FANDOM



Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balthazar (homonymie) et Picsou (homonymie).

Tick, Trick und Track Le saviez-vous ? Selon Don Rosa, Balthazar Picsou serait mort en 1967, soit l'année où Carl Barks prit sa retraite. Cependant, ce point de vue est contesté par d'autres auteurs, qui campent un Picsou toujours aussi actif au XXIème siècle.
Bandeau Balthazar Picsou

Badge article du mois

«  J'ai été plus dur que les gros durs, plus malin que les petits malins et j'ai réussi honnêtement, en restant carré !  »

— Balthazar Picsou[réf. nécessaire].

Balthazar Picsou (Scrooge McDuck en version originale) né McPicsou, surnommé « onc' Picsou » par ses neveux, « Picsounet » par sa prétendante Brigitte, et « Zazar » par ses deux sœurs Matilda et Hortense, est un canard anthropomorphe des univers de Donald Duck et Mickey Mouse.

HistoriqueModifier

Balthazar Picsou est l'homme le plus riche du monde, un entrepreneur de talent et grand aventurier. Il possède un immense coffre-fort à Donaldville où il entrepose trois hectares cubiques de monnaie et de nombreux trésors. Il est l’oncle de Donald Duck et le grand-oncle de Riri, Fifi et Loulou Duck qui l'accompagnent régulièrement dans ses expéditions.

Enfance Modifier

Les éléments suivants s'inscrivent dans la continuité établie par Carl Barks et Don Rosa.
P1877

Le jeune Balthazar face à son premier client, Burt le cantonnier.

Balthazar McPicsou naît en 1867 dans une famille pauvre de Glasgow en Écosse. Son père, Fergus McPicsou, est meunier. Sa douce et protectrice mère Edith O'Drake, d'origine irlandaise, s'occupe de lui et de ses deux petites sœurs Matilda et Hortense, nées respectivement en 1871 et 1876. Le clan McPicsou a une histoire s'étalant sur plusieurs siècles et possède un château dans les landes perdues. Les membres du clan abandonnent, terrorisés, le château en 1675 après avoir été confrontés à une créature monstrueuse[1][2].

Pour son dixième anniversaire, Fergus offre à son fils un équipement de cireur de chaussures, lui permettant de travailler et de contribuer aux revenus de sa famille. Après une première journée infructueuse, Fergus décide de confier à Burt le cantonnier un dime américain, sans valeur, que Burt doit utiliser pour payer Balthazar après un travail laborieux sur ses bottes boueuses. Balthazar, exténué par son travail perd connaissance et ne remarque pas que Burt le paye avec une pièce américaine[3]. La pièce n'ayant aucune valeur, le petit cireur de chaussures décide qu'à partir de ce jour il se méfiera toujours et ne se fera plus jamais escroquer.

Balthazar travaille de plus en plus et améliore sans cesse son rendement grâce à de nouvelles techniques de cirage. Rapidement, il investit dans une carriole pour vendre du bois puis de la tourbe, pour laquelle la demande est bien plus forte. Au fil des années, Balthazar cherche de la tourbe de plus en plus loin de Glasgow et finit par en récupérer sur les terres du château du clan McPicsou, en 1879. Il observe le clan des Whiskerville piller les tombes du cimetière des McPicsou, à la recherche du mythique trésor de Sir Duncan McPicsou. Les pilleurs le remarquent et Balthazar se réfugie dans le château où il rencontre le fantôme[4] de Sir Duncan McPicsou qui lui fait visiter le château. Sir Duncan McPicsou l'incite à rejoindre son oncle John McPicsou aux États-Unis. Balthazar parvient à chasser les Whiskerville en calcinant une armure sur son cheval, leur faisant croire à une apparition du fantôme de Sir Duncan McPicsou.

Les éléments suivants s'inscrivent dans la continuité établie par Romano Scarpa, Giovan Battista Carpi et Guido Martina.

Balthazar Picsou naît en 1897 au Klondike[5]. Son père Paperon-Papà est vendeur de traîneaux et chiens de traîneaux, profitant de la ruée vers l'or. Sa mère Oretta Paporetta est fiancée à Paperon-Papà depuis 1877.


Le long du Mississippi Modifier

Les éléments suivants s'inscrivent dans la continuité établie par Carl Barks et Don Rosa.
P1880

L'équipage du Billy Dollar attaqué par les Rapetou.

En 1880, Balthazar embarque comme mousse sur un bateau en direction des États-Unis. Il rejoint Louisville dans le Kentucky à la recherche de son oncle John McPicsou, qu'il rencontre finalement dans un bar en pleine partie de poker contre Oscar Porcin[6]. À l'issue de cette partie, Porcin cède son bateau le Billy Dollar à John McPicsou qui recrute alors Balthazar et un inventeur du nom de Grégoire Trouvetou pour partir à la recherche du Drennan Whyte — un bateau de luxe ayant coulé dans le Mississipi – et de son trésor. Malgré quelques ennuis causés par Porcin et son équipage, les Rapetou, les McPicsou finissent par trouver le Drennan Whyte. L'année suivante, John prend sa retraite et lègue le Billy Dollar à Balthazar.

En 1882[réf. nécessaire] , Balthazar est chargé de transporter un chargement d'or jusqu'en Nouvelle-Orléans, le Billy Dollar ayant la réputation d'être le bateau le plus rapide du Mississipi[7]. Il se retrouve de nouveau confronté aux Rapetou, voulant détourner cet or. Après une longue course-poursuite, Balthazar finit par livrer le chargement à sa destination.

À la conquête de l'Ouest Modifier

Balthazar Picsou et Théodore Roosevelt sur Hortense en 1883

Picsou et Roosevelt à la recherche du taureau.

Balthazar, en quête d'aventures, prend un train en direction de l'Ouest américain[8]. Le train est attaqué par les bandits Frank et Jesse James. Balthazar parvient habilement à les faire fuir mais tombe du train et se retrouve perdu au milieu des plaines du Kansas[9]. Il croise la route de Murdo McKenzie, le baron du bétail, qui accepte de l'embaucher en tant que cow-boy s'il parvient à chevaucher la jument Widow Maker. Coup du destin, la ceinture de Balthazar reste coincée à la selle de la jument qui finit par s'épuiser. Balthazar se fait alors appeler Buck McPicsou et rebaptise la jument — qui lui appartient désormais — Hortense, d'après sa sœur.

Sa première mission est de protéger un énorme taureau de compétition, nommé Vindicator, pendant le long trajet qui sépare le troupeau du ranch McKenzie dans le Montana. Les McVipère assomment Buck, s'emparent du taureau et s'enfuient pour les Badlands du Dakota. Buck McPicsou les poursuit et rencontre un jeune Théodore Roosevelt coincé sous des roches à l'entrée des Badlands. Buck parvient à récupérer le taureau et effrayer les McVipère, sous le regard admiratif de Roosevelt.

En 1883, Balthazar transporte des taureaux de compétition à bord du Cutty Sark, jusqu'à Java afin de les vendre à Mangkunagara V, le sultan de Djoka[10]. Pakubuwana IX, le sultan de Solo — un sultan rival — dérobe ses bêtes et l'abandonne au milieu de la jungle. Balthazar recroise la route de Grégoire Trouvetou, qui travaille sur l'exploitation de l'énergie thermique des volcans de l'île. Les deux compères rejoignent Djakarta à bord d'une des premières automobiles — une invention de Grégoire — et parviennent à convaincre le capitaine du Cutty Sark de poursuivre le bateau du sultan de Solo. La course-poursuite est momentanément interrompue par l'éruption du Krakatoa, projetant des milliers de morceaux de roches volcaniques et causant des tsunamis. Balthazar parvient à protéger l'équipage de l'onde de choc et de la nuée ardente. Il en profite pour récupérer ses taureaux du bateau du sultan de Solo, qui ne s'est pas protégé. Balthazar vend finalement ses bêtes au sultan de Djoka. Il perd son gain rapidement en payant pour les dommages causés par l'automobile un peu plus tôt.

Balthazar Picsou et Howard Flairsou en 1885

Howard Flairsou apprenant au jeune Balthazar à prospecter.

La segmentation et privatisation des plaines du Montana contraint Balthazar à abandonner son job de cow-boy. Il décide de devenir prospecteur à Butte City mais ne parvient qu'à trouver du cuivre[11]. C'est en discutant avec le propriétaire de la mine d'argent d'Anaconda Hill, autour d'un repas, qu'il découvre l'électricité et réalise l'importance du cuivre. Une ruée vers le cuivre commence. Balthazar, inexpérimenté, déterre avec peine du cuivre en périphérie de la mine d'Anaconda Hill, sur sa petite concession. Il rencontre Howard Flairsou — un ex-prospecteur ayant fait fortune pendant la ruée vers l'or de 1849 — qui accepte de lui enseigner ses techniques pour deux cents. Flairsou lui fait remarquer que comme le cuivre déterré est le même que celui de la mine d'Anaconda Hill et que son filon est plus proche de la surface, il est, d'après la loi d'Apex de 1849, le propriétaire de la mine. Balthazar se bat pour être le seul sur la concession au moment où le juge déclare l'application de la loi d'Apex. Howard Flairsou se révèle être un co-propriétaire de la mine, souhaitant aider le jeune Balthazar quitte à déshériter un petit peu son enfant gâté. Balthazar reçoit un chèque de 10 000 dollars de la part de l'autre propriétaire afin qu'il cède ses droits sur la mine, ce qu'il refuse dans un premier temps. Il reçoit peu de temps après un télégramme lui demandant de retourner immédiatement en Écosse afin de sortir son clan d'une mauvaise passe financière. Il revient alors sur sa décision de refuser le chèque.

Retour en Écosse Modifier

Clan mcduck

Le clan McPicsou se réjouit de la prophétie concernant Balthazar.

En 1885 — après un court passage à Glasgow où il achète ses lunettes — Balthazar retourne d'urgence au château du clan McPicsou afin d'aider sa famille, qui s'y est installée, à payer plusieurs siècles d'impôts en retard[12]. Un Whiskerville provoque Balthazar en duel en apprenant qu'il était responsable de l'apparition fantomatique qui a chassé les Whiskerville des terres des McPicsou six ans plus tôt[1]. Un second Whiskerville dérobe le chèque de 10 000 dollars de Balthazar pendant le duel à l'épée. Balthazar finit par se retrouver désarmé face à son opposant. Le fantôme du Sir Duncan McPicsou décide d'intervenir en redonnant à Balthazar son épée, condamnant malheureusement le jeune canard à se faire foudroyer. Balthazar tombe dans les douves et perd connaissance. Il reprend connaissance dans ce qui semble être le paradis, entouré de membres emblématiques du clan McPicsou longuement décédés. Sir Duncan tente de les convaincre que Balthazar ne devrait pas être ici. Balthazar lit un paragraphe du grand livre des McPicsou prédisant qu'il sera le plus grand radin sur Terre. Les membres du clan reconnaissant un trait caractéristique de leur famille décident de lui donner une seconde chance et un indice ; sa vie ne tient qu'à un dime. Balthazar parvient à s'extirper de son armure en utilisant son sou numéro 1 et récupère le chèque. Les Whiskerville décident d'éliminer Balthazar une bonne fois pour toute mais s'enfuient horrifiés après une apparition des fantômes de divers membres du clan McPicsou. Fergus paye ses dettes à la banque du village, et la petite famille n'a plus à se soucier des Whiskerville.

Un prospecteur en quête de fortune Modifier

Balthazar Picsou sauvant Archibald Gripsou en 1887

Picsou et Gripsou dans le désert sud-africain.

Entre 1887 et 1889, Balthazar tente de trouver de l'or dans le Transvaal, en vain[13]. Au début de son séjour il rencontre Archibald Gripsou, un bandit le dérobant de tout son équipement et l'abandonnant au milieu de la savane. Balthazar, très contrarié, traque Gripsou et l'humilie sur la place publique en le couvrant de goudron et de plumes avant de le livrer à la police.

En 1889, Balthazar retourne aux États-Unis prospecter à Pizen Bluff, une petite ville de l'Arizona, où commence une ruée vers l'or.

P1890

Balthazar Picsou et Géronimo à la recherche des Dalton.

Mais une nouvelle ruée vers l'or commença à Rawhide et tous les prospecteurs, y compris Picsou, partirent vers le Nord. Mais un an plus tard, Picsou décida de revenir dans la petite ville devenue désormais fantôme. Il y rencontra Jacob Walz, qui lui remit une affiche d'un spectacle de John McPicsou où était inscrite au dos la carte de sa mine perdue. Balthazar retrouva ainsi son oncle John. Les deux McPicsou, accompagnés de Géronimo, Annie Oakley, Phineas T. Barnum et Buffalo Bill, poursuivront les terribles bandits Dalton, qu'ils finiront par rattraper.

Jabiru

Picsou et le sorcier aborigène dans le désert australien.

En 1893, Balthazar Picsou se rend à Chicago, pour voir l'exposition universelle qui commémore le quatre-centième anniversaire de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb[réf. nécessaire]. Il y rencontre Adolf Erik Nordenskiöld, à qui il achète une carte de l'outback australien.

En 1893, Balthazar débarque en Australie dans l'espoir de profiter de la ruée vers l'or de Kalgoorlie[14]. Il arrive trop tard pour avoir une bonne concession et se résigne à prospecter dans le désert australien. Comme dans le Transvaal, sa recherche est globalement infructueuse. En 1896, il sauve Jabiru Kapirgi — un aborigène — d'un bandit. Le premier invite Balthazar à le suivre dans son pèlerinage vers une galerie sacrée, où repose une opale géante[15]. Le bandit revient dérober l'opale et abandonne Balthazar et Jabiru dans la galerie. Balthazar parvient à s'échapper en attirant un émeu avec le didgeridoo de l'aborigène, et capture le prisonnier. Il se retrouve piégé par une immense inondation et survit en rejoignant la galerie in extremis. Il décide d'y laisser l'opale et retrouve Jabiru un peu plus loin qui réalise que Balthazar est l'ornithorynque de la prophétie qu'il est venu lire dans la galerie. Des aurores boréales mettent Balthazar sur la piste du Yukon.

La même année, Balthazar arrive à Skagway en Alaska. Balthazar emprunte de l'argent à Soapy Slick afin de commencer à prospecter au plus vite[16]. La nouvelle d'une ruée vers l'or au Klondike, plus au nord, arrive vite et Soapy Slick décide d'escroquer Balthazar en changeant les termes du contrat. Balthazar n'a pas le temps de prendre des mesures contre Slick. Il s'achète un équipement de prospecteur et part pour Dawson City. Balthazar décide de s'aventurer toujours plus au nord. Il traverse une galerie formée par le lit du Klondike à travers le glacier du Cou de l'Élan et atteint la vallée de l'Agonie Blanche. Balthazar décide de s'y installer, redescendant occasionnellement à Dawson City s'approvisionner et rembourser son emprunt auprès de Soapy Slick.

Au printemps 1897, Balthazar décide de faire officiellement de la vallée de l'Agonie Blanche sa concession — dévoilant ainsi sa position. Son titre de propriété en main et des lettres d'Écosse qu'il n'a pas eu le temps d'ouvrir, Balthazar se fait assommer et kidnapper par des bandits. À son réveil, il est ligoté dans le casino flottant de Soapy Slick, qui se délecte d'avoir dérobé le titre de propriété. Le bandit se permet de lire les lettres de Balthazar et annonce au canard le décès de sa mère. Balthazar, enragé, détruit le bateau et livre Slick à la police montée, forgeant ainsi sa légende de « roi du Klondike »[17]. Quelque temps plus tard, Balthazar découvre la pépite œuf d'oie alors qu'il tente de faire fuir des prospecteurs s'invitant sur sa concession. Pour la première fois de sa vie, Balthazar est riche.

Aventures au Klondike Modifier

P1897

Picsou et Goldie au Klondike.

De retour à Dawson City, Balthazar amène sa pépite au Blackjack Saloon afin de la montrer aux autres prospecteurs. Il est drogué et dépouillé par Goldie O'Gilt, une entraîneuse au saloon. Balthazar retourne au saloon réclamer sa pépite et kidnappe Goldie afin de lui enseigner les difficultés de la vie de prospecteur. Pendant un mois, Goldie cherche de l'or avec Balthazar dans la vallée de l'Agonie Blanche[18]. Balthazar et Goldie développent une relation de haine mutuelle ambiguë, prémice d'un amour inavouable. Goldie refuse d'être secourue par Wyatt Earp, Roy Bean et Bat Masterson, préférant annoncer à Balthazar l'arrivée de bandits. Les véritables bandits Butch Cassidy et le Kid de Sundance profitent du conflit pour kidnapper Goldie et dérober la boîte contenant le titre de propriété de la concession et la pépite œuf d'oie. Balthazar sauve Goldie et récupère la boîte. Celle-ci décide néanmoins de trahir Balthazar — dans un dernier espoir de dérober la boîte — en l'embrassant sur le seuil de la porte de sa cabane, permettant à Earp, Bean et Masterson de l'assommer. Regrettant son choix Goldie restitue la boîte et retourne à la cabane. Balthazar et Goldie passent près d'une journée seuls dans la cabane. Balthazar demande finalement à Goldie de partir, à sa grande tristesse.


Suite à cet événement, tous les habitants de Dawson détestaient Picsou. C'est alors que l'officier de la police montée Sam Steele arriva en ville afin d'arrêter tous les malfaiteurs de la région. La bande de Soapy Slick, le pire ennemi de Picsou, accusa celui-ci d'être le chef de tous les criminels du Yukon. Goldie profita de cette occasion pour porter plainte contre Picsou, qui l'avait séquestrée pendant un mois chez lui. Sam Steele décida donc d'arrêter le prospecteur, qui, pour lui, était un grand criminel. Picsou, informé de la volonté du policier, se rendit compte qu'il risquait de perdre sa concession : il courut donc retrouver Goldie pour lui demander de retirer sa plainte. Mais un incendie se déclencha à Dawson par la faute de la bande à Soapy Slick, et Sam Steele tenta d'arrêter le prospecteur. Mais Picsou parvint à échapper au colonel et à retrouver Goldie, qui était dans le Blackjack Saloon en flammes. Alors que le prospecteur tentait de la sauver, il fut malencontreusement assommé par un glaçon. Goldie décida alors de faire croire à tout le monde qu'il l'a sauvée, et Steele, voyant ce faux sauvetage, se rendit compte que Picsou était innocent de tous les crimes dont on l'accusait, et lui rendit sa concession.
Whitehorse paperone

Picsou devant sa banque de Whitehorse.

Plus tard, Goldie adressera à Picsou une lettre que le canard finira par jeter dans la neige. Un peu plus tard, en 1899, Picsou partit de chez lui en emmenant tout simplement avec lui un traîneau contenant toutes ses affaires de prospecteur, mais il perdit ce traîneau dans la glace, et fut contraint de venir à Dawson sans rien. Là-bas, il rencontra Jules Écoutum, un autre prospecteur, qui lui vendit un terrain aux États-Unis, dans le Calisota, près d'un village nommé Donaldville. En 1900, Picsou acheta la banque de Whitehorse et devint homme d'affaires, puis il construisit des scieries, des usines d'huiles de poisson, dirigea une compagnie de bateaux de pêche, vendit même de la limonade !... Il devint milliardaire, et finit par rentrer en Écosse revoir sa famille.

Un milliardaire en Écosse Modifier

Rentré en Écosse, Picsou est très mal accueilli par les habitants de son village : en effet, les gens le considèrent comme un nouveau riche. Picsou veut donc essayer de leur prouver que ce n'est pas le cas en participant aux jeux des Highlands, regroupant des sports locaux. Malheureusement, il n'avait pas beaucoup de chance, et il rata la majorité des épreuves. Il décida donc de partir avec ses sœurs, Matilda et Hortense, à Donaldville, là où se trouve le terrain qu'il avait acheté, afin d'y construire le siège de son empire. Scottie McTerrier, un petit garçon qu'avait rencontré Picsou au moment des jeux, restera au château veiller sur Fergus, le père de Picsou, qui mourut au moment du départ de ses enfants.

Fort Donaldville Modifier

P1902

Picsou admirant Donaldville du haut de sa colline.

Arrivé à Donaldville, Balthazar Picsou rencontra Elvire Écoutum, la sœur de celui qui a vendu le terrain au milliardaire. Elle lui indiqua où était son terrain : en haut de l'immense colline Killmule (qui deviendra plus tard la colline Killmotor), où se trouvait un fort qui tombait en ruine et qui servait de refuge aux Castors Juniors, un petit groupe scout de la région, que Picsou vira rapidement de sa colline. Les Castors Juniors, voulant garder leur terrain, alertèrent le président des États-Unis, Théodore Roosevelt, en prétendant l'installation d'une base militaire hostile. Pendant ce temps, les terribles Rapetou, bandits que Picsou avait rencontrés sur le Mississippi, prirent possession du fort en ligotant Picsou et ses sœurs. Mais c'est à ce moment que l'armée américaine au grand complet (il y avait la marine, la cavalerie...) assiégea le fort. Heureusement, Picsou et Roosevelt se reconnurent au moment où l'armée allait détruire le fort (en effet, ils s'étaient rencontrés dans les Badlands), et l'opération militaire s'arrêta. Plus tard, Picsou construisit un immense coffre-fort de 3000 m³, trônant sur la colline Killmotor, pour y mettre sa fortune grandissante. Le petit village de Donaldville commença alors à s'agrandir, et à devenir une grande ville.

De plus en plus riche Modifier

Canal de Panama

Roosevelt devant le canal de Panama.

En 1904, Picsou se rendit à l'exposition universelle de Saint-Louis, où il découvrit le cinématographe. Il participa ensuite aux Jeux olympiques, dans la même ville, où il démontra ses talents aux épreuves de lutte, notamment grâce à sa technique du full picsou. Plus tard, en 1906, Balthazar Picsou était au Panama avec ses sœurs et cherchait de l'or sur une montagne près du canal de Panama, alors encore en construction. Mais la montagne devait être rasée pour le passage du canal ! Picsou s'arrangea alors avec son vieil ami Théodore Roosevelt, toujours président des États-Unis, sachant que ce dernier voulait aider Picsou à chercher de l'or dans la montagne, pour empêcher le général Esteban de faire un coup d'état. Mais ils finirent par découvrir un temple inca lors d'un éboulement. Alors que le temple dévalait la montagne, Roosevelt et Picsou se disputèrent la possession du trésor. Finalement, Picsou accepta de vendre ce trésor aux États-Unis, contre des droits sur l'aéroplane des frères Wright ou le cinématographe. Mais il tomba dans les pommes et c'est ses sœurs qui choisirent à sa place : et Picsou finit avec le « Teddy Bear » de Roosevelt, le premier ours en peluche de tous les temps !
Balthazar Picsou cachant ses actions Le Canard le plus riche du monde

Picsou cachant ses actions dans une bouteille.

En 1908, Picsou était prospecteur à Auropolis, dans le Nevada. Il y rencontra McVipère Junior, qui voulait lui extorquait les actions qu'il venait d'acheter pour cinquante dollars. Pour ne pas les perdre, Picsou les cacha dans un mur fait de bouteilles de verre, dans le garde-manger de l’hôtel où il séjournait. Plus tard, Balthazar Picsou vendit des lotions capillaires aux indiens Chilly-Boots, qui lui offrirent en échange un totem. Mais cette lotion faisait tomber les cheveux et le sorcier Chilly-Boot lança une malédiction sur le totem...
P1909

Picsou face à Houla Lala.

En 1909, Balthazar Picsou et ses sœurs étaient en voyage d'affaire en Afrique. En effet, Picsou voulait construire une mine de caoutchouc sur les terres d'une tribu africaine, dont le chef est Houla Lala. Mais ce dernier ne voulait pas lui rendre ses terres et rejeta alors violemment l canard de son village. Mais le milliardaire le prit mal et décida de brûler le village. Finalement, grâce à une ruse, Picsou réussit à acheter les terres à Houla Lala. Mais ce dernier, mécontent, lança alors sur les traces de son ennemi Bombie le zombie. Les sœurs de Picsou, horrifiées que leur frère puisse détruire un village de cette façon, retournèrent à Donaldville... Avant de partir retrouver ses sœurs, le milliardaire décida de faire quelques autres affaires. Il partit vendre notamment des tondeuses au Sahara, du sel en Égypte et des parapluies à Aden. Plus tard, Picsou se rendit au Groenland pour rencontrer Robert Peary et financer son expédition. En effet, il voulait que les gens le payent pour pouvoir utiliser une boussole ou envoyer des lettres au Père Noël, mais l'explorateur refusa. Picsou retrouva alors Bombie le zombie, qui finit par tomber dans une crevasse. À ce moment, le milliardaire apprit par télégramme que le tsar Nicolas II lui accordait enfin une audience. Voulant absolument aller en Russie, Picsou passa par le Pôle Nord avant Peary !
Balthazar Picsou et Nicolas II

Picsou et le tsar de Russie Nicolas II

En plus d’un haut-de-forme et d’une canne, Balthazar Picsou acheta en Russie plusieurs douzaine d’œufs de Fabergé à Nicolas II et apprend l’existence du fameux rubis strié qui a été volé. En 1912, après avoir retrouvé le rubis strié, le milliardaire s’embarqua sur le Titanic. L’iceberg que heurta le bateau permit à Bombie de retrouver Picsou. Heureusement pour le milliardaire, Bombie coula avec le bateau au fond de l’eau. En 1913, Picsou devint chercheur d'épaves aux Caraïbes. Puis, il se lança dans la plantation d'hévéas en Amérique latine. D'ailleurs, c'est là-bas qu'il rencontra Eldorado, l'homme d'or... Plus tard, il séjourna en Asie, où il expédiait encore quelques wagons d'argent vers Donaldville. Mais des bandits le poussèrent dans le vide et Picsou tomba, heureusement, dans le wagon de charbon d'un de ses trains. Après, dans le désert de Gobi, un « marchand » demanda à des bandits d'amener des litchis jusqu'à Pékin, en Chine. Mais les bandits se firent arrêter et on découvrit que le marchand n'était autre que Picsou avec ses pièces. Encore plus tard, Picsou dressait des cormorans pour pêcher des perles dans l'Océan Pacifique.
P1919

Picsou donnant le rubis strié à Pleindo Coco.

En 1920, Picsou voulut acheter les noix de coco de Pleindo Coco, chef d’une petite île de l'Océan Pacifique. Pour se débarrasser pour de bon de Bombie qui le poursuivait encore, Picsou échange son précieux rubis strié contre un « dézombage » qui figera Bombie sur place pour au moins trente ans. Puis le milliardaire parcourut encore le monde durant une décennie. Enfin, en 1929, Picsou arriva à Wall Street juste après le krach boursier et reprit toutes les actions au plus bas prix. Ne faisant confiance à personne, il confiait ses courses à ses cormorans, ce qui lui vaut le surnom d’« oiseleur de Wall Street ».

La série Des souvenirs par millions rapporte en détail les moyens utilisés pour gagner ses quinze premiers millions.

La disparition Modifier

P1930

Hortense et Matilda quittant Picsou.

En 1930, Picsou rentra à Donaldville. Ces sœurs voulurent fêter son retour, mais il ne s'intéressa pas à elle et alla directement dans son bureau. Ses sœurs étaient très énervées par le comportement de Picsou, et le petit Donald, le fils d'Hortense, donna même un gros coup de pied à son oncle avant de partir ! Matilda et Hortense partirent du coffre, ne voulant plus revoir leur frère, devenu, selon elles, trop acariâtre. Picsou découvrit le même jour qu'il était devenu l'homme le plus riche du monde. Mais Picsou regrettera tellement ce qui s'est passé ce jour-là qu'il ferma toutes ces entreprises en 1937 et se retira dans son manoir.

Le retour de Picsou Modifier

P1947

Picsou rencontrant ses neveux.

Le soir de Noël 1947, après quelques mésaventures avec des ours [19], Donald et ses neveux, Riri, Fifi et Loulou, sont mystérieusement invité par leur vieil oncle Picsou, vivant reclus dans son grand manoir. Ce dernier veut en effet leur montrer l'étendue de sa fortune, mais juste après avoir ouvert la porte de son coffre-fort, les terribles Rapetou, déguisés en Père Noël, arrivent... Ils enfermèrent Picsou dans la salle où étaient rangés tous ses souvenirs, puis s'enfuirent avec sa fortune et son sou-fétiche. Fort heureusement, Picsou et ses neveux parviennent à se libérer et rattraperont les voleurs. Se sentant rajeuni par cette aventure, le riche canard va nager dans ses pièces sous le regard médusé et amusé de ses neveux. Ils ne savent pas encore qu'ils vont désormais vivre de nombreuses aventures auprès de leur vieil oncle... Revenu à la vie, ils ré-ouvrira toutes ses entreprises et redeviendra le grand homme d'affaires de l'époque.

Le Picsou des années 1950 Modifier

Couronne de Gengis Khan

Picsou et Donald découvrant la couronne de Gengis Khan, dans une de leurs nombreuses aventures.

Balthazar Picsou et ses neveux vécurent de très nombreuses aventures durant ces années. Le milliardaire rencontra de nouveaux ennemis, comme le milliardaire sud-africain Archibald Gripsou, le deuxième homme le plus riche du monde, qui voulait absolument devenir le premier, et donc prendre la place de Picsou, ou la sorcière italienne Miss Tick De Sortilège, qui voulait absolument s'emparer du sou fétiche de Picsou et le faire fondre dans les laves du Mont Vésuve pour en faire une amulette qui ferait d'elle la femme la plus riche du monde. Il dut aussi affronter les Rapetou, qu'il connaissait depuis sa jeunesse sur le Mississippi : les bandits voulaient en effet s'emparer de l'argent de Picsou. Le canard renoua quelques liens avec son passé, notamment en revoyant son amour de jeunesse, Goldie O'Gilt, ou sa sœur qu'il n'avait pas revu depuis 1930, Matilda Picsou. Il partit de nombreuses fois, toujours accompagnés de ses neveux, à la recherche de mythiques trésors, comme la toison d'or, la pierre philosophale ou encore la couronne de Gengis Khan. Il se construisit une réputation mondiale, en tant qu'homme le plus riche du monde, avec ses entreprises présentes dans tous les pays, tous les recoins de ce monde... Il se lança aussi dans les nouvelles avancées technologiques de l'époque, comme la conquête spatiale, ou la robotisation.

Apparence de Picsou à travers les années Modifier

L'apparence de Picsou évolua à travers les années, notamment durant sa jeunesse, entre son enfance en Écosse et son premier million. En voici un aperçu :

ÉducationModifier

Picsou n'a pas eu d'éducation formelle, puisqu'il abandonna l'école à un âge très précoce[20]. Enfant, il a toutefois un esprit très vif et est toujours prêt à apprendre de nouvelles choses. En raison de sa passion pour les chasses aux trésors, mais surtout de son expérience, Picsou devint au fil des années un spécialiste en archéologie. À partir des récits de Barks, plusieurs auteurs (dont notamment Rosa) ont expliqué comment Picsou vient à bout des trésors qu'il décide de poursuivre. Cela implique souvent de longues périodes de recherche, où Picsou consulte diverses sources écrites, à la recherche d'un passage qui pourrait le conduire à un trésor. Souvent, Picsou recherche ce qu'il y a de vrai dans les vieilles légendes, ou découvre des références obscures sur les activités des anciens conquérants, des explorateurs et des militaires qu'il juge assez intéressants pour commencer une nouvelle expédition.

Dîme

Sou fétiche de Picsou.

À la suite de ses recherches, il s'est constitué une vaste bibliothèque personnelle qui comporte de nombreux ouvrages rares. Dans les œuvres de Barks et Rosa, parmi les pièces les plus prisées de sa bibliothèque, il possède presque la totalité des journaux de bord des flottes navales espagnoles et hollandaises des XVI et XVIIème siècles. Leurs références au destin des autres navires ont souvent permis à Picsou de localiser les épaves et autres navires coulés. Ainsi, grâce à cela, il a pu récupérer leurs trésors. Autodidacte, Picsou est un ferme partisan de l'adage « savoir c'est pouvoir ». Il est aussi un linguiste accompli et un entrepreneur, ayant appris à parler plusieurs langues différentes au cours de ses voyages d'affaires dans le monde, capable de vendre des frigos aux Esquimaux, des moulins à vent aux Pays-Bas, etc.

Moralité et croyancesModifier

Homme d'affaires et chasseur de trésor, Picsou est connu pour sa volonté de se fixer de nouveaux objectifs et de relever de nouveaux défis, ainsi que pour son avarice légendaire. Comme Carl Barks déclare ainsi que, pour son personnage, il y a « toujours un autre arc-en-ciel ». L'expression deviendra plus tard le titre d'un des plus beaux tableaux de Barks représentant Picsou. Les périodes d'inactivité et vides d'enjeux entre les aventures ont tendance à être déprimants pour le canard le plus riche du monde. Une autre devise de Picsou est Work smarter, not harder, se traduisant par « travailler plus intelligemment, pas plus durement ».

Balthazar Picsou 20

Un moment dramatique de la vie de Picsou, par Don Rosa.

Comme c'est un homme d'affaires, Picsou a souvent recours à des tactiques agressives et trompeuses. Il semble avoir acquis une expérience significative dans la manipulation de personnes et des événements à ses propres fins. Comme souvent dans les récits de l'écrivain Guido Martina et parfois par d'autres, Picsou est connu pour son cynisme, surtout vers les idéaux moraux quand il s'agit d'entreprises et de poursuite d'objectifs fixés. Cela ne fait toutefois pas partie du profil original du caractère de Picsou établi par Barks, et Rosa ira même jusqu'à affirmer qu'il n'a été malhonnête qu'une seule fois dans sa vie : lorsqu'il a chassé les indiens du village de Houla Lala par la force. Mais cette relative malhonnêteté a été couramment acceptée comme un trait de caractère de Picsou.

Bien que son avarice le conduise parfois à des actes insensés, il est capable de générosité lorsqu'il entend le son de la cornemuse fabriquée par son grand-oncle Jock Mac Doodle, qui lui rappelle l'instant annuel ou celui-ci lui donnait un peu d'argent de poche, en jouant afin de rendre ce geste moins douloureux[21].

GénéalogieModifier

Balthazar Picsou est le fils de Fergus McPicsou et Edith O'Drake, ainsi que le frère de Matilda et Hortense Picsou. Il est également doté d'un demi-frère nommé Léon Sanzun. Romano Scarpa accorde également un autre frère au milliardaire, en la personne de Gédéon Picsou[22]. Il est le petit-fils de Willie McPicsou et Molly Mallard, et aussi le neveu de Jack et John McPicsou. Son arrière-arrière-grand-père le plus connu serait Kenneth McPicsou. Du côté de sa descendance, le canard le plus riche du monde n'a pas d'enfant, mais il est bien évidemment l'oncle de Donald Duck et de sa sœur Della. Par l'intermédiaire de cette dernière, Balthazar a comme petits-neveux les triplés Riri, Fifi et Loulou (et peut-être aussi Phooey Duck). Les mariages de ses sœurs font également de lui le beau-frère de Rodolphe Duck et Ludwig von Drake.

Accessoires récurrentsModifier

Si Balthazar Picsou est facilement reconnaissable, c'est en grande partie grâce à ses vêtements et accessoires récurrents qu'il porte dans presque toutes ses apparitions.

Redingote de Balthazar Picsou

Redingote de Balthazar Picsou

En 1902, Picsou se fait offrir sa redingote par un marchand écossais, en échange d'un pardessus chic ; le marchand, se disant que ledit pardessus aurait fait bien dans son étalage, offrit alors 5 livres sterling à Picsou pour qu'il accepte de faire l'échange.[23]

Hautdeformecanne

Canne de Balthazar Picsou

Picsou aurait acheté sa canne en 1910 à un tailleur de Saint-Pétersbourg. Ou plus exactement, il aurait acheté à ce tailleur son fameux haut-de-forme, et se serait vu offrir la canne en prime... Toujours est-il qu'il avait concrétisé cet achat dans le but d'impressionner le tsar Nicolas II, avec qui il avait rendez-vous pour affaires[24].

Dossier9 2

Lorgnons de Balthazar Picsou

En 1885, Picsou dut s'acheter des binocles car la réverbération du soleil sur les plaines enneigées du Montana avait abîmé sa vue. En 1958, il fit changer les verres, qui étaient en mauvais état[25].

Hautdeformecanne

Haut-de-forme de Balthazar Picsou

Picsou acheta son haut-de-forme en 1910 à Saint-Pétersbourg dans le but d'impressionner le tsar Nicolas II, avec qui il avait rendez-vous pour affaires. Le tailleur qui lui vendit ce chapeau lui offrit en prime, dans le cadre d'une promotion, sa célèbre canne[26].

Guêtres

Guêtres de Balthazar Picsou

Picsou, venant de gagner son premier milliard, se fit offrir un costume chic par un tailleur pour se faire de la publicité. Ce costume aurait inclus un chapeau haut-de-forme, une veste chic, une canne à pommeau et les fameuses guêtres... Picsou aurait finalement vendu son manteau chic pour cinq dollars et une autre redingote en remplacement — celle-là même qu'il porte toujours aujourd'hui.

Fortune et trésorsModifier

Article principal : Trésors de Balthazar Picsou

La fortune exacte de Balthazar Picsou s'élèverait à cinq billions quintuplions diversomillions multiplatillions impossibillions fantasticatrillions de dollars[27]. Mais Picsou ne possède pas seulement une fortune immense, il possède aussi de nombreux trésors uniques au monde, dont voici une liste :

Toison d'or

Toison d'or

Balthazar Picsou ramena cette toison après avoir combattu les harpies et endormi le dragon insomniaque. Il voulut s'en faire un manteau, mais celui-ci ne tenait pas chaud.

Trésor de Sir Duncan McPicsou

Trésor de Sir Duncan McPicsou

Le roi d'Écosse Macbeth offrit à Sir Duncan, en échange de sa protection, ce trésor. Mais Macbeth fut arrêté par ses opposants, et Sir Duncan s'emmura avec son trésor en 1057 !

Couronne de Gengis Khan

Couronne de Gengis Khan

Les agents de Picsou en Asie trouvèrent cette couronne, mais elle fut volée par Gu, l'abominable homme des neiges. Le milliardaire parvint à l'échanger contre une montre sans valeur.

Pierre philosophale

Pierre philosophale

Picsou trouva cette pierre, qui change tout ce qu'elle touche en or, dans un labyrinthe, près des ruines du palais du roi Minos. Mais il fut obligé de la donner à Maurice Barbedrue, du Conseil Monétaire International, puisqu'elle menaçait de changer Picsou lui-même en or !

En coulissesModifier

Article principal : Histoire de Balthazar Picsou

Les premiers élémentsModifier

Balthazar Picsou 5

Miss Tick mesurant Picsou. Il fait approximativement un mètre, soit la taille d'un enfant humain de six ans environ, et pèse dix kilos.

Pour créer Picsou, Carl Barks s'inspira d'Ebenezer Scrooge, personnage issu d'un conte de Charles Dickens, Un chant de Noël, d'où son nom original... La première apparition de Picsou en bande dessinée se fait en 1947 dans une histoire de Carl Barks : Noël sur le mont Ours, où il rencontre pour la première fois Donald et les enfants. Les premiers véritables éléments de son passé sont dévoilés dans les histoires suivantes de Barks : Le Secret du vieux château (où l'on apprend que Picsou est d'origine écossaise) et Bombie le zombie (où on apprend que Houla Lala, un vieux sorcier africain et chef Vaudou, avait maudit Picsou, pour se venger de la destruction de son village et de la prise de ses terres par le riche canard). Il a admis à ses neveux qu'il avait dû utiliser des armes pour chasser la tribu de leurs terres, afin d'y établir une plantation de caoutchouc. L'événement avait été situé en 1879 par Carl Barks mais fut déplacé en 1909 par Don Rosa pour l'adapter à sa biographie. On découvre aussi que Bombie le zombie, le cœur de la malédiction d'Houla Lala, aurait cherché Picsou pendant des décennies avant d'atteindre Donaldville. Barks a expliqué que le zombie est comme une personne vivante mais qui, se trouvant sous l'influence d'un sorcier, n'a jamais disparue.

Balthazar Picsou 6

La jeunesse de Picsou, explorée pour la première fois dans Juste un pauvre vieil homme pauvre de mars 1952.

Bien que quelques scènes de l'histoire de Bombie en parodient certaines du film de Bela Lugosi White Zombie, l'histoire est la première à ne pas se concentrer sur le passé de Picsou car elle touche les plus sombres aspects de sa personnalité. Mais là où Barks évitait de parler de ces aspects, Rosa s'en servira pour donner à ses propres histoires une certaine profondeur.

Prototype de Balthazar Picsou

Le précurseur de Balthazar Picsou vu dans The Spirit of '43.

Un précurseur de Balthazar Picsou est apparu dans le court métrage The Spirit of '43, daté du 7 janvier 1943.

NomModifier

Harpagon

Picsou sous le nom d'« Oncle Harpagon » dans un Belles histoires Walt Disney.

Son nom en version originale est tiré de celui d'Ebenezer Scrooge (voir le chapitre « Un chant de Noël »). Le « Mc », abréviation de « Mac », rappelle ses origines écossaises.

Nom françaisModifier

En France, il fut d’abord nommé « oncle Harpagon »[28], pour sa ressemblance avec le personnage de Molière dans L'Avare. Plusieurs autres noms furent utilisés tels que « Omer Picsou[29] » ou « oncle Edgard ». Finalement c'est Raymond Calame, ancien rédacteur en chef du Journal de Mickey, qui trouve son prénom définitif au milliardaire : « Balthazar ».

En Belgique, il est appelé « oncle Jérémie (ou Jeremy) McDuck ». Au Québec, proche des États-Unis, le nom du personnage est « Picsou McDuck ». C'est en quelque sorte un mélange du nom original et de celui donné pour la traduction en français.

Noms à l'étrangerModifier

CitationsModifier

Voici certaines citations célèbres et typiques de Balthazar Picsou:

  • « Nul ne peut doubler Picsou ! »[30]
  • « Je suis Picsou et si tu fais quelque chose qui me déplaît, j'achète toute la ville et je te renvoie ! »
  • « Juste un pauvre vieux qui ne se souvient que des vieilles ruses.(en parlant de lui) »[31]
  • « Je n'ai pas d'autre raison de vivre. (en parlant de son argent)  »
  • « Chanter c'est bien, compter c'est mieux. »
  • « Un sou c'est un sou. »
  • « Un bon bain est un bon bain d'or. »
  • « Le temps c'est de l'argent. »
  • « Un boucher ne fait pas de pain. »[32]
  • « Mille liliputiens ! »
  • « Je suis Picsou-le-solitaire ! Je ne fais confiance à PERSONNE, et surtout pas à quelqu'un ! »
  • « N'attend pas un pourboire après ça ! (en parlant à Donald) »
  • « Ne te plains pas ! Je te paie 30 cents de l'heure ! (en parlant à Donald) »
  • « Géronimooooo !! (en appelant Celui-qui-baille en espagnol) »

SurnomsModifier

Picsou possède de nombreux surnoms qu'il a acquis durant sa vie, dont :

  • Le Roi du Mississippi pendant qu'il était capitaine de bateau sur le fleuve du même nom ;
  • La Furie du Far West pendant qu'il était cow-boy au Montana ;
  • Le Massacreur du Montana pendant la même période ;
  • L'Aventurier de la colline de cuivre pendant la même période ;
  • La Terreur du Transvaal lors de son passage en Afrique du Sud ;
  • Le Poison de Pizen Bluff après son aventure à Pizen Bluff ;
  • Canard-qui-cherche-de-l'or par Géronimo ;
  • La Bête Noire du bush australien lors de son passage dans le désert australien ;
  • L'Empereur du Klondike pendant qu'il prospectait au Klondike ;
  • Le Milliardaire des landes perdues lors de son retour en Écosse ;
  • Le Premier Citoyen de Donaldville après son arrivée à Donaldville ;
  • Le Petit Malin de la percée de Culebra ;
  • Le Canard le plus riche du monde après 1930, quand sa fortune dépassait toutes celles des autres milliardaires ;
  • Le Canard le plus pingre de la planète.

FilmographieModifier

Article principal : Filmographie de Balthazar Picsou

DoublageModifier

Voix originalesModifier

  • Dallas McKennon (1960),
  • Bill Thompson (1967),
  • Will Ryan (1987),
  • Alan Young (1974-2016),
  • John Kassir (2016-2017)
  • David Tennant (2017).

Voix françaisesModifier

  • Roger Carel (1967, 1976)
  • Philippe Dumat (années 1980 et 1990),
  • Pierre Bâton (années 2000),
  • Jean-Claude Donda (années 2010).

Hors-canonModifier

TombePicsou
Le contenu de cette section est considéré par certains comme hors-canon. Ainsi, les événements qui y sont relatés ne se sont peut-être pas réellement produits.

Mort du milliardaire en 1967 ?Modifier

Mort-de-picsou

Daisy et Donald mariés avec Riri, Fifi et Loulou devenus adultes, à l'enterrement de leur oncle Picsou.

En 1991, Don Rosa réalise un dessin où Daisy et Donald sont représentés comme mariés, et où Riri, Fifi et Loulou sont devenus adultes. Les cinq se recueillent sur la tombe de leur cher oncle Picsou (où la date de mort est 1967, ce qui signifierait qu'il serait décédé à tout juste cent ans), au cimetière de Donaldville [33].

Don Rosa a imaginé ce dessin pour un fanzine allemand, qui a demandé à plusieurs auteurs de réaliser un dessin à partir de cette phrase: « Hé, Daisy, qu'est-il arrivé à l'oncle Picsou ? ». Les auteurs ont majoritairement réalisé des illustrations étranges et loufoques autour de cette phrase, mais Rosa, lui, a pris cela d'une façon très sérieuse, en esquissant en même temps le futur que pourraient avoir les personnages de sa version de l'univers de Donald Duck. Certains fans ont considéré cette date de mort comme « canon » [34], car elle constitue une conclusion logique de la vie du célèbre milliardaire. Cependant, d'autre auteurs et fans préfèrent croire que la totalité des personnages Disney est toujours en vie[35], les mettant en scène dans un univers avec des éléments propres au XXIème siècle (portables, tablettes, etc).

Notes et référencesModifier

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Base I.N.D.U.C.K.S : D 91308 Le Dernier du clan McPicsou, Don Rosa.
  2. Base I.N.D.U.C.K.S : W US 29-04 Le Chien des Whiskerville, Carl Barks.
  3. Dans l'histoire Canards, cents et destinées ! de Don Rosa, Miss Tick remet la pièce à Picsou après un voyage dans le temps, créant temporairement un univers alternatif. C'est bien Burt qui remet la pièce dans la continuité que l'on connait, d'après l'auteur (voir les notes accompagnant l'histoire dans The Life and Times of $crooge McDuck Companion par Boom Kids!).
  4. Sans savoir qu'il s'agit d'un fantôme.
  5. Base I.N.D.U.C.K.S : I TL 756-A Zio Paperone e l'oro del Klondike, Guido Martina et Romano Scarpa.
  6. Base I.N.D.U.C.K.S : D 91411 Le Roi du Mississippi, Don Rosa.
  7. Base I.N.D.U.C.K.S : W USGD 1-02 La course fantastique sur la rivière, Carl Barks.
  8. Base I.N.D.U.C.K.S : D 92008 Le Cow-boy des Badlands, Don Rosa.
  9. Picsou est à une centaine de kilomètres de Wichita.
  10. Base I.N.D.U.C.K.S : D 98045 Le Cow-boy capitaine du Cutty Sark, Don Rosa.
  11. Base I.N.D.U.C.K.S : D 92083 L'Aventurier de la colline de cuivre, Don Rosa.
  12. Base I.N.D.U.C.K.S : D 92191 Le Nouveau Maître du château McPicsou, Don Rosa.
  13. Base I.N.D.U.C.K.S : D 92273 La Terreur du Transvaal, Don Rosa.
  14. Base I.N.D.U.C.K.S : D 92314 Le Rêveur du Never Never, Don Rosa.
  15. De la taille d'une pastèque.
  16. Base I.N.D.U.C.K.S : D 92514 Le Prospecteur de la vallée de l'Agonie blanche, Don Rosa.
  17. La façon exacte avec laquelle Balthazar se libère et capture Soapy Slick est laissée ambiguë par Don Rosa, soulignant que les faits peuvent avoir été exagérés.
  18. Base I.N.D.U.C.K.S : D 2005-061 La Prisonnière de la vallée de l'Agonie Blanche, Don Rosa.
  19. Cf. Noël sur le mont Ours de Carl Barks, décembre 1947.
  20. Ce que semble clairement contredire La musique adoucit Picsou, où il est campé avec des livres scolaires dans une tenue aisée.
  21. La musique adoucit Picsou
  22. Ce personnage a cependant un lien de parenté assez flou avec Balthazar Picsou (étant son frère ou demi-frère) et ne sera pas repris dans l'arbre généalogique de Don Rosa, ce qui fait que Gédéon n'est pas toujours considéré comme un des frères officiels du milliardaire.
  23. Cependant, il dit l'avoir achetée d'occasion dans le Klondike dans L'inoubliable mission pour Mars.
  24. Picsou revendra sa canne dans Le champion de la fortune de Carl Barks.
  25. Dans L'intrus invisible de Carl Barks ainsi que dans Le trésor du fantôme de Francesco Guerrini, Picsou porte déjà des lunettes enfant.
  26. Archibald Gripsou lui mangera son haut-de-forme dans Le champion de la fortune de Carl Barks, et Picsou le perdra dans L'île du stress de Carol McGreal, Pat McGreal et Tino Santanach Hernandez.
  27. Cette estimation a été donnée par Carl Barks.
  28. Dans l'histoire Le Noël de Donald (qui sera plus tard renommée Noël sur le mont Ours) du livre Les Belles Histoires de Walt Disney n°6.
  29. Dans l'histoire Oncle Picsou gagne toujours du Journal de Mickey n°197.
  30. Cf. La Terreur du Transvaal de Don Rosa, mai 1993.
  31. Cf. Juste un pauvre vieil homme pauvre... de Carl Barks, mars 1952.
  32. Cf. La grande pyramide de Carl Barks, mars 1959.
  33. En effet, selon Don Rosa, Picsou n'aurait aucun lien avec le château du clan McPicsou, le château écossais où sont nés et enterrés les ancêtres du clan McPicsou, contrairement à ses sœurs qui ont vécu là-bas. Il n'y serait donc pas enterré. Rosa s'est alors dit que la tombe du milliardaire devait se trouver à Donaldville, puisque c'est là qu'il a passé les dernières années de sa vie.
  34. Un canon, c'est tout ce qui est écrit, filmé, dessiné sur un univers de fiction et qui est considéré comme officiel. Le terme s'applique en particulier aux séries télévisées.
  35. Par exemple, dans Un sou à temps de Vicar, on note la présence très claire de la date (2006), où Picsou est toujours aussi en forme, allant jusqu'à courir pour échapper à des gardes.

Démarrer une discussion Discussions à propos de « Balthazar Picsou »

  • L'Or De Glace

    9 messages
    • Je répond (vraiment) très tard mais ''Picsou-soir'' n'existe que dans la traduction française ; en Vo le jour...
    • Merci beaucoup pour cette réponse à ma question Aharon ! :-)
  • La semaine des 70 ans de Picsou

    2 messages
    • Bonjour à tous, Comme vous le savez, 2017 rime avec 70 ans de Picsou. Nous avons déjà évoqué sur un autre fil les projets que devrai...
    • Nous avons créé une liste des pages que nous allons utiliser (certaines sont à compléter). Vous pouvez la consulter ...