oreilles partout, interdisant tout espoir de changement. Succédant au duc Wulfran du collier, trois autres membres de sa lignée poursuivirent sa politique de rétorsion et de cruauté.

La chute des tyransModifier

Papabruto.jpg

Picsou confronté au dernier des Bassfoss.

Mais la lignée royale de Bonhomie ne fut toutefois pas éliminée, puisque Balthazar Picsou et ses neveux eurent l'occasion de rencontrer la princesse Félina Mitzigrovna alors qu'ils étaient à la recherche de l'œuf de Chaperché.

En s'alliant à Picsou, la princesse réussit à provoquer la chute du dernier des Bassfoss. Elle put ainsi restaurer l'ancienne constitution et rendre la liberté à son peuple, oppressé depuis des décennies.[2] On présume que la princesse instaura une monarchie parlementaire comme celles qui existent en Belgique, au Danemark et au Royaume-Uni, dans lesquelles un parlement élu crée et vote les lois.[3]

En coulissesModifier

La Bonhomie n'est apparue à ce jour que dans L'Œuf de Chaperché, une histoire française de 1992, qui reprend les personnages principaux de la série La Bande à Picsou. L'histoire de ce pays est évidemment basée sur celle de la Russie, qui fut successivement un empire et une république communiste autoritaire.

Dans la traduction anglaise de cette histoire, David Gerstein a transposé l'univers de la Félonie dans celui de la Brutopie, dans une tentative de rapprocher cette histoire de l'univers barksien. Toutefois, Picsou Wiki favorise généralement la version originale d'une histoire ; c'est pour cette raison que la Félonie et la Brutopie sont considérées comme des pays bien distincts.

Notes et référencesModifier

  1. Cf.Base I.N.D.U.C.K.S : E GN 92-02 L'œuf de Chaperché, de Régis Maine et José Cardona Blasi, 1992.
  2. Cf.Base I.N.D.U.C.K.S : E GN 92-02 L'œuf de Chaperché, de Régis Maine et José Cardona Blasi, 1992.
  3. C'est du moins l'opinion de David Gerstein, qui fut chargé de traduire en anglais L'œuf de Chaperché. [1]

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard